Idées Etude biblique - Leçon 40 - Semaine du 22 octobre 2018

Aller en bas

Idées Etude biblique - Leçon 40 - Semaine du 22 octobre 2018

Message  Michèle le Jeu 18 Oct 2018 - 18:58

Idées Etude biblique - Leçon 40 - Semaine du 22 octobre 2018


LUC 7:36-50

Comment Jésus est-il reçu par Simon ?


On ne considérait pas comme anormale la présence de quelqu’un qui n’avait pas été invité, car il semble qu’en certaines occasions des personnes sans invitation étaient libres d’accéder dans la salle où se déroulait un repas, de s’asseoir le long du mur et de s’entretenir de leur place avec ceux qui étaient étendus à table, au centre de la pièce. Jésus fit une application pertinente de la situation des deux débiteurs en signalant que Simon ne lui avait pas donné d’eau pour ses pieds, ne lui avait pas donné de baiser de salutation et ne lui avait pas enduit la tête d’huile, politesses faites d’habitude aux invités. En revanche, la femme qui avait de nombreux péchés avait manifesté plus d’amour et d’hospitalité envers Jésus, alors que ce n’était pas elle qui le recevait. Aussi Jésus lui dit-il : “ Tes péchés sont pardonnés. ”

À l’époque où Jésus Christ était sur la terre, il arrivait qu’un hôte fournisse de l’eau à son invité pour qu’il se lave les pieds, lui donne un baiser et lui enduise la tête d’huile. Simon le Pharisien omit de donner ces trois marques d’hospitalité à Jésus lorsqu’il le reçut. C’est pourquoi, quand une pécheresse en pleurs mouilla les pieds de Jésus de ses larmes, les essuya avec ses cheveux, les embrassa, puis les enduisit d’huile parfumée, le Christ fit remarquer l’omission de Simon

Jésus n’excusait pas ici l’immoralité. Loin de là ! Il enseignait plutôt à ce Pharisien orgueilleux la supériorité de l’amour comme motivation pour servir Dieu

Pourquoi une femme de la ville vient-elle voir Jésus ?


Cette femme est probablement une prostituée, le Pharisien, lui, n’était pas d’accord pour qu’elle soit pardonnée.

Lorsqu’on accueille un invité, on l’embrasse, on lui enlève ses sandales, on lui lave les pieds, on lui verse sur la tête une huile parfumée rafraîchissante...

C’était dans des flacons fabriqués à partir d’albâtre véritable qu’on conservait les huiles et les parfums les plus coûteux, comme ceux avec lesquels Jésus fut oint à deux reprises : une fois dans la maison d’un Pharisien, en Galilée (Lc 7:37)

Jésus était un homme profondément compatissant. Il comprenait le désespoir de la femme et percevait son angoisse. On ignore ce qui l’avait amenée à vivre dans le péché.

Si vraiment elle se prostituait, les hommes de la ville, des Juifs pratiquants, ne l’avaient apparemment pas aidée. Jésus voulait l’aider

Cette femme a donné la preuve qu’elle regrettait sincèrement son passé impur

Jésus n’excuse ni ne tolère en aucun cas l’impureté. Au contraire, cet incident révèle qu’il est compréhensif et compatissant envers les gens qui ont commis des fautes dans leur vie, mais qui démontrent qu’ils se repentent et viennent à lui pour être soulagés

Il était bien, évidemment, que la femme se sente coupable de son passé. Elle était manifestement repentante : elle a versé des larmes, n’a pas cherché à justifier sa conduite antérieure et a pris l’initiative d’honorer Jésus publiquement. Voyant cela, Jésus lui a dit : “ Ta foi t’a sauvée ; va en paix. ” — Luc 7:50.

En revanche, le Pharisien a continué de la considérer comme une pécheresse. Peut-être espérait-il susciter en elle la peur du châtiment et lui faire prendre honte.

La réaction de Jésus montre que non seulement il connaissait la situation de cette femme, mais aussi qu’il savait ce que le Pharisien s’était dit “ en lui-même ”

Trois gestes étaient toujours considérés comme nécessaires pour témoigner son hospitalité envers un hôte : l’embrasser en le saluant, lui laver les pieds et oindre sa tête. — Lc 7:44-46.

Comme ils avaient l’habitude d’utiliser l’eau pour laver et pour se baigner, les Israélites étaient d’une propreté physique notable. La coutume voulait qu’on se lave les pieds quand on entrait dans une maison pour prendre un repas

Ce qui inspira cet exemple à Jésus fut l’attitude de son hôte, Simon, envers une femme qui était entrée et avait enduit les pieds de Jésus d’une huile parfumée. On ne considérait pas comme anormale la présence de quelqu’un qui n’avait pas été invité, car il semble qu’en certaines occasions des personnes sans invitation étaient libres d’accéder dans la salle où se déroulait un repas, de s’asseoir le long du mur et de s’entretenir de leur place avec ceux qui étaient étendus à table, au centre de la pièce. Jésus fit une application pertinente de la situation des deux débiteurs en signalant que Simon ne lui avait pas donné d’eau pour ses pieds, ne lui avait pas donné de baiser de salutation et ne lui avait pas enduit la tête d’huile, politesses faites d’habitude aux invités. En revanche, la femme qui avait de nombreux péchés avait manifesté plus d’amour et d’hospitalité envers Jésus, alors que ce n’était pas elle qui le recevait. Aussi Jésus lui dit-il : “ Tes péchés sont pardonnés. ”

Cette femme a mené une vie immorale, mais s’est repentie. Elle reconnaît qu’elle a besoin d’être rachetée du péché et montre par ses actions qu’elle estime profondément celui par qui Jéhovah fournit ce rachat. Même s’il n’est encore qu’à venir, le sacrifice de Jésus est tellement certain que sa valeur peut déjà être appliquée à des personnes comme elle. C’est pourquoi Jésus lui dit : “ Tes péchés sont pardonnés. ”

Quel exemple Jésus utilise-t-il, et quelle application en fait-il ?

Comparant le péché à une dette trop énorme pour être remboursée, il raconte : “ Deux hommes étaient débiteurs d’un certain prêteur

Nous devons tous obéissance à Jéhovah Dieu ; aussi, quand nous péchons en lui désobéissant, nous ne lui payons pas ce que nous lui devons. Et notre dette s’accumule. Toutefois, Dieu est comme un prêteur désireux de remettre à ses débiteurs. C’est pourquoi Jésus a encouragé ses disciples à le prier ainsi : “ Remets-nous nos dettes, comme nous aussi avons remis à nos débiteurs

L’exemple des deux débiteurs à qui on avait fait remise, à l’un de 500 deniers (env. 350 $ 432 euros) et à l’autre de 50 deniers (env. 35 $ 43 euros), mettait en évidence le principe suivant : “ Celui à qui on pardonne peu aime peu. ” (Luc 7:41-47).

Jéhovah est désireux de pardonner à ceux qui se repentent.


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 456
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum