RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 MARS 2018 - MATTHIEU 20-21

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 MARS 2018 - MATTHIEU 20-21

Message  Michèle le Sam 3 Mar 2018 - 14:50

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 20-21


Matthieu 21:9 : Quand elle a crié : « S’il te plaît, sauve le Fils de David ! », que voulait dire la foule ? (nwtsty, note d’étude).
« Quant aux foules, celles qui marchaient en avant de lui et celles qui suivaient criaient : “ Sauve, nous t’en prions, le Fils de David ! Béni est celui qui vient au nom de Jéhovah ! Sauve-le, nous t’en prions, là-haut dans les hauteurs ! «

S’il te plaît, sauve : Litt. « Hosanna ». Ce terme grec vient d’une expression hébraïque qui signifie « sauve, s’il te plaît » ou « sauve, nous t’en prions ». Ici, il désigne une supplication faite à Dieu pour qu’il donne le salut ou la victoire ; il pourrait être rendu par « s’il te plaît, accorde le salut à ». nwtsty, note d’étude

Avec le temps, il est devenu une expression de prière et de louange. L’expression hébraïque se retrouve en Ps 118:25, qui faisait partie des psaumes du Hallel que l’on chantait à l’époque de la Pâque. À cette occasion, ces mots revenaient donc facilement à l’esprit. Dieu a notamment répondu à la prière de sauver le Fils de David en le ressuscitant. En Mt 21:42, Jésus lui-même cite Ps 118:22, 23 et l’applique au Messie. nwtsty, note d’étude

Fils de David : Ici, il s’agit d’une expression montrant la reconnaissance de l’ascendance de Jésus et de son rôle en tant que Messie promis - nwtsty, note d’étude

Jésus fut oint, non pas avec de l’huile, mais avec de l’esprit saint, pour régner sur un trône céleste

Aux temps bibliques, l’âne servait à des fins nobles. Salomon, par exemple, monta sur “ la mule ” (progéniture hybride d’un âne) de son père pour aller se faire oindre comme roi. . Le fait que Jésus monte sur un âne pour entrer à Jérusalem signifiait donc qu’il se présentait comme roi, ce qui fut accentué par le comportement de la foule. Les gens, sans doute des Galiléens pour la plupart, ont étendu leurs vêtements devant Jésus. Ils ont également appelé Jésus “ Fils de David ” ; cela soulignait son droit légal à la royauté. Et ils ont utilisé des rameaux de palmiers, démontrant par là qu’ils se soumettaient à son autorité royale. Par conséquent, le cortège entré à Jérusalem le 9 Nisan présentait clairement Jésus comme le Messie et Roi choisi par Jéhovah. Bien sûr, tous ne s’en réjouissaient pas. Les Pharisiens en particulier trouvaient tout à fait déplacé cet honneur royal témoigné à Jésus. “ Enseignant ”, ont-ils réclamé, probablement d’une voix tremblante de colère, “ réprimande tes disciples ”. À quoi Jésus a répondu : “ Je vous le dis : Si ceux-ci se taisaient, les pierres crieraient. ” (Luc 19:39, 40). On le voit, le Royaume de Dieu constituait le thème de la prédication de Jésus. Il le proclamait avec hardiesse, que cela plaise ou non. – TG1997 1/3 p30-31

Durant le règne de David, Jéhovah a formulé deux autres serments pour le bien de tous ceux qui lui obéiraient. Premièrement, il a juré à David que son trône durerait éternellement et que la Semence promise en hériterait. La Semence serait donc appelée “ Fils de David ”. David a parlé humblement de ce futur descendant comme de son “ Seigneur ” parce que le Christ occuperait une position bien supérieure à la sienne – TG2012 15/10 §13

Certains ont crié : “ Sauve, nous t’en prions, le Fils de David ! ” Pourquoi criaient-ils ces mots ? Sans aucun doute en étaient-ils venus à reconnaître que Jésus était le Messie promis et que Dieu lui donnerait un Royaume éternel, “ le trône de David son père ”. Ils attendaient avec impatience le salut, la paix et la justice que le Royaume apporterait – TG2011 1/3

Mt 21:18, 19 : Pourquoi Jésus a-t-il fait se dessécher un figuier ? (jy 244 § 4-6).
« Tandis qu’il revenait à la ville tôt le matin, il eut faim. 19 Il aperçut un figuier près de la route et alla vers lui, mais il n’y trouva rien, que des feuilles seulement, et il lui dit : “ Que de toi ne vienne plus de fruit, pour toujours. ” Et le figuier se dessécha à l’instant même »


Mais pourquoi Jésus a-t-il fait se dessécher l’arbre ? Il explique : « Vraiment je vous le dis, si vous avez de la foi et ne doutez pas, vous ne ferez pas seulement ce que j’ai fait au figuier. Mais même si vous dites à cette montagne : “Soulève-toi et jette-toi dans la mer”, cela arrivera. Et tout ce que vous demanderez dans la prière avec foi, vous le recevrez » (Matthieu 21:21, 22). Il répète ainsi une idée qu’il a déjà exprimée précédemment sur l’importance d’avoir une foi capable de déplacer des montagnes (Matthieu 17:20). jy 244

En faisant se dessécher l’arbre, Jésus illustre l’importance d’avoir foi en Dieu. Il déclare : « Tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous le recevrez, et vous le recevrez » (Marc 11:24). C’est là une leçon importante pour tous les disciples de Jésus ! Les apôtres sont particulièrement concernés, car ils vont bientôt subir de dures épreuves. Mais il y a un autre lien encore entre le figuier desséché et la foi. jy 244

Comme ce figuier, la nation d’Israël a une apparence trompeuse. Les Israélites ont conclu une alliance avec Dieu et, extérieurement, ils pourraient donner l’impression de respecter sa Loi. Mais dans son ensemble, la nation a montré qu’elle n’a pas foi et qu’elle ne produit pas de bons fruits. Elle rejette même le Fils de Dieu ! En faisant se dessécher le figuier improductif, Jésus montre donc quelle fin attend cette nation sans foi, qui ne porte pas de fruits. jy 244

Jésus a faim. Aussi, quand il aperçoit un figuier ayant des feuilles, va-t-il droit vers lui pour voir s’il ne porterait pas aussi quelques figues. Les feuilles de cet arbre sont étonnamment précoces, car la saison des figues ne commence pas avant le mois de juin, et nous ne sommes que fin mars. Cependant, Jésus se dit peut-être que, puisque les feuilles sont en avance, les figues pourraient l’être aussi. Mais son attente est déçue: les feuilles ont donné à l’arbre un aspect trompeur. Alors Jésus maudit le figuier: “Que jamais personne ne mange un fruit de toi !”- TG1989 15/11 p8 §1,2

Lorsqu’on sait qu’à cette époque-là les arbres fruitiers étaient soumis à un impôt en Palestine et qu’on coupait ceux qui n’étaient pas productifs, on comprend mieux pourquoi Jésus fit se dessécher le figuier stérile, en vue de s’en servir ensuite comme exemple – it1p832

En faisant se dessécher l’arbre, Jésus apporte à ses disciples la démonstration qu’ils ont besoin d’avoir foi en Dieu. ” C’est là une leçon importante qu’il leur faut retenir, notamment en vue des épreuves terribles qui les attendent pour bientôt. Il y a cependant un autre lien entre la mort de l’arbre et cette qualité qu’est la foi.
Comme le figuier, la nation d’Israël avait une apparence trompeuse. En effet, bien qu’elle ait conclu avec Dieu une alliance dont elle paraît extérieurement observer les ordonnances, il s’est avéré qu’elle n’avait pas de foi et ne produisait pas de bons fruits. À cause de son manque de foi, elle a été même sur le point de rejeter le Fils de Dieu! C’est pourquoi Jésus, en faisant dépérir le figuier, illustra par un exemple frappant quelle fin attendait cette nation infidèle qui ne portait pas de fruit. TG1989 15/12 p8

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

Les évènements de la Pentecôte 33 ont prouvé que Jéhovah avait accepté volontiers la valeur du sacrifice de l’homme parfait Jésus, sacrifice qui faisait propitiation pour le péché, c’est-à-dire qui le couvrait. Jésus, comme il l’a lui-même expliqué, est venu « non pas pour être servi, mais pour servir et donner son âme comme rançon en échange de beaucoup » (Mat. 20:28). Ici, le terme « beaucoup », relatif à ceux qui bénéficieraient de la rançon, ne désigne pas seulement les Juifs repentants. Non, Dieu veut que « toutes sortes d’hommes soient sauvés », puisque la rançon « enlève le péché du monde ! » - TG2014 15/7 §7

Jésus avait beaucoup de respect pour le temple de Jérusalem car il savait ce qu’il représentait. C’était depuis longtemps le centre du vrai culte sur terre. Or le culte rendu au Dieu saint, Jéhovah, doit être pur. Alors imaginez les sentiments de Jésus lorsqu’il arrive au temple ce 10 Nisan 33 et qu’il se rend compte qu’on le profane Matthieu 21:12, 13. Dans la cour des Gentils, des marchands et des changeurs cupides profitent des adorateurs venus présenter des offrandes à Jéhovah. Réaction de Jésus : il jette dehors « tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple, et il renverse les tables des changeurs ». Il accuse ces individus avides de faire de la maison de son père une « grotte de bandits ». Il montre ainsi son respect pour le temple et pour ce que celui-ci représente. Le culte qu’on rendait à son Père devait rester pur. Des siècles plus tard, après son intronisation au ciel, Jésus a de nouveau purifié un temple. Et cette purification concerne tous ceux qui aujourd’hui veulent servir Jéhovah d’une manière qui lui plaît. Le temple spirituel qui sont les dispositions relatives au vrai culte prises par Dieu – kr chap10 §1-3

Plus nous en savons sur Jéhovah et sa volonté, plus nous avons de foi — autre facteur primordial. Jésus a dit : “ Tout ce que vous demanderez dans la prière, en ayant foi, vous le recevrez.
” (Matthieu 21:22). Avoir foi, ce n’est pas être crédule. C’est plutôt croire en quelque chose qui, bien qu’invisible, est appuyé par de solides preuves (Hébreux 11:1). La Bible regorge de preuves que Jéhovah, que nous ne pouvons voir, est un Être réel, digne de confiance et disposé à répondre aux prières de ceux qui ont foi en lui. De plus, nous pouvons toujours lui demander davantage de foi, car il se fait un plaisir de nous donner ce dont nous avons besoin – TG2010 1/10

Invitant ses auditeurs à méditer sur son enseignement, Jésus posait souvent cette question : “ Qu’en pensez–vous ? ”Matthieu 21 :28 . Ce n’est que par une telle analyse sérieuse et approfondie de leurs croyances que les chrétiens peuvent bâtir une foi qui plaît à Dieu et qui permet de surmonter les épreuves de la vie – TG2002 1/ 4 p4

Jésus a dit à des Pharisiens un autre jour ? — Ceci : ‘ Les prostituées entreront avant vous dans le royaume de Dieu. ’ (Matthieu 21:31). Jésus a dit ça parce que les prostituées croyaient en lui et qu’elles avaient abandonné leur mauvaise conduite, alors que les Pharisiens continuaient à faire du mal à ses disciples.
Quand nous lisons dans la Bible que ce que nous faisons est mal, nous devons être prêts à changer. Dès que nous apprenons ce que Jéhovah nous demande, nous devons tout de suite avoir envie de le faire. Comme Jéhovah sera content de nous, il nous donnera la vie éternelle. – lr chap25 p132

Jésus a dit à propos de son Père : « Tout sarment en moi qui ne porte pas de fruit, il l’enlève. » Autrement dit, Jéhovah nous considère comme ses serviteurs à condition que nous produisions du fruit (Mat. 21:43). Dans cet exemple, « porter du fruit » ne peut donc pas signifier faire de nouveaux disciples. Si c’était le cas, les fidèles Témoins qui n’ont encore jamais aidé quelqu’un à devenir un disciple de Jésus seraient comparables à des sarments qui ne produisent pas de fruit. Mais il ne peut pas en être ainsi ! Pourquoi ? Parce que nous ne pouvons forcer personne à devenir un disciple. Et comme Jéhovah est un Dieu aimant, il ne nous demanderait jamais de faire quelque chose d’impossible. Tout ce qu’il nous demande est à notre portée. Quel est donc ce fruit que nous devons produire ? Ce doit être quelque chose que nous pouvons tous faire. Quelle œuvre Jéhovah a-t-il confiée à tous ses serviteurs ? La prédication de la Bonne Nouvelle du Royaume – TG2018 Mai §8,9

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?


Aux temps bibliques, les gens qui voulaient commercer ou travailler ensemble jugeaient utile de conclure des contrats (Mat. 20:1, 2, 8). C’est toujours le cas à notre époque. Par exemple, avant de lancer une entreprise ou de se mettre au service de quelqu’un, il est préférable d’établir un accord ou un contrat écrit. En résumé, l’engagement renforce les liens entre amis et entre conjoints ; il stabilise aussi les relations de travail. Combien plus l’offrande inconditionnelle de votre personne à Jéhovah renforcera-t-elle les liens qui vous unissent à lui – TG201015/1 §7

Exemple d’ouvriers dans une vigne, donné par Jésus. Certains ouvriers se sont dépensés toute la journée ; d’autres n’ont travaillé qu’une heure. Pourtant, ils ont tous reçu le même salaire. Ceux qui avaient travaillé plus longtemps se sont alors mis à murmurer. À l’un des plaignants, le maître de la vigne a dit : Je ne te fais pas de tort. Tu t’es mis d’accord avec moi pour un denier, n’est-ce pas ? Prends ce qui est à toi et va-t’en. ” (Matthieu 20:13, 14). La leçon à retenir ? Ne vous comparez pas aux autres. “ Les comparaisons négatives ne feront que nous retirer notre joie. Pire encore, elles pourraient nous amener à abandonner. ”Jésus dirige la moisson spirituelle en cours et il agit envers ses disciples comme il lui plaît. Si Jéhovah et Jésus décident de faire quelque chose de plus pour d’autres personnes, ils ne nous font pas de tort. Concentrons-nous sur ce que nous avons et ne permettons jamais au “ salaire ” des autres de nous détourner de l’activité que Jéhovah nous a confiée – TG2010 1/8 p30

Matthieu 20:21 « Il lui dit : “ Que veux-tu ? Elle lui dit : Ordonne que mes deux fils que voici s’assoient, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton royaume »
[/b
][b]L’un à ta droite et l’autre à ta gauche : Ici, ces places sont synonymes d’honneur et d’autorité, mais la place d’honneur la plus importante est toujours celle de droite - nwtsty notes d’étude


Un jour, vers la fin du ministère de Jésus, la mère de ses proches disciples Jacques et Jean s’est avancée vers lui et a dit : Ordonne que mes deux fils que voici s’assoient, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton royaume. ” (Matthieu 20:21). Manifestement, elle ne parlait pas de quelque chose qui se trouverait dans le cœur de ses fils. Elle comprenait que le Royaume était synonyme de domination avec Jésus, et elle voulait que ses fils y prennent part. Jésus a d’ailleurs promis à ses 11 apôtres fidèles qu’ils seraient dans son Royaume et “ s’assiéraient sur des trônes pour juger ” avec lui (Luc 22:30). Ainsi, pour ses disciples, le Royaume de Jésus devait être une administration ou un gouvernement réel – TG2011 1/3

Les apôtres ont été lents à cultiver l’humilité. Jésus a dû revenir sur le sujet bien des fois. Un jour, par exemple, Jacques et Jean ont envoyé leur mère lui demander de leur réserver à tous deux une position élevée dans le Royaume de Dieu. Jésus a répondu avec modestie : “ De s’asseoir à ma droite et à ma gauche, cela n’est pas mien pour le donner, mais cela appartient à ceux pour qui cela a été préparé par mon Père. ” Les dix autres apôtres se sont ‘ indignés ’ contre les deux frères (Matthieu 20:20-24). Comment Jésus a-t-il réglé ce problème ? Il les a repris tous les douze avec douceur par ces mots : Vous savez que les chefs des nations les commandent en maîtres et que les grands exercent le pouvoir sur elles. Cela ne se passe pas ainsi parmi vous ; mais quiconque veut devenir grand parmi vous doit être votre serviteur, et quiconque veut être premier parmi vous doit être votre esclave. ” (Matthieu 20:25-27). Les apôtres n’ignoraient pas combien “ les chefs des nations ” pouvaient être orgueilleux, ambitieux et égoïstes. Jésus voulait leur faire comprendre qu’ils devaient être différents de ces tyrans avides de pouvoir, qu’ils devaient être humbles - cf 31 §15,16

Quand deux de ses disciples lui ont demandé de leur réserver des places en vue dans le Royaume, Jésus a répondu : “ De s’asseoir à ma droite et à ma gauche, cela n’est pas mien pour le donner, mais cela appartient à ceux pour qui cela a été préparé par mon Père. ” Matthieu 20:23. Jésus a-t-il menti en affirmant qu’il n’avait pas autorité pour accéder à la requête de ses disciples ? Certainement pas ! Il a plutôt reconnu avec humilité que Dieu seul a autorité pour prendre ce genre de décisions. Il a même expliqué que certaines informations sont connues exclusivement de son Père ; ni lui ni les anges ne les connaissent. Marc 13:32 – TG2009 1/2

Chez les Juifs, c’était un grand honneur d’être assis à la droite ou à la gauche de quelqu’un (1 Rois 2:19). Jacques et Jean étaient ambitieux : ils ont tenté d’accéder aux places les plus en vue. Ils ont revendiqué ces positions importantes. Jésus savait ce qu’ils tramaient dans leur tête ; il a donc saisi cette occasion pour rectifier leur point de vue erroné sur la grandeur. Jésus savait que, dans l’optique du monde pétri d’orgueil, l’homme qui est considéré comme grand, c’est celui qui domine et commande les autres, celui qui n’a qu’à claquer des doigts pour qu’on fasse ses quatre volontés. Mais parmi les disciples de Jésus, c’est à la disposition à servir humblement qu’on mesure la grandeur. Jésus a dit : Quiconque veut devenir grand parmi vous doit être votre serviteur, et quiconque veut être premier parmi vous doit être votre esclave. ” — Matthieu 20:26, 27. Jésus enseignait une leçon importante à ses disciples : quelqu’un n’est pas grand parce qu’il donne des ordres ; quelqu’un est grand parce qu’il sert les autres par amour. Demandez-vous donc : ‘ Comment aurais-je réagi à la place de Jacques ou de Jean ? Aurais-je compris que la vraie grandeur consiste à servir les autres, avec l’amour pour mobile ? – TG2004 1/8 p15 §6-8

Si Salomé était effectivement la mère des fils de Zébédée, c’est elle qui s’avança vers Jésus pour lui demander que ses fils aient les places à sa droite et à sa gauche dans son Royaume. Selon Matthieu, la requête fut formulée par la mère, tandis que chez Marc on voit Jacques et Jean faire la demande. Apparemment, les fils nourrissaient ce désir et incitèrent leur mère à présenter la requête. À l’appui de cette idée, le récit de Matthieu dit qu’en entendant parler de cette requête les autres disciples s’indignèrent, non contre la mère, mais contre les deux frères – it2 Salomé

Mère des fils de Zébédée : Il s’agit de la mère des apôtres Jacques et Jean. Le récit de Marc dit que ce sont Jacques et Jean qui vont voir Jésus. Ils sont probablement à l’origine de la demande, mais ils envoient leur mère, Salomé, peut-être la tante de Jésus, la faire à leur place - nwtsty notes d’étude

Serviteur
ou « ministre ». La Bible utilise souvent le mot grec diakonos pour désigner une personne qui, sans relâche, se dépense humblement au service des autres. Ce mot est utilisé pour parler de Christ, des ministres ou serviteurs de Christ, des assistants ministériels, ainsi que des domestiques, et des fonctionnaires - nwtsty
Le denier, rétribution du travail d’une journée, était une pièce d’argent romaine. Aujourd’hui, elle vaudrait 0,74 $ 0,60 euro

À l’époque, un ouvrier trimait 12 heures par jour, 6 jours par semaine, en général pour un denier seulement par journée complète

Pourquoi pouvons-nous être certains que les miracles de Jésus étaient réels ? Lorsqu’il accomplissait ses œuvres de puissance, Jésus n’attirait jamais l’attention sur sa personne. Quand il opérait un miracle, il veillait à ce que l’honneur et la gloire en reviennent à Dieu. Notez la modestie avec laquelle il a guéri deux aveugles. Pris de pitié, dit le récit, Jésus leur toucha les yeux, et aussitôt ils purent voir, et ils le suivirent. ” (Matthieu 20:29-34). Pas de rituel, pas de cérémonie, pas d’ostentation dans ses miracles. Jésus réalisait ses œuvres miraculeuses au grand jour, souvent en présence de nombreux témoins. Il ne recourait pas à un éclairage spécial, à une mise en scène ni à des accessoires. Les soi-disant miracles d’aujourd’hui, quant à eux, sont souvent indémontrables – TG2004 15/7

Notons comment Jésus enseignait.
Il attirait constamment l’attention de ses auditeurs sur les Écritures. Il introduisait souvent une pensée importante en disant : Il est écrit. ” (Mat. 21:13). D’ailleurs, il a cité directement ou indirectement plus de la moitié des livres des Écritures hébraïques. Comme lui, nous nous référons beaucoup aux Écritures dans notre ministère ; dès que nous le pouvons, nous dirigeons l’attention sur la Bible. Les personnes sincères peuvent ainsi se rendre compte que ce ne sont pas nos pensées que nous enseignons, mais celles de Dieu. Quel plaisir nous avons quand une personne accepte de lire un verset biblique et de discuter de la valeur ou de la signification de la Parole de Dieu ! Et notre joie est évidemment sans mesure quand quelqu’un accepte l’invitation de suivre Jésus. – TG2009 15/1 p3 §14

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 445
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 MARS 2018 - MATTHIEU 20-21

Message  GwadaNel le Mar 6 Mar 2018 - 10:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
GwadaNel
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 100
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : NANTES

Revenir en haut Aller en bas

Re: RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 MARS 2018 - MATTHIEU 20-21

Message  Michèle le Mar 6 Mar 2018 - 13:44

Merci GwadaNel pour ces fleurs, ça fait penser au printemps qui n'est pas loin

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 445
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 5 MARS 2018 - MATTHIEU 20-21

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum