Pourquoi je ne fête pas non plus le nouvel an.

Aller en bas

Pourquoi je ne fête pas non plus le nouvel an.

Message  Erez le Mar 31 Déc 2013 - 14:52

L'origine du nouvel an


Quelle est la trace la plus ancienne des fêtes de Nouvel An? “La plus ancienne mention d’une fête de Nouvel An que nous connaissions provient de l’antique Mésopotamie”, répond Theodor Gaster dans son livre Le Nouvel An: histoire, coutumes et superstitions (angl.). En effet, des tablettes d’argile font état d’“un programme de cérémonies qui se tenaient à Babylone dès l’époque reculée du deuxième millénaire avant notre ère”.
À Babylone, l’année commençait vers l’équinoxe de printemps, au mois de mars.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

représentation symbolique de marduk

La fête, qui durait 11 jours, tournait autour du culte de Marduk, le dieu de la ville. On peut encore voir aujourd’hui dans le monde pendant les fêtes de Nouvel An certains vestiges du Nouvel An babylonien, tels les pantomimes et les rites de fécondité. Le défilé des mimes à Philadelphie, aux États-Unis, le Jour de l’An, et la fête de la fécondité d’Akita au Japon, le 17 janvier, en sont deux exemples entre mille.
Pendant un temps, l’année romaine débutait elle aussi au mois de mars.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le nouvel an est une fête d'origine païenne qui vit le jour vers 46 avant notre ère, sous l'impulsion de Jules César qui décida que le 1er janvier serait le Jour de l'An.  
Les Romains dédiaient ce jour à Janus, dieu païen des portes et des commencements. Le mois de janvier doit son nom à Janus, qui avait deux visages : l'un vers l'avant, l'autre vers l'arrière.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

pièce de monnaie à son effigie

Le 1er janvier, explique la Cyclopedia de McClintock et Strong, les gens “ se livraient à la débauche, et à diverses formes de superstition païenne ”.

Moralité? Voila deux fêtes d'origines païennes "christianisées" au fil du temps.  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
http://www.jw.org/fr
https://www.jw.org/fr/cours-bibliques-gratuits/
avatar
Erez
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 2473
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Gaule

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi je ne fête pas non plus le nouvel an.

Message  Invité le Mar 31 Déc 2013 - 15:26

Aussi :

En Égypte antique, le Jour de l’an est le premier jour du calendrier, soit le premier jour du premier mois de la saison de l’inondation des cultures par le Nil : le I Akhet 1. Le I Akhet 1 correspond symboliquement à la crue du Nil, même si ce n'est pas toujours le cas car le calendrier de l'Égypte antique se décale chaque année. Ainsi, cette date porte en elle une forte connotation de renouveau bénéfique, la crue du Nil étant vitale pour les Égyptiens car elle dépose sur les cultures le limon qui laisse présager de bonnes récoltes.
C’est symboliquement à la date du Jour de l’an (an VII du règne de Thoutmôsis III) qu’Hatchepsout proclame son « couronnement » sur les parois du temple de Deir el-Bahari). En fait, il a réellement eu lieu entre le II Peret 1 et le IV Chemou 30, soit bien plus tard dans l’année, selon les inscriptions de son seul obélisque encore érigé à Karnak. En proclamant donc idéalement son couronnement au Jour de l’an la nouvelle souveraine entend profiter de la portée symbolique de cette date.
Le Jour de l’an est également l’occasion de faire des offrandes aux défunts et aux dieux, surtout à Rê, dont le jour de naissance est censé correspondre au Jour de l’an. De même, une procession de vases remplis de « l’eau nouvelle » du Nil se déroule depuis le fleuve jusqu’aux temples. Dans les temples, on procéde à des rites d’illuminations, et au renouvellement de leur consécration aux dieux

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum