Genèse 6-10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Genèse 6-10

Message  Zabou P le Lun 13 Jan 2014 - 21:57

*** si p. 13 §2 Livre de la Bible numéro 1 — Genèse ***
2 “ Genèse ” signifie “ origine, naissance ”, ce nom étant tiré de la traduction de la Septante. Dans les manuscrits hébreux, le titre est le premier mot du livre, à savoir Beréʼshith, qui veut dire “ Au commencement ”. (Grec : én arkhêï.) La Genèse est le premier livre du Pentateuque (mot d’origine grecque qui signifie “ cinq rouleaux ” ou “ volume quintuple ”). À l’origine le Pentateuque formait vraisemblablement un seul livre appelé Torah (Loi) ou “ le livre de la loi de Moïse ”, et il fut par la suite divisé en cinq rouleaux pour plus de commodité. — Jos. 23:6 ; Ezra 6:18.

*** w04 1/1 p. 29 §6 Points marquants du livre de la Genèse — I ***

6:6 — En quel sens peut-on dire que Jéhovah “ regretta ” d’avoir fait l’homme ? Le terme hébreu traduit ici par “ regretta ” se rapporte à un changement d’état d’esprit ou d’intention. Étant parfait, Jéhovah n’a pas commis d’erreur lorsqu’il a créé l’homme. Par contre, il changea effectivement d’attitude mentale envers la génération méchante qui vivait avant le déluge. Créateur des humains, il devint leur destructeur en raison du mécontentement que leur méchanceté lui causait. La protection qu’il a accordée à certains humains prouve que les regrets qu’il éprouvait ne concernaient que ceux qui étaient devenus mauvais. — 2 Pierre 2:5, 9.
avatar
Zabou P
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 4193
Date d'inscription : 02/11/2012
Localisation : Charleroi Belgique

https://www.youtube.com/channel/UClyF2KdxNILyXXaTU1chEJg

Revenir en haut Aller en bas

Re: Genèse 6-10

Message  Invité le Ven 17 Jan 2014 - 17:06

(Genèse 7:2, 3)  De toute bête pure, tu dois prendre pour toi sept par sept, le mâle et sa femelle ; et de toute bête qui n’est pas pure, deux seulement, le mâle et sa femelle ;  également des créatures volantes des cieux, sept par sept, mâle et femelle, pour conserver en vie une descendance à la surface de toute la terre.

*** w07 15/3 p. 31 Questions des lecteurs ***

En Genèse 7:2, “ sept, sept ” ne signifie pas sept couples, ou 14 bêtes, pas plus que la répétition de “ deux ” en Genèse 7:9, 15 ne signifie deux couples, ou quatre bêtes. La répétition du nombre dans chaque verset a simplement un sens distributif. Autrement dit, tandis que les animaux purs étaient pris et introduits dans l’arche “ sept par sept ”, en ce qui concerne les animaux impurs, “ deux seulement ” étaient pris.
Mais que dire de la précision “ le mâle et sa femelle ”, aussitôt après le mot “ sept ” en Genèse 7:2 ? Certains en ont conclu que Noé avait reçu l’ordre de prendre sept couples de chaque espèce d’animaux purs. Cependant, les bêtes pures n’ont pas été préservées uniquement dans un but de reproduction. Genèse 8:20 nous apprend qu’après être sorti de l’arche, “ Noé bâtit un autel à Jéhovah, il prit quelques-unes de toutes les bêtes pures et de toutes les créatures volantes pures, et offrit des holocaustes sur l’autel ”. Disposant de sept spécimens de chaque espèce pure, Noé a pu en offrir un en sacrifice et laisser les trois couples restants assurer la multiplication de l’espèce sur la terre.

*** it-1 p. 124 Animaux ***

On note une classification des animaux dans les instructions que Dieu donna à Noé : celui-ci devait prendre avec lui dans l’arche sept représentants de toute espèce pure et deux de toute espèce impure (Gn 7:2, 3, 8, 9). Puisque Dieu n’avait pas encore autorisé les hommes à manger de la viande, cette distinction entre animaux purs et impurs se fit probablement d’après ce que Jéhovah jugeait convenable pour les sacrifices. C’est pourquoi, lorsqu’il sortit de l’arche, Noé sut distinguer les animaux purs qu’il convenait d’offrir sur l’autel (Gn 8:20). Noé et sa famille pouvaient alors manger n’importe quel animal, sans restriction. Jéhovah leur dit en effet : “ Tout animal qui se meut et qui est vivant pourra vous servir de nourriture. ” — Gn 9:3.
La loi que Dieu donna plus tard aux Israélites introduisit donc une distinction nouvelle en décrétant que certains animaux étaient purs et propres à la consommation, alors que d’autres, jugés impurs, étaient interdits à la consommation.
Spoiler:
L’Écriture donne ces précisions : “ Toute créature qui a le sabot divisé et qui présente une fente complète aux sabots et qui rumine parmi les bêtes, voilà ce que vous pouvez manger. ” (Lv 11:3). “ Tu ne dois manger aucune chose détestable d’aucune sorte. Voici quelle sorte de bête vous pouvez manger : le taureau, le mouton et la chèvre, le cerf, la gazelle et le chevreuil, la chèvre sauvage et l’antilope, le mouflon et le chamois ; toute bête qui a le sabot divisé et qui présente une fente complète lui partageant le sabot en deux sabots, et qui rumine parmi les bêtes. ” — Dt 14:3-6.
Les animaux qui ne remplissaient pas une de ces conditions requises ou les deux ne pouvaient être mangés par ceux qui étaient soumis aux exigences de l’alliance de la Loi. Parmi les animaux interdits figuraient le daman, le lièvre, le porc et le chameau. Il était également interdit de manger un animal “ qui marche sur ses pattes ”, ce qui incluait sans doute le lion, l’ours et le loup. — Lv 11:4-8, 26, 27 ; Dt 14:7, 8.
Ces restrictions d’ordre alimentaire ne s’appliquaient qu’aux hommes assujettis à la Loi de Moïse, car Lévitique 11:8 dit : “ Ils sont impurs pour vous ”, c’est-à-dire pour les Israélites. Quand, grâce à la mort sacrificielle de Jésus Christ, la Loi fut abrogée, ces interdictions furent annulées, et tous les humains purent de nouveau s’en tenir aux dispositions plus larges que Dieu fit connaître à Noé après le déluge. — Col 2:13-17 ; Gn 9:3, 4.

*** it-2 p. 438 Oiseaux ***

Au moment du déluge, Noé fit entrer dans l’arche des couples d’oiseaux, “ selon leurs espèces ”, pour les préserver (Gn 6:7, 20 ; 7:3, 23). Il n’est pas possible de savoir avec certitude combien d’“ espèces ” différentes d’oiseaux existaient alors, car certains types d’oiseaux ont disparu, même à des époques récentes. Toutefois, on notera avec intérêt que l’inventaire des oiseaux selon la classification scientifique actuelle que fournit la New Encyclopædia Britannica (1985, vol. 15, p. 14-106) donne un total de seulement 221 “ familles ” d’oiseaux, dont certaines qui sont maintenant éteintes ou qui ne sont connues que par des fossiles. Il existe bien entendu des milliers de variétés à l’intérieur de ces “ familles ”.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum