RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6

Message  Michèle le Sam 15 Sep 2018 - 21:14

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEAN 5-6

Jean 6:44 : Comment le Père attire-t-il les personnes à lui ? (nwtsty, note d’étude).
« Personne ne peut venir vers moi, si le Père, qui m’a envoyé, ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour ».

l’attire : Bien que le verbe grec pour « attirer » soit employé pour parler de l’action de tirer un filet à poissons (Jean 21:6, 11), il n’indique pas que Dieu « tire » les gens à lui contre leur gré. La déclaration de Jésus fait peut-être allusion à Jr 31:3, où Jéhovah dit à la nation d’Israël : « Je t’ai attirée avec bonté de coeur » (la Septante utilise ici le même verbe grec que celui qui figure en Jean 6:44). Jean 12:32 montre que, pareillement, Jésus attire des hommes de toutes sortes. La Bible indique que Jéhovah a donné aux humains le libre arbitre.
Tout le monde peut choisir de le servir ou non (Dt 30:19, 20). Dieu attire avec douceur ceux qui ont un coeur bien disposé (Ps 11:5 ; Pr 21:2 ; Ac 13:48). Il le fait grâce au message de la Bible et à son esprit saint. La prophétie d’Is 54:13, citée en Jean 6:45, s’applique à ceux qui sont attirés par le Père.
(Comparer avec Jean 6:65 « Il dit encore : « Voilà pourquoi je vous ai dit : “Personne ne peut venir vers moi si cela ne lui est pas accordé par le Père.” » Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Jéhovah lit dans les cœurs et dans les pensées, et il sait qui est susceptible de se montrer sensible à son amour, même si pour l’instant ces personnes ne le connaissent pas encore. Il se sert aussi de ses anges pour diriger ce ministère unique en son genre- nwtsty, notes d’étude

Jéhovah nous attire individuellement à son Fils et à l’espérance de la vie éternelle. Comment ? Par l’œuvre de prédication, qui touche chacun personnellement, et par son esprit saint, qui nous aide à comprendre et à mettre en pratique les vérités spirituelles malgré nos limites et nos imperfections. Il peut donc nous dire, comme autrefois à la nation d’Israël : “ Je t’ai aimée d’un amour pour des temps indéfinis. C’est pourquoi je t’ai attirée avec bonté de cœur. ” Jérémie 31:3. – cl p247

Jéhovah nous « tire-t-il » à lui contre notre gré, nous forçant à le servir ? Non. Il nous a donné le libre arbitre, ou liberté de choix. Il ne nous force pas à lui ouvrir notre cœur. Un bibliste explique : « La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur. » Jéhovah examine les milliards de cœurs qui existent dans le monde pour trouver les personnes qui le recherchent (1 Chroniques 28:9). Quand il en trouve une, il agit envers elle de façon touchante. Comment cela ? Jéhovah attire en douceur le cœur d’une personne qui est « dans la disposition qu’il faut » . Il le fait de deux manières : au moyen de la prédication de la bonne nouvelle, qui touche chacun personnellement, et au moyen de son esprit saint. Quand il voit un cœur réceptif aux vérités bibliques, il utilise son esprit pour aider la personne à les comprendre et à les appliquer dans sa vie. Sans cette aide, nous ne pourrions pas devenir de véritables disciples de Jésus ni de fidèles adorateurs de Jéhovah. il nous attire parce qu’il voit quelque chose de bon dans notre cœur et s’intéresse à nous individuellement. ? Le fait de savoir que Jéhovah s’intéresse individuellement à ses adorateurs vous pousse-t-il à lui ouvrir la porte de votre cœur ? La porte de notre cœur n’a pas de poignée à l’extérieur. Elle ne s’ouvre que de l’intérieur.- TG2013 1/5 p14

Jean 6:64 : En quel sens Jésus savait-il « dès le commencement » que Judas le trahirait ? (nwtsty, note d’étude).
« Mais il y en a quelques-uns parmi vous qui ne croient pas. » En effet, Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas et qui était celui qui le trahirait »


Jésus savait [...] qui était celui qui le trahirait : Jésus parlait de Judas Iscariote. Avant de choisir ses 12 apôtres, Jésus a passé la nuit entière à prier son Père (Lc 6:12-16). Donc, au départ, Judas était fidèle à Dieu. Cependant, grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Jésus savait qu’il serait trahi par un intime (Ps 41:9 ; 109:8 ; Jean 13:18, 19).
Quand Judas a commencé à mal tourner, Jésus, qui pouvait lire dans les cœurs et les pensées, a remarqué ce changement (Mt 9:4). En utilisant sa capacité à connaître l’avenir, Dieu a su qu’un compagnon de confiance de Jésus deviendrait un traître. Mais penser que c’est Judas qui devait devenir infidèle, comme si sa trahison était prédestinée, n’est pas compatible avec les qualités et les manières d’agir de Dieu. - nwtsty, notes d’étude

dès le commencement : ou « dès le début ». Cette expression ne se rapporte pas à la naissance de Judas ni au moment où il a été choisi comme apôtre, choix que Jésus a fait après avoir prié toute une nuit (Lc 6:12-16). Elle se rapporte plutôt au moment où Judas a commencé à agir en traître, attitude que Jésus a immédiatement discernée (Jean 2:24, 25 ; Ré 1:1 ; 2:23). Elle montre aussi que les actions de Judas étaient préméditées, qu’elles n’étaient pas le résultat d’un changement soudain d’état d’esprit. Dans les Écritures grecques chrétiennes, le sens du terme grec arkhê rendu par « commencement » ou « début » est relatif : il dépend du contexte.
Par exemple, en 2P 3:4, où il est rendu par « commencement », il se rapporte au début de la création. Mais dans la plupart des cas, il est utilisé dans un sens plus restreint. Par exemple, Pierre a dit que l’esprit saint était venu sur les Gentils « tout comme il était venu sur nous au début » (Ac 11:15). Pierre ne parlait pas du moment de sa naissance ou de celui où il était devenu apôtre. Il parlait en fait du jour de la Pentecôte 33 de n. ère, c’est-à-dire le « début » de l’effusion de l’esprit saint dans un but précis (Ac 2:1-4). D’autres exemples qui montrent que le sens des termes « commencement » ou « début » dépend du contexte se trouvent en Lc 1:2 ; Jean 15:27 ; et 1J 2:7. - nwtsty, notes d’étude

Grâce aux prophéties des Écritures hébraïques, Christ savait qu’il serait livré par un intime. Dieu aussi, en usant de sa prescience, avait vu que cet homme deviendrait un traître ; en revanche, penser que Judas devait inévitablement faillir, comme s’il avait été prédestiné, est inconciliable avec les qualités de Dieu et avec ses manières d’agir du passé. Au contraire, comme on l’a déjà dit, au début de son apostolat Judas était fidèle à Dieu et à Jésus. Par conséquent, ce que Jean dut vouloir dire, c’est que “ dès le commencement ” du moment où Judas commença à mal tourner, à succomber à l’imperfection et à des inclinations pécheresses, Jésus s’en aperçut. Judas se sentit certainement visé quand Jésus parla d’un “ calomniateur ”, mais il continua de voyager avec Jésus et les apôtres fidèles et, manifestement, il ne changea pas – it2 p76

Jéhovah Dieu prophétisa que Jésus serait trahi par un de ses apôtres, mais le traître n’est pas mentionné par son nom. Ps. 41:9. Rien ne prouve que Jésus savait, lorsqu’il choisit Judas Iscariot, que celui-ci serait le traître. Cependant la puissance que Jésus reçut de Jéhovah le rendit capable de percevoir les pensées et les intentions de l’esprit et du cœur de l’homme, et sitôt que Judas se laissa entraîner dans cette direction-là Jésus s’en aperçut.
Afin de montrer qu’il était le Messie il annonça cette trahison d’avance : “ Dès à présent je vous le dis, avant que la chose arrive, afin que, lorsqu’elle arrivera, vous croyiez à ce que je suis. ”” (Jean 2:24, 25 ; 6:64, 70, 71) Les prédictions qui identifiaient personnellement Judas comme étant le traître vinrent après qu’il avait grandi spirituellement, après qu’il fut devenu un apôtre. – TG1953 p294 §9

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

De retour à Jérusalem, Jésus a guéri un homme près de la piscine de Bethzatha. Aux Juifs qui trouvaient à redire à cette guérison, Jésus a expliqué : Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais seulement ce qu’il voit faire au Père. ” Puis il a précisé que le Père “ a remis tout le jugement au Fils ”, avant d’ajouter : “ Celui qui entend ma parole et croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle. ” En outre, il a annoncé : “ L’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront [la voix du Fils de l’homme] et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie, ceux qui ont pratiqué des choses viles, pour une résurrection de jugement. ” (Jean 5:1-9, 19, 22, 24-29). Par ces mots, Jésus a montré aux Juifs qui le harcelaient que c’était lui que Dieu avait désigné pour concrétiser l’espérance juive de la vie éternelle sur la terre, et qu’il le ferait en relevant les morts. On comprend dès lors que, quand Jésus a parlé à ses détracteurs de la vie éternelle, il pensait aussi bien à l’espérance de la vie céleste proposée au “ petit troupeau ” qu’à l’espérance de la vie terrestre réservée à des millions d’“ autres brebis - TG2009 15/8 p11 §10

De grandes foules de malades et d’infirmes se rassemblaient à Bethzatha. Qu’est-ce qui les y attirait ? Pour une raison inexpliquée, ils croyaient que, si un malade entrait dans la piscine lorsque l’eau était agitée, il serait miraculeusement guéri. On imagine ce que chacun devait éprouver ! La tension, l’inquiétude et le désespoir étaient sans nul doute palpables. Mais qu’est-ce qui a attiré en ce lieu un homme comme Jésus, parfait, sans défaut physique ? L’amour. Ému de pitié, Jésus y a parlé à un homme malade depuis plus longtemps que lui-même ne vivait sur terre (Jean 5:5-9).
Peux-tu imaginer la détresse dans le regard de cet homme quand Jésus lui demande s’il veut retrouver la santé ? Sa réponse est immédiate. Il veut être guéri, mais comment pourrait-il l’être ? Il n’a personne pour l’aider à entrer dans la piscine ! C’est alors que Jésus lui ordonne de faire l’impossible : prendre sa couchette et marcher. Et c’est ce que l’homme fait : il prend sa couchette et se met à marcher. Quel aperçu réconfortant de ce que Jésus fera dans le monde nouveau ! Ce miracle nous montre également sa compassion. Il cherchait les gens en détresse. Son exemple devrait nous pousser à continuer à chercher dans notre territoire les personnes déprimées par les choses terribles qui se produisent dans le monde. – TG2015 15/6 p10 §9,10

Une autre raison pour laquelle les larmes de chagrin sécheront est que les humains ne seront plus malades. Lorsque Jésus était sur la terre, il a guéri beaucoup de gens : il a rendu la vue à des aveugles, l’ouïe à des sourds, la vigueur à des infirmes. Jean 5:5-9 raconte qu’il a guéri un homme boiteux depuis 38 ans. Ceux qui ont assisté à la scène ont trouvé que c’était une œuvre étonnante, une œuvre prodigieuse. C’en était une, en effet ! Mais Jésus a parlé de quelque chose d’encore plus merveilleux : de la résurrection des morts. “ Ne vous étonnez pas de cela, déclara-t-il, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront, ceux qui ont fait des choses bonnes, pour une résurrection de vie. ” — Jean 5:28, 29.
Cela se produira immanquablement, car celui qui le promet est Jéhovah. Vous pouvez avoir la certitude que, lorsqu’il emploiera et dirigera avec précision sa grande puissance, les résultats seront prodigieux. De toute évidence, nous avons bien des raisons de prêter attention à toutes les œuvres prodigieuses de Jéhovah, à ce qu’il a fait dans le passé, à ce qu’il fait aujourd’hui et à ce qu’il fera dans l’avenir proche – TG2001 15/4 p13 §21

Preuve qui nous amènent à la conclusion que le septième jour se poursuivait au 1er siècle se trouve dans les propos que Jésus a tenus à ses ennemis lorsque ces derniers lui ont reproché d’avoir opéré une guérison le jour du sabbat, ce qu’ils assimilaient à un travail. Mon Père n’a cessé de travailler jusqu’à maintenant, et moi je ne cesse de travailler ”, leur a objecté le Seigneur (Jean 5:16, 17). C’est comme s’il avait dit à ses détracteurs : ‘ Mon Père et moi participons à la même œuvre. Étant donné que mon Père n’a cessé de travailler pendant son sabbat long de plusieurs milliers d’années, il m’est permis de travailler, même le sabbat. ’ Jésus montrait ainsi que le septième jour était toujours en cours à son époque. Durant celui-ci, Dieu se reposait de son activité créatrice en rapport avec la terre. Néanmoins, il continuait à travailler à l’accomplissement de son dessein. Le jour de repos de Dieu se poursuivra jusqu’à ce que son dessein relatif à la terre et aux humains connaisse son plein accomplissement à la fin du Règne de mille ans de Christ. – TG2011 15/7 p24 §3

Jésus Christ était incontestablement ‘ capable, qualifié et compétent ’. Et cela n’avait rien d’étonnant. Il avait été formé par Jéhovah Dieu en personne ! Quels facteurs ont rendu sa formation efficace ? Jésus en a mentionné trois, qu’on retrouve en Jean 5:20 : “ Le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci. ”Quand ils forment les assistants ministériels, les anciens doivent penser aux besoins futurs. Même si les anciens et les assistants ministériels semblent assez nombreux pour répondre aux besoins actuels, qu’en sera-t-il si une nouvelle congrégation est formée ? si plusieurs congrégations sont formées ? Anciens, suivez-vous l’exemple de Jéhovah en entretenant des relations chaleureuses avec les hommes que vous formez ? Leur montrez-vous comment s’acquitter de leurs tâches ? Pensez-vous aux besoins futurs ? Si vous suivez l’exemple que Jéhovah a donné en formant Jésus, beaucoup en retireront de grands bienfaits. – TG2002 1/1 p29-31

D’après Jean 5:22 et 23 « Car le Père ne juge personne, mais il a confié tout le jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé » Jéhovah a fait de Jésus le juge de tous les humains. C’est surtout pour cette raison que nous devrions honorer Jésus. En l’honorant, nous honorons aussi Jéhovah. Si nous n’honorons pas Jésus et son Père, nous ne pourrons pas avoir la vie éternelle – TG2017/3 p3 §4

La Bible montre qu’en un sens Jéhovah est un Père pour nous tous (Isaïe 64:8). Quelle que soit leur espérance — aller au ciel ou vivre sur une terre paradisiaque — les chrétiens fidèles ont le droit de s’adresser à Dieu en l’appelant “ Père ”. (Matthieu 6:9.) Nous devrions avoir le désir de nous rapprocher toujours plus de notre Père et, ainsi, de nous imprégner de ses façons de voir et de ses normes (Jacques 4:8). Beaucoup n’en ont aucune envie. Ils ressemblent aux Juifs à qui Jésus a dit : Vous n’avez jamais entendu sa voix et vous n’avez pas non plus vu sa forme ; et sa parole, vous ne l’avez pas qui demeure en vous. ” (Jean 5:37, 38). Nous n’avons pas entendu au sens propre la voix de Dieu ; en revanche, nous pouvons avoir sa parole en nous et, de ce fait, devenir comme lui et éprouver les mêmes sentiments que lui. – TG2007 15/10 p22§15

Pourquoi Jéhovah nous demande-t-il d’être neutres ?
1) Parce que nous imitons Jésus, qui ne faisait « pas partie du monde ». Il n’a jamais pris parti dans la politique ou dans les guerres (Jean 6:15 ; 17:16).
2) Parce que nous soutenons le Royaume de Dieu. Si on soutenait les gouvernements humains, on ne pourrait pas avoir bonne conscience quand on prêche que le Royaume est le seul gouvernement qui réglera tous les problèmes !
3) Parce que cela nous permet de rester unis avec nos frères et sœurs du monde entier. Les fausses religions, elles, prennent parti dans la politique, et en faisant cela, elles divisent les gens – TG2016 Avril p21 §3

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

5:14
La maladie est-elle la conséquence d’un péché commis ? Pas nécessairement. L’homme que Jésus avait guéri avait été malade pendant 38 ans à cause de l’imperfection héréditaire (Jean 5:1-9). Ce que Jésus voulait dire, c’est que, maintenant que l’homme avait obtenu miséricorde, il devait suivre la voie du salut et ne plus pécher volontairement, sinon il risquerait de subir quelque chose de pire que la maladie. Cet homme pourrait se rendre coupable d’un péché impardonnable et alors mériter la mort, sans aucun espoir d’être ressuscité – TG2008 15/4 p30

Durant son ministère, Jésus a fait preuve de courage de différentes façons. Il a hardiment révélé que les chefs religieux égaraient le peuple par de faux enseignements. Il a fermement résisté à l’influence du monde. Il n’a pas laissé les pressions de ses adversaires l’empêcher de prêcher (Jean 5:15-18 ; 7:14). Par deux fois, pour purifier le temple, il n’a pas eu peur de jeter dehors ceux qui le profanaient. Réfléchir au courage de Jésus face aux souffrances fortifiera notre foi. - TG2015 15/2 p11 §5

Jésus n’est pas égal à Dieu - Que signifie le texte de Jean 5:18 ? « Voilà pourquoi les Juifs cherchèrent d’autant plus à le tuer : parce que non seulement il ne respectait pas le sabbat, mais en plus il appelait Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu » C’étaient les Juifs incrédules qui pensaient que Jésus cherchait à se faire l’égal de Dieu en le désignant comme son Père. Bien qu’il parlât à juste titre de Dieu comme de son Père, Jésus n’a jamais prétendu qu’il en était l’égal. Il a répondu sans détour aux Juifs: “Alors Jésus leur dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, mais il fait seulement ce qu’il voit le Père faire. Car toutes les choses que celui-là fait, le Fils aussi les fait de la même manière” (Jean 5:19). Par ces paroles, Jésus montre aux Juifs qu’il n’est pas égal à Dieu et qu’il ne peut donc agir de sa propre initiative. Peut-on imaginer quelqu’un d’égal au Dieu Tout-Puissant disant qu’il “ne peut rien faire de lui-même”? - rs p208

Ce que son Père lui disait, Jésus ne l’a pas simplement dit ou enseigné. Il est allé beaucoup plus loin. Il l’a dit ou l’a enseigné de la façon dont le Père l’aurait fait. Qui plus est, dans toutes ses activités et dans ses rapports avec chacun, il s’est conduit exactement comme son Père se serait conduit dans les mêmes circonstances. Le Fils ne peut rien faire de sa propre initiative, a-t-il précisé, mais il ne fait que ce qu’il voit faire au Père. Car tout ce que fait Celui-ci, cela le Fils aussi le fait pareillement.” (Jean 5:19). Jésus a, en tout, été le reflet parfait de son Père, Jéhovah Dieu. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit le plus grand homme de tous les temps – TG1992 15/2 p12 §19

5:24, 25 — Qui ‘ passe de la mort à la vie ’ ?
Jésus parle ici de ceux qui étaient auparavant morts sur le plan spirituel, mais qui, ayant entendu ses paroles, ont foi en lui et abandonnent leur conduite pécheresse. Ils ‘ passent de la mort à la vie ’ en ce sens que leur condamnation à mort est levée et qu’ils se voient offrir l’espérance de la vie éternelle en raison de leur foi en Dieu. - TG2008 15/4 p30

Jésus décrit la plus précieuse des unions: les liens qui existent entre son Père et lui. Il dit aux Juifs: “Car le Père a de l’affection pour le Fils et lui montre toutes les choses qu’il fait lui-même, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez étonnés.” Il précise alors que le Père lui a confié des pouvoirs extraordinaires, puis il déclare: “Celui qui entend ma parole et qui croit celui qui m’a envoyé a la vie éternelle, et il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.” — Jean 5:20, 24. Oui, même ceux qui sont “morts” aux yeux de Dieu à cause du péché héréditaire peuvent ‘entendre la voix du Fils de Dieu’ et venir à la vie. Comment cela ? Jésus explique: De même, en effet, que le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné aussi au Fils d’avoir la vie en lui-même.” L’expression “la vie en lui-même” peut également être rendue par “en lui-même le don de la vie”. (Jean 5:25, 26) Ainsi, Jésus est capable de permettre aux hommes d’avoir un beau rang devant Dieu. En outre, il peut ressusciter ceux qui dorment dans la mort et leur communiquer la vie – TG1986 15/2 p11

La vision spirituelle de beaucoup est obscurcie du fait qu’ils ne se laissent pas enseigner et qu’ils ont des opinions arrêtées. De nombreux Juifs ont rejeté Jésus et ses enseignements parce qu’ils s’accrochaient obstinément à la Loi mosaïque. Évidemment, il y a eu des exceptions. Par exemple, après la résurrection de Jésus, “ une grande foule de prêtres obéissaient à la foi ”. (Actes 6:7.) Néanmoins, Paul a écrit à propos de la majorité des Juifs : “ Jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse, un voile se trouve sur leur cœur. ” (2 Corinthiens 3:15). Paul savait probablement ce que Jésus avait dit aux chefs religieux juifs : “ Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez, vous, que par leur moyen vous aurez la vie éternelle ; et ce sont elles justement qui témoignent à mon sujet. ” (Jean 5:39). Les Écritures, celles-là même qu’ils scrutaient méthodiquement, auraient dû les aider à discerner que Jésus était le Messie. Or, ils avaient des idées bien arrêtées, et pas même le Fils de Dieu, en accomplissant des miracles, ne les a convaincus d’y renoncer.
Il en va de même de nombreux membres de la chrétienté de nos jours. Comme les Juifs du Ier siècle, “ ils ont du zèle pour Dieu ; mais non selon la connaissance exacte ”. Quelques-uns étudient bien la Bible, mais ils ne veulent pas croire en son contenu. Ils refusent d’admettre que Jéhovah enseigne son peuple par l’intermédiaire de la classe de l’esclave fidèle et avisé, composée des chrétiens oints. Nous, pour notre part, nous comprenons que Jéhovah enseigne ses serviteurs et qu’il a toujours révélé la vérité progressivement. Nous nous laissons enseigner par lui, et il nous accorde de connaître sa volonté et son dessein. – TG2005 15/8 p21 §9,10

Au 1er siècle, certains qui avaient accepté les enseignements de Jésus ont cessé de marcher dans la vérité. Par exemple, Jésus a un jour nourri miraculeusement une foule très nombreuse, qui l’a ensuite suivi de l’autre côté de la mer de Galilée. Là, Jésus leur a dit quelque chose qui les a choqués : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et ne buvez pas son sang, vous n’avez pas de vie en vous-mêmes. » Au lieu de lui demander ce qu’il voulait dire par là, ils se sont exclamés : « Ces paroles sont choquantes ! Qui peut les écouter ? » Résultat, « beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus l’accompagner » (Jean 6:53-66). Quand certains ont été troublés par les paroles de Jésus, qu’ils avaient mal compris certains enseignements de Jésus, celui-ci a demandé aux apôtres s’ils voulaient s’en aller eux aussi. Mais Pierre a répondu avec foi : « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle » (Jean 6:67-69).

A notre époque aussi, certains chrétiens se sont éloignés volontairement de la vérité. Ils se sont peut-être laissé troubler par une nouvelle compréhension d’un passage biblique ou par quelque chose qu’un frère connu a dit ou fait. D’autres n’ont pas apprécié de recevoir un conseil biblique – TG2018 Novembre p8 §4

À l’époque de Jésus, de nombreux Juifs souhaitaient vivement être libérés de la domination romaine. La plupart des Juifs attendaient avec impatience la venue du Messie. Ils pensaient que celui-ci les libérerait des Romains et referait d’Israël une grande nation. Beaucoup croyaient qu’il établirait un royaume sur terre en Israël. C’est sans doute en raison d’un tel espoir que les Galiléens ont voulu que Jésus devienne leur roi. On imagine facilement pourquoi ils le considéraient comme un dirigeant idéal : c’était un excellent orateur ; il pouvait guérir les malades ; il pouvait même nourrir ceux qui avaient faim. Un jour qu’il venait de nourrir 5 000 hommes, il a senti que ce miracle avait provoqué l’admiration de la foule. La Bible dit : « Jésus donc, sachant qu’ils allaient venir s’emparer de lui pour le faire roi, se retira de nouveau dans la montagne, tout seul » (Jean 6:10-15). Le lendemain, l’enthousiasme des gens avait peut-être un peu faibli. Jésus leur a alors expliqué qu’il n’était pas venu pour combler leurs besoins matériels mais spirituels. Il leur a dit : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (Jean 6:25-27). Jésus comprenait quelle était sa mission. Si nous comprenons quelle est la nôtre, nous ne voudrons soutenir aucun parti politique, ni en actions ni en pensées. TG2018/6 p3

Alimente ta foi au moyen de la nourriture spirituelle. Sur l’Everest, le plus haut sommet du monde, un alpiniste brûle 6 000 calories par jour, bien plus que la normale. Pour endurer et atteindre le sommet, il doit absorber un maximum de calories. De même, pour endurer dans notre course chrétienne et atteindre notre objectif, nous devons absorber régulièrement le plus de nourriture spirituelle possible. Nous devons nous discipliner pour consacrer du temps à la lecture, à l’étude et aux réunions chrétiennes. Ces activités alimentent notre foi au moyen de « la nourriture qui demeure pour la vie éternelle » (Jean 6:27). – TG2016 Avril p13 §7

Le “ dernier jour ”. La Bible parle d’un “ dernier jour ” durant lequel aura lieu la résurrection des morts (Jean 6:39, 40, 44) . Il concerne une époque beaucoup plus éloignée dans le futur que la fin de la période apostolique.

Au premier siècle, certains auditeurs de Jésus manifestaient une attitude qui ne convenait pas. Un jour, Jésus a exprimé une pensée difficile à comprendre. “ Beaucoup de ses disciples donc, quand ils entendirent cela, dirent : ‘ Ce langage est choquant ! Qui peut l’écouter ? ’ ” Ceux qui s’exprimaient de la sorte avaient de toute évidence une mauvaise attitude d’esprit. Et cette mauvaise attitude les a empêchés d’écouter Jésus plus avant. Le récit se poursuit ainsi : À cause de cela, beaucoup de ses disciples s’en allèrent vers les choses qui étaient derrière et ne voulurent plus marcher avec lui. ” Mais tous avaient-ils une mauvaise attitude ? Non, car le récit ajoute : “ Jésus donc dit aux douze : ‘ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ’ Simon Pierre lui répondit : ‘ Seigneur, vers qui irions-nous ? ’ ” Et de préciser : “ Tu as des paroles de vie éternelle. ” (Jean 6:60, 66-68). Quelle belle attitude ! Quand des explications ou une compréhension affinée des Écritures nous semblent de prime abord difficiles à accepter, n’est-il pas plus sage de manifester la même attitude d’esprit que Pierre ? Il serait insensé de cesser de servir Jéhovah ou de parler à l’encontre du “ modèle des paroles salutaires ” simplement parce que certaines pensées nous ont au départ semblé difficiles à comprendre – TG2000 1/9 p11 §15

L’apôtre Pierre, qui a affirmé sa fidélité à Jésus, constitue pour nous un autre modèle à suivre. Un jour, pour illustrer l’importance d’exercer la foi dans sa chair et dans son sang qui allaient bientôt être sacrifiés, Christ a employé un langage imagé. Cependant, beaucoup de ses disciples en ont été choqués et l’ont abandonné (Jean 6:53-60, 66). Jésus s’est alors tourné vers ses 12 apôtres et leur a demandé : “ Vous ne voulez pas vous en aller, vous aussi, n’est-ce pas ? ” Pierre lui a répondu : “ Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as des paroles de vie éternelle ; et nous avons cru et nous avons su que tu es le Saint de Dieu. ” (Jean 6:67-69). L’apôtre comprenait-il pleinement ce que Jésus venait d’expliquer au sujet de son sacrifice ? Probablement pas. Il n’en était pas moins résolu à demeurer fidèle à l’Oint de Dieu.
Pierre ne s’est pas dit que son Maître devait se tromper et que, si on lui en laissait le temps, celui-ci reviendrait sur sa déclaration. Non, l’apôtre a humblement reconnu qu’il avait des “ paroles de vie éternelle ”. Et nous, comment réagissons-nous quand nous lisons dans les publications éditées par “ l’intendant fidèle ” une idée difficile à comprendre ou qui ne s’accorde pas avec notre vision des choses ? Au lieu d’espérer un éventuel rectificatif qui corresponde davantage à notre façon de voir, efforçons-nous de saisir l’explication fournie – TG2012 15/4 p10 §10,11


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 428
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 17 SEPTEMBRE 2018 - JEAN 5-6

Message  Zabou P le Mar 18 Sep 2018 - 0:59

Merci
Merci pour ces belles recherches
avatar
Zabou P
ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

Messages : 4446
Date d'inscription : 02/11/2012
Localisation : Charleroi Belgique

https://www.youtube.com/channel/UClyF2KdxNILyXXaTU1chEJg

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum