Le livres des Psaumes : petites explications

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 9 Mai 2011 - 16:56




Plus que de magnifiques poèmes. 
Les Psaumes exaltent les actions et les qualités de Dieu. 
Ils montrent la valeur de la parole de Dieu. 
Ils éclairent et complètent d’autres parties de la Bible. 

Les épreuves et les activités du Messie sont prédites. 

PSAUMES (LIVRE DES)

Livre consistant apparemment en cinq recueils de chants sacrés :
1) Ps 1-41 ;
2) 42-72 ;
3) 73-89 ;
4) 90-106 ;
5) 107-150.
Chaque recueil se termine par une bénédiction à l’adresse de Jéhovah. Il semble que les psaumes sont identifiés par des numéros d’après leur place dans le livre depuis les temps antiques. Par exemple, ce qu’on appelle aujourd’hui le “ deuxième psaume ” était également désigné ainsi au Ier siècle de n. è. — Ac 13:33.

Style. La poésie du livre des Psaumes consiste en pensées ou en expressions parallèles (voir HÉBREU, II [La poésie hébraïque]). Une catégorie bien distincte est formée par les psaumes alphabétiques, acrostiches pour les Hébreux (Ps 9, 10, 25, 34, 37, 111, 112, 119, 145). Dans ces psaumes, le premier verset ou les versets de la première strophe commencent par la lettre hébraïque ’alèph, le ou les versets suivants par béth, et ainsi de suite avec toutes les lettres ou presque de l’alphabet hébreu. Cette disposition était peut-être un procédé mnémonique. Pour la terminologie rencontrée dans le livre des Psaumes, voir ALAMOTH ; GUITTITH ; HIGGAÏÔN ; MAHALATH, II ; MASKIL ; MIKTAM ; MONTÉES ; MOUTH-LABBEN ; NEHILOTH ; SÈLA ; SHEMINITH.

Suscriptions. Les titres ou suscriptions qu’on trouve au début de nombreux psaumes identifient l’écrivain, précisent le contexte, donnent des instructions musicales ou indiquent l’usage ou l’objectif visé du psaume (voir les suscriptions des Ps 3, 4, 5, 6, 7, 30, 38, 60, 92, 102). Parfois la suscription fournit des renseignements permettant de trouver d’autres passages de la Bible qui éclairent le psaume en question (comparer Ps 51 avec 2S 11:2-15 ; 12:1-14). Parce que d’autres parties poétiques de la Bible sont souvent introduites de manière semblable (Ex 15:1 ; Dt 31:30 ; 33:1 ; Jg 5:1 ; comparer 2S 22:1 avec la suscription de Ps 18), on peut penser que les suscriptions sont dues soit aux écrivains, soit aux compilateurs des psaumes. Cette opinion est appuyée par le fait que, à l’époque où fut rédigé le Rouleau des Psaumes de la mer Morte (daté d’entre 30 et 50 de n. è.), les suscriptions faisaient déjà partie du texte principal.

Écrivains. Les suscriptions attribuent 73 des 150 psaumes à David, 11 aux fils de Qorah (l’une [Ps 88] mentionne également Hémân), 12 à Asaph (ce qui sous-entend certainement la maison d’Asaph ; voir ASAPH No 1), un à Moïse, un à Salomon et un à Éthân l’Ezrahite. En outre, Psaume 72, “ au sujet de Salomon ”, a selon toute apparence été écrit par David (voir Ps 72:20). Il ressort d’Actes 4:25 et d’Hébreux 4:7 que les Psaumes 2 et 95 ont aussi été composés par David. Les Psaumes 10, 43, 71 et 91 semblent être la suite respectivement des Psaumes 9, 42, 70 et 90. Les Psaumes 10 et 71 pourraient donc être attribués à David, le Psaume 43 aux fils de Qorah et le Psaume 91 à Moïse. Certains indices portent à croire que le Psaume 119 aurait été écrit par Hizqiya quand il était jeune prince (on notera Ps 119:9, 10, 23, 46, 99, 100). Il reste par conséquent plus de 40 psaumes dont le rédacteur n’est ni nommé ni sous-entendu.

Les divers psaumes ont été écrits isolément sur une période d’environ 1 000 ans, depuis l’époque de Moïse jusqu’après le retour de l’exil à Babylone. — Ps 90:sus ; 126:1, 2 ; 137:1, 8.

Compilation. Puisque David a composé de nombreux psaumes et qu’il a organisé les musiciens lévites en 24 groupes de service, il est raisonnable de conclure que c’est lui qui a commencé la compilation de ces chants destinés à être utilisés au sanctuaire (2S 23:1 ; 1Ch 25:1-31 ; 2Ch 29:25-30). Par la suite, d’autres recueils ont dû être constitués, si on en juge par les répétitions rencontrées dans le livre (comparer Ps 14 avec 53 ; 40:13-17 avec 70 ; 57:7-11 avec 108:1-5). Nombre de biblistes pensent que c’est Ezra qui a donné au livre des Psaumes sa forme définitive.

(...)

(Cf. it-2 p. 692)

Bonne lecture.

Agapê.

@jean
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 10 Mai 2011 - 21:48


SÈLA


Transcription d’un terme hébreu qu’on rencontre fréquemment dans les Psaumes et qui figure également en Habaqouq chapitre 3. Même si on pense en général qu’il s’agit d’un terme technique pour la musique ou la récitation, sa signification exacte est inconnue. Certains affirment qu’il indique “ une pause, une interruption ou un silence ”, soit dans le chant du psaume afin de faire place à un interlude musical, soit dans le chant et la musique en vue d’une méditation silencieuse. Dans l’un ou l’autre cas, la pause servait sans aucun doute à accentuer le fait ou le sentiment qui venait d’être exprimé, à laisser pénétrer toute l’importance de la dernière déclaration. La Septante rend Sèla par diapsalma, qu’on définit par “ interlude musical ”. Sèla figure toujours à la fin d’une phrase et généralement à la fin d’une strophe, et chaque fois dans un chant qui contient quelque directive ou expression musicale. En Psaume 9:16, il est accompagné de “ Higgaïôn ”, que certains tiennent ici pour être lié à la musique de la harpe.

(Cf. it-2 p. 922)

nb. Il n’y a pas lieu de prononcer ce mot lors d’une lecture publique des Psaumes. (w06 15/5 p. 18)


avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 18 Mai 2011 - 16:45


Psaume 11

LXXVg réunissent les deux psaumes précédents en un seul, de sorte que celui-ci est le Ps 10, ce qui change la numérotation des psaumes suivants.
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 18 Mai 2011 - 16:49


SUSCRIPTION


L’expression “ Au directeur ” (MN) apparaît plus de 30 fois dans les suscriptions des Psaumes (Ps 11 et autres). On trouve dans d’autres versions : “ chef de chœur ” (Sg ; TOB), “ chef des chantres ” (ZK), “ maître de chant ” (AC ; Jé ; Os) et “ chef de musique ”. (Da.) Le terme hébreu semble désigner quelqu’un qui, d’une manière ou d’une autre, dirigeait l’exécution du chant, en l’organisant, en faisant répéter les chanteurs lévites et en les formant, ou bien lors de la représentation officielle. Peut-être était-il question du chef de chacune des 24 classes de musiciens du sanctuaire, à moins qu’il ne s’agisse d’un autre musicien accompli, puisque le récit dit qu’ils devaient “ faire fonction de directeurs ”. (1Ch 15:21 ; 25:1, 7-31.) Les suscriptions de quelque 20 autres psaumes sont encore plus précises à propos des “ directeurs ” : “ Au directeur, sur instruments à cordes ”, “ Au directeur, à l’octave inférieure ”, etc. (Ps 4, 12, et autres ; voir SHEMINITH.) De plus, les Écritures parlent des “ chefs des chanteurs ”, des “ experts ” et des ‘ élèves ’. Tout cela témoigne d’un haut niveau musical. — Ne 12:46 ; 1Ch 25:7, 8.

Cf. it-2 p. 360 Musique
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 18 Mai 2011 - 16:53


Psaume 16

miktam


Héb. : mikhtam. On a proposé le sens de “ Psaume d’expiation ”, KB, p. 523. Cependant, KB3, p. 551, 552, donne le sens d’ “ inscription ”. Cela indiquerait que les six psaumes (Ps 16, 56-60) qui ont “ miktam ” dans la suscription sont des inscriptions des nombreux épisodes qui y sont décrits.

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  Solaris le Mer 18 Mai 2011 - 18:16

Bien Jean, mois je trouve que le livre des Psaumes, est parcourue trop vite, on n'y ressort pas toujours les points, les plus sensibles, comme tu vient de le faire, tu fais du bon boulot, merci a toi.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Solaris
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 1390
Date d'inscription : 17/04/2011
Age : 52
Localisation : France

http://www.watchtower.org/f/index.html

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 19 Mai 2011 - 11:53

flower flower merci à vous deux.
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 24 Mai 2011 - 18:43


▪ Doit-on parler de “chapitres” à propos des différentes parties du livre biblique des Psaumes?

La Bible est généralement divisée en 66 livres dont celui des Psaumes. Un chapitre constitue une partie importante d’un livre, qu’il s’agisse d’un ouvrage historique, d’un roman ou même d’un livre de la Bible. Nous disons donc couramment Genèse chapitre un, chapitre deux, etc. De ce point de vue, on peut employer le mot “chapitre” pour parler d’une des 150 divisions du livre des Psaumes.

Cependant, le titre français “Psaumes” vient de la “Septante” grecque qui désignait ce livre par le mot “Psalmoï”. Ce mot grec désigne des cantiques chantés avec un accompagnement musical. De toute évidence, les différents poèmes constituant notre livre des Psaumes étaient à l’origine des chants, que l’on accompagnait peut-être à la harpe. En fait, le “Petit Robert” définit un “psaume” comme “l’un des poèmes religieux hébraïques qui constituent un livre de la Bible et qui servent de prières et de chants religieux dans la liturgie”.

Par conséquent, s’il n’est pas faux ni impropre de dire, par exemple, “Psaumes chapitre 100”, il est plus exact et plus conforme à la réalité de dire “Psaume 100” ou “100e psaume”. C’est d’ailleurs ainsi que s’exprime le disciple Luc dans le livre des Actes où, citant un passage des Écritures, il précise que cela “est écrit au psaume second”. — Actes 13:33.

(Cf. w83 15/11 p. 31)
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 25 Mai 2011 - 7:59



Acrostiche


Neuf psaumes se caractérisent par un style d’écriture particulier, alphabétique, acrostiche pour les Hébreux (Psaumes 9, 10, 25, 34, 37, 111, 112, 119 et 145). Selon cette structure, le premier ou les premiers versets de la première stance commencent par la première lettre de l’alphabet hébreu, ’alèph (א), le ou les versets suivants par la deuxième lettre, béth (ב), et ainsi de suite pour toutes les autres lettres ou presque de l’alphabet hébreu. Ce style est sans doute venu en aide à la mémoire des chanteurs du temple, si l’on pense qu’ils devaient se rappeler les paroles du Psaume 119, par exemple. (si p. 102 § 8)

Une importante partie des Écritures hébraïques consiste en poésie ; or, du point de vue pédagogique, la poésie est une amie efficace de la mémoire. Le moyen d’expression de la poésie hébraïque n’était pas la rime, mais le parallélisme d’idées, le rythme d’idées. Cette poésie utilisait aussi des métaphores très évocatrices, puisées dans la nature, dans des choses familières à tous, même aux enfants. Elle se servait d’acrostiches alphabétiques, dans lesquels les premières lettres des vers suivent l’ordre alphabétique (Ps 25, 34, 37, 111, 112, 119 ; Pr 31:10-31 ; Lm 1-4). Parfois, c’étaient plusieurs vers qui commençaient par la même lettre ; par exemple, dans le 119e Psaume, huit lignes commencent par la lettre hébraïque ’alèph, les huit suivantes par la lettre béth, et ainsi de suite jusqu’à totaliser 176 lignes pour les 22 lettres de l’alphabet hébreu. (it-1 p. 699)


alphabet par lettre :


א [’Alèph]
ב [Béth]
ג [Gimèl]
ד [Dalèth]
ה [Hé’]
ו [Waw]
ז [Zayin]
ח [Ḥéth]
ט [Téth]
י [Yôdh]
כ [Kaph]
ל [Lamèdh]
מ [Mém]
נ [Noun]
ס [Samèkh]
ע [‛Ayin]
פ [Pé’]
צ [Tsadhé]
ק [Qôph]
ר [Résh]
ש [Shin]
ת [Taw]
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 26 Mai 2011 - 9:41


Psaume 22

sur " La biche de l’aurore "


Pas beaucoup de renseignements sur cette annotation. Voici un peu d'éclaircissement trouvé sur le net.



Apparemment, il s'agit d'une mélodie connue à l'époque et sur laquelle le roi David à écrit les paroles puissantes de ce psaume chanté et qui comporte deux parties :
Une longue prière de supplication : v. 1 - 21
Un hymne de louange : 22 – 31

L’expression : « Ayélèt haCha’har – la biche de l’aurore » est attribuée à cette situation dans laquelle se trouve l’homme qui, plongé dans le désespoir, se trouve assis dans l’obscurité et attend que la lumière de la liberté surgisse et l’illumine. C’est pourquoi le Maharal écrit en introduction de son livre « Or ‘Hadach » que : « Toute chose qui provoque un sentiment passionné est dénommée "Ayélèt", la biche ».

L’« aurore », si attendue du veilleur dans la nuit, est cette venue de la lumière divine qui se dévoile dans les prières ferventes; la « biche », substantif féminin d’une racine qui signifie « être fort, être le premier », caractérise la réalité tangible de cette venue dans sa nouveauté jaillissante, forte.

Le Psaume 22 n’est pas adressé à n’importe qui puisque le destinataire est le natsach une racine primaire de conducteur des chants, un veilleur, un surveillant, un inspecteur qui agit comme un surveillant ou intendant ou directeur ou chef, qui excelle, qui veille à. Mais le plus intéressant est l’adjectif netsach qui sort de cette racine et qui signifie « pour toujours, éternité, sans cesse, continuer, à jamais, éternel, éternellement, à perpétuité, constamment, continuel, force ».
Cette « éminence » correspond à la « perpétuité », « victoire », « durabilité », « éternité », « gloire ».
Non seulement la louange qui est la fonction première du chantre doit exceller et durer, elle a un objectif éternel, un but dont l’enjeu est incalculable. C’est la raison pour laquelle cette louange doit exceller, elle doit atteindre des sommets inégalés : elle doit atteindre l’éternité de Dieu Lui-même. Une louange qui n’excelle pas en qualité et en éternité pourrait ne pas toucher le cœur de Dieu. Cette louange doit faire reculer le péché en arrière plan comme la lettre het (la barrière) se situe à la fin et elle doit se faire en commençant par l’Esprit Saint (le Noun qui domine le mot). Cette louange possède en son centre le Juste (la lettre Tsadi signifie juste).

On l’avait remarqué : ce Psaume 22 doit être chanté sur l'air de « la Biche de l’aurore » Aijeleth Shachar.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Au départ cette « biche » ayeleth provient de la daine, la femelle du cerf. Le mot d’origine ayalah provient de Ayal que l’on chante dans un cantique « Ke ayal taarog ». Celui-ci descend du ayil bélier, poteaux, vestibules, térébinthes, chênes, vaillants, encadrement.

Lorsque l’on chante sur un air « Biche de l’aurore » la biche est en réalité le bélier du sacrifice appelé « nourriture » de même que le Seigneur Jésus a été « sacrifié ». Ce bélier représente un homme fort, grand, vaillant et puissant.

L’expression « Biche de l’aurore »

L’aurore (l’aube, le lendemain) semble être un terme poétique sans intérêt mais en réalité on trouve dans :

- le mot Aurore shachar une racine primaire qui signifie « chercher, avoir recours, le matin (sortir), se tourner », « chercher sincèrement, chercher de bonne heure ou sérieusement, diligemment ». On y voit le Seigneur qui était tôt le matin dans la prière.

- La Biche Ayil, le bélier sacrifié, le bouc émissaire.

Cette suscription "Sur Biche de l’aurore - Mélodie de David" indique qu’avant d’aller plus loin, il faux s’approcher de Dieu tôt le matin afin de le chercher sincèrement diligemment. S’approcher de Dieu est une chose mais s’approcher sous le couvert du sang du sacrifice de Jésus est indispensable.
La Biche de l’Aurore annonce à l’avance le contenu du psaume 22 : le sacrifice parfait

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 30 Mai 2011 - 19:12


Psaume 30

(...) Chant d’inauguration de la maison M (...)
(Psaume 30:suscription)


Il s'agit de la maison de David, un renvoi au mot 'maison' conduit vers 2 S 5:11 qui dit :


Hiram le roi de Tyr envoya alors des messagers à David, ainsi que des bois de cèdre, des ouvriers sur bois et des ouvriers sur pierre pour les murs, et ils se mirent à bâtir une maison pour David.M
(2 Samuel 5:11)

et ensuite, au nom de David nous sommes dirigés vers 2 S. 7:1-2 :


1 Et il arriva, lorsque le roi habita dans sa maison et que Jéhovah lui-même lui eut procuré le repos du côté de tous ses ennemis d’alentour, 2 que le roi dit alors à Nathân le prophète : “ Vois donc ! J’habite dans une maison de cèdres, tandis que l’arche du [vrai] Dieu habite au milieu de toiles de tente. ”
(2 Samuel 7:1-2)
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 31 Mai 2011 - 15:52


Psaume 32

MASKIL


Ce mot figure dans la suscription de 13 psaumes (32, 42, 44, 45, 52, 53, 54, 55, 74, 78, 88, 89, 142) et signifie peut-être “ poème contemplatif ”.
Cependant, comme le sens du mot hébreu n’est pas certain, nombre de versions ne le traduisent pas.
Le fait qu’un mot de forme semblable est traduit ailleurs par ‘ agir prudemment ’, ‘ agir avec prudence ’, ‘ s’intéresser ’, ‘ être perspicace ’, etc., donne peut-être une indication sur sa signification. — 1S 18:14, 15 ; 2Ch 30:22 ; Ps 41:1 ; 53:2.

(Cf. it-2 p. 233)



14 David agissait toujours prudemment dans toutes ses voies, et Jéhovah était avec lui. 15 Saül voyait qu’il agissait très prudemment, si bien qu’il eut peur de lui. (1 Samuel 18:14-15)
--
 En outre, Hizqiya parla au cœur de tous les Lévites qui agissaient avec une parfaite prudence à l’égard de Jéhovah. Et, pendant sept jours, ils mangèrent [les repas de cette] fête fixée, sacrifiant des sacrifices de communion et se confessant à Jéhovah le Dieu de leurs ancêtres. (2 Chroniques 30:22)
--
Heureux celui qui s’intéresse au petit ; au jour du malheur Jéhovah le fera échapper. (Psaume 41:1)
--
 Quant à Dieu, du ciel il a abaissé son regard sur les fils des hommes, pour voir s’il existe quelqu’un qui soit perspicace, quelqu’un qui cherche Jéhovah. (Psaume 53:2)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 9 Juin 2011 - 10:19


Psaume 34

suscription


De David, à l’époque où il déguisa sa raison M devant Abimélek, si bien que celui-ci le chassa, et il s’en alla.

renvoi :  Il déguisa donc sa raison sous leurs yeux et se conduisit en leur main comme un dément ; il faisait des croix sur les battants de la porte et laissait sa salive couler sur sa barbe.
(1 Samuel 21:13)
--

Les Psaumes 34 et 56 font allusion à ce que David vécut à Gath, où il déguisa sa raison pour échapper à la mort (1S 21:10-15 ; le nom Abimélek qui apparaît dans la suscription du Psaume 34 doit sans doute être considéré comme un titre du roi Akish).
Cf. it-2 p. 885

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 9 Juin 2011 - 14:30

Psaumes 34 & 37



Acrostiche


Neuf psaumes se caractérisent par un style d’écriture particulier, alphabétique, acrostiche pour les Hébreux (Psaumes 9, 10, 25, 34, 37, 111, 112, 119 et 145). voir ci-dessus une autre réponse


Psaume 36 : suscription



Suscription : Au directeur. Du serviteur de Jéhovah (Voir App. 1C § 10.), David.


10) Ambrosienne O 39 sup. rend le nom divin par le Tétragramme écrit en caractères hébreux carrés (||||) dans les cinq colonnes, aux endroits suivants : Ps 18:30, 31, 41, 46 ; 28:6, 7, 8 ; 29:1, 1, 2, 2, 3, 3 ; 30:1, 2, 4, 7, 8, 10, 10, 12 ; 31:1, 5, 6, 9, 21, 23, 23, 24 ; 32:10, 11 ; 35:1, 22, 24, 27 ; 36:sus, 5 ; 46:7, 8, 11 ; 89:49 (aux colonnes 1, 2 et 4), 51, 52. Ce codex qu’on fait remonter à la fin du IXe siècle de n. è. comporte cinq colonnes. Dans la première colonne figure une transcription du texte hébreu en grec ; la deuxième colonne contient la version grecque d’Aquila ; la troisième, la version grecque de Symmaque ; la quatrième, la LXX ; la cinquième, la version grecque de Quinta. Une édition en fac-similé de ce palimpseste, ainsi qu’une transcription du texte, a été publiée par G. Mercati sous le titre Psalterii Hexapli Reliquiae (...) Pars prima. Codex rescriptus Bybliothecae Ambrosianae O 39 sup. phototypice expressus et transcriptus (Rome 1958).

Cf. Rbi8 p. 1681 appendice 1C Le nom divin dans des versions grecques anciennes


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

source : tetragrammaton.org
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 13 Juin 2011 - 7:22

Psaumes 41



DOXOLOGIE


Le verset final du psaume déclare: “Béni soit Jéhovah, Dieu d’Israël, depuis des temps indéfinis, oui, jusqu’à des temps indéfinis. Amen et Amen.” (Ps. 41:13). Sur ces mots s’achève le premier des cinq livres des Psaumes, le verset 13 étant une doxologie, c’est-à-dire une formule de louange à la gloire de Dieu, analogue à celle que l’on retrouve à la fin de chacun des quatre autres livres, à savoir aux Psaumes 72, 89, 106 et 150.
(Cf. w79 15/9 p. 31)
--
La prière rapportée en 1 Chroniques 16:36, celles que contiennent les Psaumes (41:13 ; 72:19 ; 89:52 ; 106:48) ainsi que les formules renfermées dans les lettres canoniques montrent qu’il est correct de dire “ Amen ” à la fin des prières.
(Cf. it-1 p. 94)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  Solaris le Lun 13 Juin 2011 - 7:46


Solaris
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 1390
Date d'inscription : 17/04/2011
Age : 52
Localisation : France

http://www.watchtower.org/f/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 13 Juin 2011 - 10:17

Psaumes 39



YEDOUTHOUN



Trois psaumes mentionnent Yedouthoun dans leur suscription. Deux d’entre eux (Ps 39, 62) disent : “ Au directeur de Yedouthoun ” (‘ d’après la confrérie de Yedoutoun ’, PB), tandis que le troisième (Ps 77) dit : “ Au directeur, sur Yedouthoun. ” (MN ; voir Os ; TOB). La composition de chacun de ces psaumes est attribuée à quelqu’un d’autre, les deux premiers à David et le troisième à Asaph ; rien n’indique donc que Yedouthoun les ait composés, même s’il est appelé ailleurs “ le visionnaire du roi ” et s’il est dit de lui qu’il “ prophétisait avec la harpe ”. (2Ch 35:15 ; 1Ch 25:1, 3.) Par conséquent, les suscriptions de ces trois psaumes constituent sans doute des instructions en vue de leur interprétation ; elles se rapportent peut-être à un style, voire à un instrument de musique associé à Yedouthoun pour une raison ou pour une autre, ou que lui ou ses fils avaient inventé, fait connaître, perfectionné ou répandu par l’usage.

Mais qui est Yedouthoun ?

C'est un lévite, musicien, et son nom vient (peut-être d’une racine qui signifie “ louer ”).
Apparemment, Yedouthoun avait d’abord porté le nom d’Éthân. (1Ch 15:17, 19 ; 25:1).
Lui et sa famille de musiciens participèrent à plusieurs célébrations où il convenait de “ remercier et louer Jéhovah ” (1Ch 25:3).

(Cf. it-2 p. 1183 n°1)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 14 Juin 2011 - 7:22

.
Psaume 42


LIVRE DEUXIÈME
(Psaumes 42 - 72)


Psaumes 42 & 43



Maskil


voir ci-dessus une autre réponse

Psaume 42 -> 49



Suscription : pour les fils de Qorah ou Des fils de Qorah.



Cette expression signifie fondamentalement “ les descendants de Qorah ” ou “ la maison de Qorah ”. (Cf. it-1 p. 17)

QORAH

(peut-être : Chauve, Calvitie).
Lévite qehathite de la famille de Yitsehar (Ex 6:16, 18, 21 ; 1Ch 6:1, 2, 22 [Amminadab était peut-être un autre nom de Yitsehar]). Alors qu’Israël se déplaçait dans le désert, Qorah se rebella contre l’autorité de Moïse et d’Aaron, se liguant avec les Rubénites Dathân, Abiram et Ôn, ainsi qu’avec 250 “ chefs de l’assemblée ” ou “ hommes de renom ”. (Nb 16:1, 2.)
(...)
Le récit biblique semble indiquer que les fils de Qorah ne suivirent pas leur père dans sa rébellion, car il déclare : “ Mais les fils de Qorah ne moururent pas. ” (Nb 26:9-11). Plus tard, les descendants de Qorah accomplirent un service important parmi les Lévites. — Voir QORAHITE.
(Cf it-2 p. 712 n°3)

QORAHITE
(De Qorah).
Descendant de Qorah, qui se rebella à l’époque de Moïse. Les Qorahites constituaient une maison paternelle des Lévites qehathites et descendaient de Qorah par ses trois fils : Assir, Elqana et Abiasaph (Ex 6:18, 21, 24 ; Nb 16:1-3). “ Les fils de Qorah ne moururent pas ” avec leur père (Nb 26:10, 11), sans doute parce qu’ils ne le suivirent pas dans sa rébellion.
(...)
Les suscriptions des Psaumes 42, 44-49, 84, 85, 87 et 88 mentionnent nommément les fils de Qorah. Bien que leur ancêtre ait été rebelle, Jéhovah ne les tint pas pour responsables de sa faute ; en raison de leur fidélité, ils furent bénis et eurent l’honneur de servir au temple.
(Cf it-2 p. 713)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 21 Juin 2011 - 20:20

Psaume 45


Au directeur, sur “ Les lis ” (note : “ Les lis ”. Héb. : Shoshannim.). Des fils de Qorah. Maskil. Chant des femmes bien-aimées. (Psaume 45:suscription)

LIS

Le terme hébreu shoushan et son équivalent grec krinon, tous deux rendus par “ lis ”, désignent probablement une grande variété de fleurs, telles que les tulipes, les anémones, les jacinthes, les iris et les glaïeuls.
(...)
On ignore la signification des expressions “ Le lis ” et “ Les lis ”, qui figurent dans les suscriptions des Psaumes 45, 60, 69 et 80.
(Cf. it-2 p. 146)

Selon une autre source : " Sur les lis [Shoshannim] (Les Shoshannim sont littéralement des roses. Ceux-ci sont les instruments spécifiques).

On pense à une lyre en forme de fleur. (Cf. ad p. 918)


-----
Chant des femmes bien-aimées

Comme ce Psaume décrit le mariage de Jésus — Rév. 21:2, 9. (w79 15/4 p. 21 § 7) il "décrit dans l’interprétation de ce beau "chant d'amour"" en paroles ce que les maris doivent représentés pour les épouses ou "femmes bien-aimées"




MASKIL


Ce mot figure dans la suscription de 13 psaumes (32, 42, 44, 45, 52, 53, 54, 55, 74, 78, 88, 89, 142) et signifie peut-être “ poème contemplatif ”.
Cependant, comme le sens du mot hébreu n’est pas certain, nombre de versions ne le traduisent pas.
Le fait qu’un mot de forme semblable est traduit ailleurs par ‘ agir prudemment ’, ‘ agir avec prudence ’, ‘ s’intéresser ’, ‘ être perspicace ’, etc., donne peut-être une indication sur sa signification. — 1S 18:14, 15 ; 2Ch 30:22 ; Ps 41:1 ; 53:2.

(Cf. it-2 p. 233)
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 22 Juin 2011 - 14:37

Psaume 46


Au directeur. Des fils de Qorah, sur “ Les jeunes filles (Héb. : ‛Alamôth. Voir 1Ch 15:20, note.) ”. Chant. (Psaume 46:suscription)

ALAMOTH
(Jeunes filles, Jeunes personnes).

Apparemment un terme de musique. Il se rapporte probablement à la voix de soprano des jeunes femmes ou à la voix de fausset des garçons. En 1 Chroniques 15:20, il est dit des instruments à cordes qu’ils sont “ réglés sur Alamoth ” (le terme est transcrit). Toutefois, dans la suscription du Psaume 46, ‛alamôth est traduit par “ jeunes filles ”.(it-1 p. 73)

Au temple, seuls les hommes chantaient. L’expression “ sur ‘ Les jeunes filles ’ ” dans la suscription du Psaume 46 indique uniquement un ton aigu. (w09 1/12 p. 29)

(...) le Psaume 46, dont la suscription porte ‛alamôth, étant joyeux, on l’accompagnait ou le chantait logiquement sur un registre plus aigu (it-1 p. 73)

----

Le fausset —ou voix de tête ou voix de fausset, ou falsetto, en italien — est une technique vocale utilisant le registre le plus aigu (mise à part la voix de sifflet) — parfois appelé registre de tête, registre léger, ou encore voix de tête — obtenu en empêchant la contraction normale des cordes vocales. Le terme est surtout appliqué aux chanteurs de sexe masculin, ceci afin de bien distinguer ce type d’émission de voix de la technique opposée, plus habituelle, utilisant la voix de poitrine — ou registre de poitrine —, souvent considérée comme culturellement[réf. nécessaire] plus naturelle. La voix de fausset est peu puissante, mais d’un timbre agréable.
source : Wikipedia

Pour vous donner un exemple avec des chanteurs contemporains : Michel Polnareff, Daniel Balavoine, Roy Orbison, les Bee Gees, Jimmy Somerville, etc ...


avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  Francis le Mer 22 Juin 2011 - 20:23

moi j'aime beaucoup le psaume 23..
avatar
Francis
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 1811
Date d'inscription : 23/05/2010
Age : 65
Localisation : CORSE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 23 Juin 2011 - 10:47

Merci @Francis flower

Psaume 50


Mélodie d’Asaph. (Psaume 50:suscription)

ASAPH
(Il [Dieu] a réuni).

1. Fils de Lévi par Guershom (1Ch 6:39, 43). Sous le règne de David (1077-1038 av. n. è.), Asaph fut établi par les Lévites comme un des principaux chanteurs et cymbaliers qui accompagnèrent l’Arche lorsqu’on la transporta de la maison d’Obed-Édom à “ la Cité de David ”. (1Ch 15:17, 19, 25-29.) Par la suite, avec Hémân et Éthân, Asaph eut pour fonction de diriger la musique et le chant devant le tabernacle (1Ch 6:31-44). Comme Hémân et Yedouthoun (apparemment le même personnage qu’Éthân), Asaph fut appelé “ visionnaire ” et il “ prophétisait avec la harpe ”. — 1Ch 25:1-6 ; 2Ch 29:30 ; 35:15.

Les fils d’Asaph continuèrent à former un groupe spécial au sein des instrumentistes et des chanteurs ; ils jouèrent un rôle important à l’occasion de l’inauguration du temple et lorsqu’on transporta l’Arche de Sion au temple (2Ch 5:12) ; à l’époque des réformes du roi Hizqiya (2Ch 29:13-15) ; et lors de la grande Pâque qui fut célébrée sous le règne de Yoshiya (2Ch 35:15, 16). (...)

Les suscriptions des Psaumes 50 et 73 à 83 attribuent ces chants à Asaph. Il semble toutefois que son nom soit utilisé ici en référence à la maison dont il était chef et père, étant donné que certains de ces psaumes (Ps 79, 80) relatent, de toute évidence, des événements postérieurs à son temps.
(it-1 p. 196)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Ven 24 Juin 2011 - 7:36

.
Psaume 51



Au directeur. Mélodie de David. Quand Nathân le prophète entra chez lui après qu’il eut eu des rapports avec Bath-Shéba.M (Psaume 51:suscription)

Renvoi : Alors David envoya prendre des informations sur la femme, et quelqu’un dit : “ N’est-ce pas Bath-Shéba la fille d’Éliam, la femme d’Ouriya le Hittite ? ” (2 Samuel 11:3)



Alors Jéhovah envoya Nathân vers David. Il entra donc chez lui et lui dit : “ Il y avait deux hommes dans une même ville, l’un riche et l’autre sans ressources. 2 Le riche avait des moutons et des bovins en très grand nombre, 3 mais l’homme sans ressources n’avait rien du tout, sauf une agnelle, une seule petite, qu’il avait achetée. Il la gardait en vie, et elle grandissait avec lui et avec ses fils, tous ensemble. Elle mangeait de son morceau [de pain], elle buvait de sa coupe, elle couchait sur son sein ; elle devint pour lui comme une fille. 4 Au bout d’un certain temps, un visiteur arriva chez l’homme riche, mais celui-ci évita de prendre [des bêtes] parmi ses moutons et ses bovins, pour [les] préparer pour le voyageur qui était entré chez lui. Il prit donc l’agnelle de l’homme sans ressources et la prépara pour l’homme qui était entré chez lui. ” (2 Samuel 12:1-4)


Comme l’indique son titre, le Psaume 51 (...) se rapporte au temps où ‘Nathan, le prophète, vint à David, après que ce dernier fut allé vers Bath-Schéba’. Puisque David obtint le pardon de Jéhovah, ce psaume peut être une réelle source de consolation pour les auteurs de transgressions graves. Il nous aide à discerner ce qu’est la véritable repentance et la manière dont nous devrions réagir en cas de châtiment semblable à celui qui fut infligé à David par Nathan. Sans son titre, le Psaume 51 aurait perdu une grande partie de sa force.
(w74 1/9 p. 542)

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 27 Juin 2011 - 19:58

.
Psaume 52



Au directeur. Maskil. De David, lorsqu’arriva Doég l’Édomite et qu’il avertit alors Saül et lui dit que David était venu dans la maison d’Ahimélek.M (Psaume 52:suscription)

Renvoi : Alors Doég l’Édomite — [il était] placé au-dessus des serviteurs de Saül — répondit et dit : “ J’ai vu le fils de Jessé venir à Nob chez Ahimélek le fils d’Ahitoub. (1 Samuel 22:9)




AHIMÉLEK


1. Fils d’Ahitoub et arrière-petit-fils d’Éli ; grand prêtre au tabernacle qui se trouvait alors à Nob. Parce qu’il vint en aide à David sans savoir que ce dernier se sauvait de devant Saül, Ahimélek, 84 autres prêtres de Jéhovah ainsi que les hommes, les femmes et les enfants de Nob furent massacrés par Doég l’Édomite. Abiathar fut le seul fils d’Ahimélek à s’échapper (1S chap. 21, 22).

Plus tard, David composa le Psaume 52 qui rappelle le crime odieux de Doég (Ps 52:sus).

Jésus évoqua lui aussi la visite de David à Ahimélek. — Mt 12:3, 4 ; Mc 2:25, 26 ; Lc 6:3, 4
(Cf. it-1 p. 63-64)


DOÉG

(peut-être : Angoissé, Effrayé).

Édomite, le principal berger du roi Saül, ce qui était une importante fonction de surveillance (1S 21:7 ; 22:9). Doég était sans doute un prosélyte. Du fait qu’il était “ retenu devant Jéhovah ” à Nob, peut-être à cause d’un vœu, d’une impureté ou d’un état symptomatique de la lèpre, Doég vit le grand prêtre Ahimélek donner à David du pain de proposition et l’épée de Goliath. Par la suite, quand Saül dit à ses serviteurs qu’à son avis ils conspiraient contre lui, Doég révéla ce qu’il avait vu à Nob. Après avoir convoqué le grand prêtre et les autres prêtres de Nob, puis avoir interrogé Ahimélek, Saül ordonna aux coureurs de mettre les prêtres à mort. Comme ils refusaient, Doég, sur l’ordre de Saül, tua sans hésiter en tout 85 prêtres. Une fois ce méfait commis, Doég voua Nob à la destruction, tuant tous ses habitants, jeunes et vieux, ainsi que le bétail. — 1S 22:6-20.

Comme l’indique la suscription du Psaume 52, David écrivit au sujet de Doég : “ Ce sont des adversités que médite ta langue, aiguisée comme un rasoir, agissant avec tromperie. Tu as aimé ce qui est mauvais plus que ce qui est bon, le mensonge plus que devoir exprimer la justice. Tu as aimé toutes les paroles qui engloutissent, ô langue trompeuse ! ” — Ps 52:2-4.

(Cf. it-1 p. 663)



MASKIL


Ce mot figure dans la suscription de 13 psaumes (32, 42, 44, 45, 52, 53, 54, 55, 74, 78, 88, 89, 142) et signifie peut-être “ poème contemplatif ”.
Cependant, comme le sens du mot hébreu n’est pas certain, nombre de versions ne le traduisent pas.
Le fait qu’un mot de forme semblable est traduit ailleurs par ‘ agir prudemment ’, ‘ agir avec prudence ’, ‘ s’intéresser ’, ‘ être perspicace ’, etc., donne peut-être une indication sur sa signification. — 1S 18:14, 15 ; 2Ch 30:22 ; Ps 41:1 ; 53:2.

(Cf. it-2 p. 233)
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Lun 27 Juin 2011 - 20:15

.
Psaume 53


Au directeur, sur Mahalath. Maskil. De David (Psaume 53:suscription)

Note “ Mahalath ”. Héb. : maḥalath ; prob. un terme musical, p.-ê. technique.



MAHALATH, II


Probablement un terme musical, peut-être technique, qu’on trouve dans les suscriptions des Psaumes 53 et 88. Certains pensent que ce terme est apparenté à une racine verbale hébraïque signifiant “ devenir faible, tomber malade ”, ce qui évoque une mélodie triste et mélancolique. Cela correspondrait au contenu quelque peu sombre des deux chants, particulièrement celui du Psaume 88.

(Cf. it-2 p. 182)


Selon une autre source :

(...) indiquant que cela était un psaume didactique, pour être chanté à l'accompagnement du luth ou la guitare. D'autres considèrent ce mot "Mahalath" comme nom tout simplement d'un air ancien à laquelle le psaume devait être chanté. D'autres, encore, prendre le mot comme signifiant «maladie», et la considèrent comme faisant allusion au contenu du psaume. (Easton Bible Dictionary)



MASKIL


voir ci-dessus

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mar 28 Juin 2011 - 21:00

.
Psaume 54


Au directeur, sur instruments à cordes. Maskil. De David Quand entrèrent les Ziphites et qu’ils dirent alors à Saül : “ David ne se cache-t-il pas parmi nous M ? ” (Psaume 54:suscription)

Renvoi:
- Plus tard, les hommes de Ziph montèrent vers Saül à Guibéa, pour dire : “ David ne se cache-t-il pas près de chez nous, dans les lieux d’accès difficile, à Horesh, sur la colline de Hakila, qui est à droite de Yeshimôn ? (1 Samuel 23:19)

- Par la suite, les hommes de Ziph vinrent vers Saül à Guibéa, pour dire : “ David ne se cache-t-il pas sur la colline de Hakila, [qui] fait face à Yeshimôn ? ” (1 Samuel 26:1)


Bien que les Ziphites aient révélé au roi Saül le lieu où se cachait David, une invasion des Philistins en Israël obligea Saül à cesser ses poursuites (I Samuel 23:13-29; Psaume 54, suscription). C’est ainsi que Jéhovah sauva David. (w86 15/10 p. 29)




INSTRUMENT À CORDES


On ne sait pas avec certitude quel(s) instrument(s) désigne(nt) les différents termes originaux rendus par “ instrument à cordes ”. Le nèvèl (névèl) est généralement mentionné avec le kinnôr (harpe), ce qui montre qu’il s’agit d’instruments différents. Le nèvèl était un instrument portatif en bois (1R 10:12), sur lequel on jouait aussi bien de la musique sacrée que de la musique profane (2S 6:5 ; 2Ch 5:12 ; Ne 12:27 ; Is 5:12 ; 14:4, 11). Différents instruments à cordes étaient sans doute utilisés, car dans la Bible on trouve les termes minnim (“ cordes ” ; Ps 150:4), keli nèvèl (‘ instrument de la catégorie des instruments à cordes ’ ou “ à cordes ” ; 1Ch 16:5 ; Ps 71:22), nèvèl ‛asôr (“ un instrument à dix cordes ”, ‛asôr étant apparenté à un mot qui signifie “ dix ” ; Ps 33:2 ; 144:9), neghinôth (venant d’un verbe qui signifie “ jouer d’un instrument à cordes ” ; suscriptions des Ps 4, 6, 54, 55, 61, 67, 76) et pesantérin (qui désignerait un “ instrument à cordes ” de forme triangulaire ; Dn 3:5, 7, 10, 15). — Voir HARPE.


(Cf. it-1 p. 1191-1192)


HARPE


Nom du premier instrument de musique mentionné dans les Écritures (Gn 4:21, AC ; Da ; Md ; MN ; Od ; Sg). Le mot hébreu kinnôr (harpe) est également rendu par “ lyre ” dans un certain nombre de traductions de la Bible (CT ; Jé ; Os ; Pl). Sur les 42 endroits où kinnôr apparaît dans la Bible, les traducteurs de la Septante l’ont rendu dans environ la moitié des cas par le grec kithara. La kithara ressemblait à la lyre (gr. : lura), à ceci près qu’elle comportait une table d’harmonie moins profonde. Dans l’ensemble, les traductions modernes des Écritures grecques chrétiennes traduisent kithara par “ harpe ”. (1Co 14:7 ; Ré 5:8.) Les représentations ornant les monuments égyptiens montrent que les harpes de l’Antiquité étaient de formes et de types très divers et comportaient un nombre variable de cordes. C’est pourquoi certains supposent que kinnôr était un terme général désignant n’importe quel instrument ayant les caractéristiques essentielles de la harpe antique.

Tout ce que les Écritures hébraïques indiquent avec précision, c’est que le kinnôr était un instrument portatif et relativement léger, puisqu’on pouvait en jouer dans un cortège, ou qu’une prostituée pouvait s’en accompagner quand elle chantait en déambulant dans la ville (1S 10:5 ; 2S 6:5 ; Is 23:15, 16). Certains étaient en bois d’“ algoummim ”. (1R 10:12.) Les cordes étaient peut-être fabriquées à partir d’intestins grêles de brebis, mais il se peut que des fibres végétales tressées aient été également utilisées.

David, qui jouait habilement du kinnôr “ de sa main ” (1S 16:16, 23), réserva à la “ harpe ”, ainsi qu’à l’‘ instrument à cordes ’ (névèl ; nèvèl), une place de choix dans l’orchestre qui plus tard joua dans le temple de Salomon (1Ch 25:1 ; 2Ch 29:25). Lorsque Nehémia inaugura la muraille de Jérusalem, le kinnôr vint ajouter à la joie de l’événement (Ne 12:27). Puisque le kinnôr était avant tout un “ agréable ” instrument d’“ allégresse ”, on ne l’entendait plus en temps de jugement ou de châtiment (Ps 81:2 ; Éz 26:13 ; Is 24:8, 9). Attristés par leur exil à Babylone, les Israélites, qui n’avaient pas le cœur à jouer de leurs harpes, les suspendirent à des peupliers. — Ps 137:1, 2.

(...)

(Cf. it-1 p. 1075-1076)


MASKIL


voir ci-dessus
avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  Invité le Mar 28 Juin 2011 - 21:51

Solaris a écrit:Bien Jean, mois je trouve que le livre des Psaumes, est parcourue trop vite, on n'y ressort pas toujours les points, les plus sensibles, comme tu vient de le faire, tu fais du bon boulot, merci a toi.

Peut-être faut-il le faire de son côté..


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Mer 29 Juin 2011 - 14:18

.
Psaume 55


Au directeur, sur instruments à cordes. Maskil. De David (Psaume 55:suscription)

-> voir explications ci-dessus.

Psaume 56


Au directeur, sur “ La colombe silencieuse parmi ceux qui sont au loin ”. (P.-ê. : “ colombe de silence, ceux qui sont au loin ”. En corrigeant légèrement le texte : “ colombe des grands arbres au loin ”.) De David Miktam. Quand les Philistins s’emparèrent de lui à Gath. M (Psaume 56:suscription)


Renvoi:
- Puis David se leva et continua de fuir, ce jour même, à cause de Saül ; finalement il arriva chez Akish le roi de Gath. (1 Samuel 21:10)


Les seigneurs de l’Axe dominèrent la Philistie en régnant chacun sur une cité-État, mais aussi en formant un conseil de pairs pour traiter les affaires d’intérêt commun. Akish est appelé roi de Gath (1S 21:10 ; 27:2). Apparemment, il n’était pas un roi au sens habituel du terme, mais plutôt un prince. En conséquence, le titre de ‘ prince ’ (héb. : sar) est parfois employé pour ces dirigeants. — 1S 18:30 ; 29:2-4.
(it-2 p. 919)




COLOMBE


(héb. : yônah ; gr. : péristéra).

La colombe est l’un des deux premiers oiseaux nommés précisément dans la Bible ; après le déluge, Noé lâcha une colombe par trois fois pour évaluer la décrue des eaux (Gn 8:8-12). On pense que le nom hébreu yônah dérive du mot ’anah, “ mener deuil ”, et il est sans doute censé imiter le roucoulement mélancolique de la colombe (Is 38:14 ; 59:11, 12 ; Éz 7:16 ; Na 2:7).
(...)
La colombe a un aspect et un caractère doux et tendres, ce qui lui vaut d’être appelée ‘ la brebis du monde des oiseaux ’. C’est pourquoi le nom Yona (Yônah) était autrefois, et est encore, un nom de garçon courant chez les Juifs (Yon 1:1). La colombe a la réputation d’être attachée à son partenaire et affectueuse ; pendant la parade nuptiale, le mâle et la femelle inclinent la tête l’un vers l’autre et se prennent mutuellement le bec, geste qui ressemble fort à un baiser d’amoureux. “ Ma colombe ” était donc un terme d’affection approprié dans la bouche du berger amoureux de la Shoulammite (Ct 5:2).
(...)

(Cf. it-1 p. 498)

---

Selon une autre source : "yownath 'elem rechoqiym" (Colombe des térébinthes lointains)


MIKTAM


Mot hébreu qui figure dans les suscriptions de six psaumes attribués à David (Ps 16, 56-60). Ce terme indique peut-être simplement que ces psaumes sont la mise par écrit des épisodes qu’ils retracent.

(Cf. it-2 p. 283)

----

Selon une autre source : Le mot Miktam est discuté. Les uns pensent qu'il s'agit d'un épithète de David, "humble, intègre"; d'autres lisent "psaume d'expiation"; d'autres encore "une prière à voix basse". Plusieurs versions, dont la traduction grecque des LXX, lisent "une inscription"; cela donne "transcription" ou "graphie" (Chouraqui) "de David". On retrouve ce terme dans les Ps 56-60 dont quatre sont associés à des temps de crise. Le fidèle confronté à la réalité de la détresse aurait pensé que l'importance des événements vécus méritait une inscription.

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  jean le Jeu 30 Juin 2011 - 19:32

.
Psaume 57


Au directeur, “ Ne supprime pas. ” De David Miktam. Quand il s’enfuit à cause de Saül, dans la grotte. M (Psaume 57:suscription)

Renvoi:
- David partit donc de là et s’échappa vers la grotte d’Adoullam ; et ses frères et toute la maison de son père l’apprirent et ils descendirent là, vers lui. (1 Samuel 22:1)

- Finalement il arriva aux enclos à moutons qui étaient au bord de la route. Là se trouvait une grotte. Et Saül [y] entra pour satisfaire un besoin naturel, alors que David et ses hommes étaient assis tout au fond de la grotte. (1 Samuel 24:3)

- Maskil. De David, quand il était dans la grotte. Prière. (Psaume 142:suscription)




Le Psaume 142 reflète peut-être les pensées de David lorsqu’il se cachait à cause de Saül dans la grotte d’Adoullam (1S 22:1) ou dans la grotte du désert d’En-Guédi (1S 24:1, 3). C’est peut-être aussi le cas du Psaume 57. Toutefois, une comparaison entre Psaume 57:6 et 1 Samuel 24:2-4 semble donner la préférence à la grotte du désert d’En-Guédi, car là Saül tomba pour ainsi dire dans la fosse qu’il avait creusée pour David.

(it-2 p. 885)




" Ne supprime pas "


Comme le titre de ce chant l’indique, il fallait l’interpréter sur une mélodie appelée “Ne supprime pas”. La nation d’Israël, à laquelle appartenait le compositeur de ce chant, ne fut effectivement pas supprimée de façon définitive comme les peuples qui l’entouraient, mais put se relever grâce à la providence divine. (Cf. w79 15/12 p. 21 § 2)

" Et je me suis mis à supplier Jéhovah et à dire : ‘ Ô Souverain Seigneur Jéhovah, ne supprime pas ton peuple, oui ton bien personnel, que tu as racheté par ta grandeur, que tu as fait sortir d’Égypte à main forte. " (Deutéronome 9:26)



MIKTAM


Mot hébreu qui figure dans les suscriptions de six psaumes attribués à David (Ps 16, 56-60). Ce terme indique peut-être simplement que ces psaumes sont la mise par écrit des épisodes qu’ils retracent.

(Cf. it-2 p. 283)

----

Selon une autre source : Le mot Miktam est discuté. Les uns pensent qu'il s'agit d'un épithète de David, "humble, intègre"; d'autres lisent "psaume d'expiation"; d'autres encore "une prière à voix basse". Plusieurs versions, dont la traduction grecque des LXX, lisent "une inscription"; cela donne "transcription" ou "graphie" (Chouraqui) "de David". On retrouve ce terme dans les Ps 56-60 dont quatre sont associés à des temps de crise. Le fidèle confronté à la réalité de la détresse aurait pensé que l'importance des événements vécus méritait une inscription.

avatar
jean
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 5057
Date d'inscription : 27/05/2010

http://www.jw.org/fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le livres des Psaumes : petites explications

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum