RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16

Message  Michèle le Ven 1 Juin 2018 - 20:54

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MARC 15-16

MARC 15:25 : Comment peut-on expliquer la contradiction apparente concernant le moment où Jésus a été cloué au poteau ?
(nwtsty, note d’étude).
« C’était la troisième heure, et ils l’attachèrent sur un poteau »


Environ neuf heures du matin : Litt. « la troisième heure ». Certains attirent l’attention sur ce qui paraît être une contradiction entre ce récit et Jean 19:14-16, qui dit qu’« il était environ midi » (litt. « il était environ la sixième heure ») quand Pilate a livré Jésus pour qu’il soit exécuté. Même si la Bible ne fournit pas une explication complète de cette différence, voici quelques éléments à prendre en compte : Les Évangiles s’accordent généralement sur la chronologie des évènements du dernier jour de la vie terrestre de Jésus. Les quatre récits disent que les prêtres et les anciens se sont réunis après l’aube et qu’ils ont ensuite conduit Jésus au gouverneur romain Ponce Pilate. Matthieu, Marc et Luc signalent tous trois qu’à partir de « midi », alors que Jésus était déjà sur le poteau, des ténèbres ont couvert le pays « jusqu’à trois heures de l’après-midi environ ».
Un facteur qui a pu avoir une incidence sur le moment retenu pour l’exécution de Jésus est celui-ci : la flagellation était considérée par certains comme faisant partie intégrante du processus d’exécution. Parfois, elle était d’une telle violence que la victime mourait. - nwtsty

Dans le cas de Jésus, la flagellation a été si violente qu’après qu’il a commencé à porter seul son poteau de supplice, il a fallu réquisitionner un homme pour le porter à sa place. Si on considère que la flagellation est le début du processus d’exécution, du temps a dû s’écouler avant que Jésus ne soit effectivement cloué au poteau. Appuyant cette idée, Mt 27:26 et Mc 15:15 mentionnent la mise au poteau après la flagellation. Par conséquent, différentes personnes ont pu situer l’exécution à des moments différents, en fonction de ce qui constituait pour elles le début du processus d’exécution. Cela peut expliquer l’étonnement de Pilate quand il a appris que Jésus était mort si rapidement après avoir été cloué au poteau (Marc 15:44). De plus, les écrits bibliques reflètent souvent la pratique de l’époque qui consistait à diviser la journée en quatre périodes de trois heures chacune (la nuit était divisée de la même façon). Cette division de la journée explique pourquoi les rédacteurs de la Bible mentionnent fréquemment neuf heures du matin, midi et trois heures de l’après-midi, heures comptées à partir du lever du soleil, vers six heures du matin. D’autre part, comme les gens n’avaient généralement pas d’instruments précis de mesure du temps, la mention de l’heure était souvent accompagnée de termes signifiant « vers » ou « environ », ce qui est le cas en Jean 19:14. En résumé : Marc parle peut-être à la fois de la flagellation et de la mise au poteau, alors que Jean fait uniquement référence à la mise au poteau. Les deux rédacteurs ont peut-être arrondi l’heure à la période de trois heures la plus proche, et Jean utilise le mot « environ » quand il parle de l’heure dite. Ces éléments peuvent expliquer la différence des heures mentionnées dans les récits. Au final, le fait que Jean, qui a rédigé son Évangile des dizaines d’années plus tard, mentionne une heure qui diffère de celle de Marc montre qu’il ne s’est pas contenté de copier le récit de Marc. - nwtsty

Pourquoi cette contradiction apparente ? Diverses hypothèses ont été émises. Aucune ne satisfait à toutes les objections. On ne dispose tout simplement pas d’informations suffisantes pour expliquer avec certitude la raison de la différence entre les récits. Peut-être l’heure indiquée par Marc ou par Jean n’était-elle qu’une parenthèse, non chronologique. Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les deux écrivains étaient inspirés par l’esprit saint – it1 heure

Les Évangiles montrent clairement qu’à la sixième heure, ou à midi, Jésus était déjà pendu au poteau depuis assez longtemps pour que les soldats aient jeté les sorts pour ses vêtements et pour que les prêtres en chef, les scribes, les soldats et les passants aient parlé de lui en mal. Ils précisent également que Jésus expira vers 15 heures - it1 heure

Comme le lever et le coucher du soleil varient en fonction de l’époque de l’année, on se contentait généralement de donner une heure approximative pour situer un événement. Ainsi, il est fréquent de lire que les événements se déroulaient à la troisième, à la sixième ou à la neuvième heure — ce qui veut souvent dire qu’ils avaient lieu approximativement à ces heures-là (Marc 15:25, 33, 34; Jean 19:14) – TG1991 1/8

MARC 16:8 : Pourquoi, dans La Bible. Traduction du monde nouveau, le texte principal de l’Évangile de Marc ne contient-il pas les conclusions longue et courte ? (nwtsty, note d’étude).
« Et quand elles sortirent, elles s’enfuirent de la tombe de souvenir, car un tremblement et une forte émotion les saisissaient. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel »


Car elles avaient peur : D’après les plus anciens manuscrits disponibles de la dernière partie du livre de Marc, l’Évangile se termine par les mots que l’on trouve au verset 8. Certains affirment qu’une telle conclusion est trop abrupte pour être la conclusion d’origine. Toutefois, si on considère le style habituellement concis de Marc, cette affirmation n’est pas forcément valable. De plus, Jérôme et Eusèbe, biblistes du IVe siècle de notre ère indiquent que le récit d’origine se conclut par les mots « car elles avaient peur ». - nwtsty

Un certain nombre de manuscrits grecs et de traductions dans d’autres langues ajoutent une conclusion longue ou courte après le verset 8. La conclusion longue (composée de 12 versets supplémentaires) figure dans le Codex Alexandrinus, le Codex Ephræmi Syri rescriptus et le Codex Bezae Cantabrigiensis, tous datant du Ve siècle. On la trouve également dans la Vulgate latine, dans la version syriaque Cureton et dans la Peshitta syriaque. Toutefois, elle est absente de deux manuscrits grecs plus anciens datant du IVe siècle, le Codex Sinaiticus et le Codex Vaticanus, ainsi que du Codex Sinaiticus Syriacus datant du IVe ou Ve siècle et du plus ancien manuscrit copte sahidique de Marc datant du Ve siècle. De même, les plus anciens manuscrits de Marc en arménien et en géorgien se terminent avec le verset 8. - nwtsty

Quelques manuscrits grecs et traductions dans d’autres langues, plus récents, contiennent une conclusion courte (composée de seulement deux phrases). Le Codex Regius du VIIIe siècle contient les deux conclusions et cite d’abord la plus courte. Il fait précéder chaque conclusion d’une note indiquant que ces passages sont couramment acceptés par certains spécialistes, mais il n’en reconnaît manifestement aucune comme faisant autorité. - nwtsty

CONCLUSION COURTE
La conclusion courte après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : Mais toutes les choses qui [leur] avaient été ordonnées, elles les racontèrent brièvement à ceux qui étaient dans l’entourage de Pierre. D’autre part, après ces choses, Jésus lui-même envoya par leur intermédiaire de l’est à l’ouest la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel. nwtsty

CONCLUSION LONGUE
La conclusion longue après Mc 16:8 ne fait pas partie des Écritures inspirées. Voici ce qu’elle dit : verset 9 Après qu’il fut ressuscité tôt le premier jour de la semaine, il apparut d’abord à Marie la Magdaléenne, de qui il avait expulsé sept démons. 10 Elle alla porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, car ils étaient dans le deuil et pleuraient. 11 Mais eux, lorsqu’ils entendirent qu’il avait pris vie et qu’il avait été vu par elle, ne crurent pas. 12 De plus, après ces choses, il apparut sous une autre forme à deux d’entre eux qui marchaient : ils se rendaient à la campagne ; 13 et ils revinrent et portèrent la nouvelle aux autres. On ne crut pas non plus ceux-ci. 14 Mais plus tard il apparut aux onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient étendus à table, et il leur reprocha leur manque de foi et leur dureté de coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu relevé d’entre les morts. 15 Et il leur dit : « Allez dans le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croit et est baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croit pas sera condamné. 17 De plus, les signes que voici accompagneront ceux qui croiront : En se servant de mon nom, ils expulseront des démons, ils parleront en langues, 18 et avec leurs mains ils prendront des serpents, et s’ils boivent quelque chose de mortel, cela ne leur fera aucun mal. Ils poseront les mains sur les malades, et ceux-ci se rétabliront. » 19 Ainsi donc, le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20 Eux donc sortirent et prêchèrent partout, tandis que le Seigneur travaillait avec eux et confirmait le message par les signes qui l’accompagnaient.- nwtsty

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?


Pour rester intègre devant Jéhovah, Jésus a subi l’exécution la plus déshonorante qui soit. “ Il a enduré un poteau de supplice, méprisant la honte. ” (Héb. 12:2). Ses ennemis l’ont giflé, lui ont craché dessus, l’ont dévêtu, flagellé, attaché sur un poteau et insulté (Marc 15:29-32). Mais il a méprisé la honte dont ils essayaient de l’accabler. Comment ? En ne se dérobant pas à leurs brimades. Il savait qu’il ne perdait pas sa dignité aux yeux de Jéhovah, et il ne recherchait absolument pas la gloire venant des hommes. Même s’il est mort comme un esclave, Jéhovah l’a glorifié en le ressuscitant et en lui donnant la place la plus honorable qui soit, auprès de lui. Et nous aujourd’hui ? Les choses que le monde juge sottes, faibles et sans distinction, Dieu les juge sages, puissantes et honorables. Quiconque cherche les honneurs doit accorder de l’importance à ce que le monde pense de lui. Mais nous, comme Jésus et ses disciples au Ier siècle, c’est l’amitié de Jéhovah que nous cherchons TG201015/8

Alors que Jésus était pendu au poteau de supplice, les passants “parlaient de lui en mal, hochant la tête et disant: Peuh! Toi qui voulais renverser le temple et le bâtir en trois jours, sauve-toi toi-même en descendant du poteau de supplice!’ Pareillement les prêtres en chef aussi se moquaient de lui entre eux, ainsi que les scribes, et disaient: ‘Il en a sauvé d’autres; il ne peut pas se sauver lui-même! Que le Christ, le roi d’Israël, descende maintenant du poteau de supplice, pour que nous voyions et que nous croyions!’” (Marc 15:29-32). Pour quelle raison le peuple avait-il cette attitude hostile? Les gens avaient laissé les chefs religieux influencer l’opinion qu’ils se faisaient de Jésus; or ceux-ci détestaient Jésus, car il avait révélé qu’ils étaient de faux enseignants et que leurs actions n’étaient pas en harmonie avec leur prétention de représenter le vrai Dieu. Les chefs religieux haïssaient si profondément Jésus et les vérités qu’il enseignait qu’ils conspirèrent sa mort et firent tout ce qu’ils purent pour dresser le peuple contre lui. De nos jours, de nombreux chefs religieux s’opposent aux Témoins de Jéhovah avec un acharnement identique. Et tout comme c’est arrivé aux premiers chrétiens, partout “on parle contre” les Témoins. Mais est-il sage de vous laisser influencer par cette opposition répandue ?
Les Témoins de Jéhovah proclament aujourd’hui les mêmes vérités bibliques sur le Royaume de Dieu que celles que Jésus et ses apôtres prêchaient. Dans le monde entier, des centaines de milliers de gens acceptent cette bonne nouvelle malgré l’opposition très vive d’amis, de parents et de chefs religieux. Ceux qui acceptent le message du Royaume ont acquis la conviction qu’il est véridique, et ils sont résolus à s’y cramponner. – TG1987 15/3 p29

15:34
Les paroles de Jésus “ mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ” sont-elles l’indice d’un manque de foi de sa part ? Non. Bien que nous ne puissions pas nous prononcer de façon catégorique sur ce qui a poussé Jésus à dire cela, ces paroles peuvent indiquer qu’il reconnaissait que Jéhovah lui avait retiré sa protection pour que son intégrité soit pleinement mise à l’épreuve. Il se peut aussi que Jésus ait dit cela parce qu’il voulait accomplir ce que Psaume 22:1 annonçait à son sujet TG2008 15/2

LA MANIPULATION DE SERPENTS DANS LE CULTE - Les manipulateurs de serpents se basent sur Marc 16: 18, qui contient cette phrase : “ Avec leurs mains ils prendront des serpents. ”Des Églises charismatiques pratiquent la manipulation de serpents venimeux. Les enseignements de la Bible n’appuient pas l’idée selon laquelle l’utilisation de serpents est une facette acceptable du vrai culte. La Bible dit : “ Dieu est amour. ”Notre Créateur aimant ne demanderait pas à ses véritables adorateurs d’accomplir des rituels dangereux pour lui plaire. Assurément, Jéhovah ne souhaite pas que ses serviteurs manipulent des serpents, risquant ainsi de souffrir, d’être malades et même de mourir - RV 3/2010 p23

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

À cause de la jalousie
- Beaucoup se sont opposés à Jésus par jalousie. Le gouverneur romain Ponce Pilate s’est bien rendu compte que “ c’était par envie que les prêtres en chef ” avaient livré Jésus pour qu’il soit mis à mort (Marc 15:9, 10). Pourquoi les chefs religieux juifs jalousaient-ils le Christ ? Notamment en raison de sa popularité auprès du peuple, qu’ils méprisaient. “ Le monde s’en est allé derrière lui ”, se sont plaint les Pharisiens. De même, des opposants religieux “ remplis de jalousie ” par le succès de l’évangélisation s’en sont pris violemment aux disciples du Christ. — Actes 13:45, 50. Egalement aujourd’hui dans certains pays opposés à la vérité – RV2011/5

Par jalousie, les chefs religieux juifs conspirèrent avec succès pour faire mettre à mort Jésus, pensant ainsi s’en débarrasser pour toujours. Marc 15:10. Parallèlement, au sein de la chrétienté, de nombreuses personnes sont jalouses de la faveur que Jéhovah accorde à ses serviteurs oints et fidèles, et elles se concertent pour faire disparaître ces derniers. Quand, en 1918, ces ennemis religieux remportèrent une victoire en faisant mettre en prison les vrais disciples du Christ les plus en vue et en faisant cesser leur activité, ils pensaient être pour toujours débarrassés des vrais serviteurs de Jéhovah et ne plus jamais en entendre parler. – TG1971 1/8 p457

Ce qui s’est passé au 1er siècle, à la mort de Jésus Christ, montre bien qu’en suivant la foule on peut être amené à commettre le mal. Les chefs religieux avaient persuadé nombre de Juifs d’exiger, eux aussi, l’exécution de Jésus (Marc 15:11). Aussi, à la Pentecôte, après la résurrection et l’ascension de Jésus, quand Pierre a mis en évidence cette grave erreur, beaucoup “eurent le coeur transpercé”; ils se sont rendu compte de ce qu’ils avaient fait en se laissant influencer. Actes 2:36, 37. - TG1993 1/10

Avant de clouer Jésus au poteau, les Romains “lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel [vraisemblablement aussi avec de la myrrhe]; mais, l’ayant goûté, il refusa de boire”. (Marc 15:23.) Pourquoi Jésus refusa-t-il cette liqueur? Parce que le breuvage était drogué. Jésus voulait conserver toutes ses facultés mentales pour accomplir jusqu’au bout la volonté de son Père.” Par contre, le vin qu’il accepta juste avant de mourir n’était pas drogué (Jean 19:28-30). Si Jésus refusa le vin drogué, c’est bien qu’il désirait être en pleine possession de tous ses moyens à l’heure de l’épreuve suprême de sa foi. À l’instar de Jésus, le chrétien s’efforcera de rester maître de ses facultés intellectuelles, afin de ne pas se laisser entraîner dans la débauche ou dans d’autres actes qui réduiraient à néant ses bonnes relations avec Jéhovah Dieu. Le chrétien doit également aimer Dieu de tout son esprit, ce qui exclut l’usage d’hallucinogènes ou d’autres stupéfiants qui provoquent des aberrations mentales que l’on rechercherait pour le seul plaisir de connaître une certaine euphorie. – RV1979 8/5

La promesse de Jésus à un malfaiteur - Deux malfaiteurs avaient été mis au poteau à côté de Jésus. L’un d’eux avait cessé de lui parler injurieusement, tandis que celui qui était pendu à un poteau de l’autre côté de Jésus continuait à l’outrager. Se tournant vers Jésus, le malfaiteur compatissant lui dit: “Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.” Par ces paroles, il montra qu’il avait foi que Jésus, bien qu’attaché sur un poteau à côté de lui, aurait plus tard un royaume (Luc 23:42; Marc 15:32). Ces paroles durent profondément toucher le Seigneur Jésus. Ce criminel compatissant était convaincu que Jésus Christ était innocent et qu’il ne méritait pas une peine aussi sévère que la mise au poteau dans le déshonneur public. Sa requête montrait qu’il croyait que Jésus serait ressuscité d’entre les morts et entrerait en possession d’un royaume. Elle indiquait aussi qu’il croyait que lui-même pourrait être ressuscité et que c’est Jésus qui le relèverait d’entre les morts et lui rendrait la vie sur la terre. – TG1989 15/8 §3

Marc 15:33
déclare : “ Quand vint la sixième heure, il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu’à la neuvième heure. ” Ces ténèbres de trois heures, survenues à peu près entre midi et 15 heures, relevaient du miracle. Il ne pouvait s’agir d’une éclipse. D’une part, quel que soit l’endroit du globe où l’on se place, l’éclipse solaire la plus longue est d’environ sept minutes et demie – RV2008/3

La Loi donnée à Moïse interdisait aux Juifs d’organiser des funérailles le jour du sabbat. Étant donné que Jésus est mort trois heures avant le début du sabbat, Joseph d’Arimathée, accompagné d’autres personnes, l’a enterré sans avoir pu achever la préparation du corps. C’est pourquoi quelques amis de Jésus sont retournés à sa tombe après le sabbat, espérant pouvoir finir la préparation (Marc 16:1) – TG2013 1/3 p8

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 445
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 4 JUIN 2018 - MARC 15-16

Message  Sergueï le Mer 6 Juin 2018 - 13:17

Merci
avatar
Sergueï
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 47
Date d'inscription : 13/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum