RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er JANVIER 2018 - MATTHIEU 1-3

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 1er JANVIER 2018 - MATTHIEU 1-3

Message  Michèle le Ven 29 Déc 2017 - 19:52

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MATTHIEU 1-3


Mt 1:3 : Pourquoi cinq femmes figurent-elles dans une généalogie qui, pour le reste, ne comprend que des hommes ? (nwtsty note d’étude).
« Juda devint père de Pérets et de Zérah qu’il eut de Tamar ; Pérets devint père de Hetsrôn ; Hetsrôn devint père de Ram »


Tamar : La première des cinq femmes mentionnées dans la généalogie du Messie dressée par Matthieu. Les quatre autres sont Rahab et Ruth, des non-Israélites (v. 5) ; Bethsabée, « la femme d’Urie » (v. 6) ; et Marie (v. 16). Ces femmes figurent dans une généalogie qui pour le reste ne comprend que des hommes, probablement en raison de la façon remarquable dont chacune est devenue une ancêtre de Jésus.

Elles sont tenues en haute estime dans la Parole de Dieu

Mt 3:11 : Comment savons-nous que le baptême est une immersion complète dans l’eau ? (nwtsty note d’étude).
« Pour moi, je vous baptise avec de l’eau à cause de votre repentance ; mais celui qui vient après moi est plus fort que moi, [celui] dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales. Celui-là vous baptisera avec de l’esprit saint et avec du feu ».


Vous baptise : Ou « vous immerge ». Le mot grec baptizô signifie « immerger, plonger ». D’autres passages bibliques montrent que le baptême est une immersion complète dans l’eau. Un jour, Jean a baptisé des personnes dans la vallée du Jourdain près de Salim « parce qu’il y avait là beaucoup d’eau » (Jean 3:23). Quand Philippe a baptisé l’eunuque éthiopien, tous deux « descendirent dans l’eau » (Ac 8:38). Le même mot grec est employé dans la Septante en 2R 5:14 à propos de Naamân qui « se plongea sept fois » « dans le Jourdain ». Jean choisissait soigneusement l’endroit où il baptisait: là où il y avait beaucoup d’eau

[Encadré, page 58]
LE BAPTÊME DANS “ UN POINT D’EAU ”

Comment procède-t-on au baptême chrétien ? Certains pensent qu’il suffit de verser ou d’asperger de l’eau sur la tête de quelqu’un. Or l’eunuque éthiopien a été baptisé dans “ un point d’eau ”. Le récit précise : “ Ils descendirent tous deux dans l’eau, Philippe et l’eunuque. ” (Actes 8:36, 38). Si verser ou asperger de l’eau avait été la seule chose à faire, l’eunuque n’aurait pas eu besoin d’arrêter son char à un point d’eau. Il aurait eu assez d’une infime quantité d’eau, comme le contenu d’une outre. En fait, il en avait probablement une, puisqu’il voyageait sur “ une route du désert ”. — Actes 8:26. – bt p58

L’immersion totale dans l’eau est un symbole approprié de l’offrande de soi. En s’immergeant, la personne montre qu’elle meurt quant à son ancienne manière de vivre. La sortie de l’eau symbolise le début d’une vie tournée vers l’accomplissement de la volonté de Dieu – TG2006 15/10

Au départ, le baptême chrétien était pratiqué par immersion complète. C’est ce qui ressort du récit biblique relatif au fonctionnaire éthiopien baptisé par Philippe. Ayant appris l’identité du Christ, le fonctionnaire demanda, apercevant un point d’eau : “ Qu’est-ce qui m’empêche d’être immergé ? ” (Actes 8:26-39, Bible de Chouraqui). La racine grecque traduite ici par “ immergé ” est baptizô — qui signifie “ plonger ”, “ submerger ” —, d’où dérive le terme “ baptiser ” ”. Il s’agit donc bien d’une immersion complète. Le fait que le baptême soit assimilé dans la Bible à un enterrement renforce cette idée (Romains 6:4 ; Colossiens 2:12). L’immersion complète est d’ailleurs un symbole approprié du changement radical qui s’opère dans la vie du baptisé : figurément parlant, il meurt quant à son ancienne vie et commence une vie nouvelle au service de Dieu. Dans les tout premiers siècles du christianisme, on pratique l’immersion totale partout où l’on trouve suffisamment d’eau : dans les rivières, la mer ou les bains privés. – RV2007 Septembre p12

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

Jéhovah se soucie du bonheur de ses serviteurs pris collectivement. Mais il fait plus encore : il se soucie beaucoup de chacun de ses serviteurs pris individuellement. Par exemple, pendant trois siècles, il s’est occupé de son peuple Israël en le délivrant de ses ennemis au moyen de juges. Dans cette période agitée, il a pourtant remarqué Ruth. C’était une non-Israélite qui avait fait de grands sacrifices pour se convertir au vrai culte. Il l’a récompensée en lui donnant un mari et un enfant. Mais ce n’est pas tout. Quand elle sera ressuscitée, elle découvrira que son fils a fait partie des ancêtres du Messie. Et imagine son émotion en apprenant que le récit de sa vie a été conservé dans un livre de la Bible qui porte son nom ! (Ruth 4:13 ; Mat. 1:5, 16). – TG2017 juin p27 §9

Doit-on adorer Jésus ? Tout petit, il a reçu la visite d’astrologues qui reconnaissaient en lui “ le roi des Juifs ”. Le récit dit que, “ se prosternant, ils lui rendirent hommage qui désigner le respect et l’honneur que l’on témoigne à une autre personne . Matthieu 2:2, 11 Jésus est-il digne d’un tel hommage ? Assurément Sous la direction divine, et grâce à son sacrifice rédempteur, il mettra fin à toute forme de douleur et de tristesse pour le bien de ceux qui se soumettront à sa domination juste. Ne mérite-t-il pas que nous l’honorions, le respections et lui obéissions ? Néanmoins, la Bible montre clairement que l’adoration — au sens de vénération et de respect religieux — ne revient qu’à Dieu. – RV2000 Avril p26

« Voyez ! Il y eut en outre une voix venant des cieux qui disait : ‘ Celui-ci est mon Fils, le bien-aimé, que j’ai agréé. Matthieu 3:16, 17. Ces paroles pleines de tendresse, prononcées par Jéhovah lui-même, nous en apprennent beaucoup sur le genre de Père qu’il est. Relevons trois expressions qu’il a utilisées quand il s’est adressé à son Fils.
Premièrement, en déclarant : “ Celui-ci est mon Fils ”, Jéhovah disait en quelque sorte : ‘ Je suis fier d’être ton Père. ’ Les enfants ont besoin qu’on leur accorde de la valeur et de l’attention, et un père plein de discernement en tient compte. Ils ont aussi besoin de savoir qu’ils sont des membres à part entière de la famille. Imaginez ce qu’a dû ressentir Jésus — même s’il était déjà adulte — lorsque son Père lui a témoigné ainsi son estime !
Deuxièmement, en appelant son Fils “ le bien-aimé ”, Jéhovah a exprimé ouvertement son amour pour Jésus. C’était comme s’il lui disait : ‘ Je t’aime. ’ Un bon père dit à ses enfants qu’il les aime tendrement. Des paroles de ce genre, accompagnées de saines marques d’affection, aident les enfants à s’épanouir. Combien Jésus a dû être touché d’entendre son Père lui exprimer son amour !
Troisièmement, par les mots “ je t’ai agréé ”, Jéhovah manifestait son approbation à son Fils. Il déclarait en somme : ‘ Mon Fils, je suis content de ce que tu as fait. ’ Un père plein d’amour cherche des occasions de faire savoir à ses enfants qu’il apprécie ce qu’ils disent ou font de bien. L’approbation de leurs parents donne de la force et du courage aux enfants. Jésus a assurément dû être encouragé d’entendre qu’il avait l’approbation de son Père
Incontestablement, Jéhovah est un Père incomparable – TG2008 1/1 p25

JÉSUS SE SAVAIT AIMÉ ET APPROUVÉ PAR SON PÈRE
- « Celui-ci est mon Fils, le bien-aimé, que j’ai agréé » (Matthieu 3:17).
Jéhovah a prononcé ces paroles depuis les cieux lors du baptême de Jésus. Par-là, il montrait publiquement qu’il aimait et qu’il approuvait son Fils. Pas étonnant que Jésus ait affirmé : « Le Père m’aime » ! (Jean 10:17). Sachant tout le bien que son Père pensait de lui, Jésus a eu le courage d’affronter l’opposition et les critiques. Il a su rester maître de ses émotions, même face à la mort (Jean 10:18).
La conviction d’être aimé et approuvé par son Père a certainement donné encore plus de sens à sa vie. Sans aucun doute, Jésus a eu une vie pleine de sens. Son exemple nous montre comment donner un sens véritable à notre vie – TG2013 1/4

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

A Joseph, un ange lui est apparu en rêve et lui a dit : N’aie pas peur de prendre chez toi Marie ta femme, car ce qui a été engendré en elle est de par l’esprit saint. Elle mettra au monde un fils, et tu devras l’appeler du nom de Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés. ” Joseph a tenu compte de la direction divine et a pris Marie chez lui. — Matthieu 1:20-24.
En agissant ainsi, cet homme juste et fidèle a joué un rôle dans l’accomplissement de ce dont Jéhovah avait parlé par l’intermédiaire du prophète Isaïe : “ Voyez ! La jeune fille deviendra bel et bien enceinte, et elle met au monde un fils, et, à coup sûr, elle l’appellera du nom d’Emmanuel. ” (Isaïe 7:14). Joseph était incontestablement un homme spirituel qui accordait de la valeur au privilège de devenir le père adoptif du Messie, en dépit du fait que le fils premier-né de Marie ne serait pas de lui. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Des leçons d’attachement à Dieu, que nous pourrons appliquer comme suit : 1) Soumettons-nous fidèlement à la volonté exprimée par Dieu et affrontons toutes les épreuves qui en découlent. 2) Donnons la priorité aux valeurs spirituelles, même si cela implique des sacrifices. 3) Éduquons nos enfants en harmonie avec les Écritures. 4) Ne perdons pas espoir pour les membres de notre famille qui ne partagent pas notre foi. 5) Ne nous enorgueillissons pas d’éventuels liens de parenté avec des membres en vue de la congrégation. Ainsi, l’étude des renseignements disponibles sur la famille humaine de Jésus nous rapproche de lui et accroît notre reconnaissance pour le fait que Jéhovah a choisi une famille ordinaire pour prendre soin de lui quand il était enfant. – TG2003 15/12 p5

Qu’est-ce qui montre que Marie était une femme spirituelle ?
Marie. Jéhovah l’a choisie pour être la mère de Jésus parce que c’était une jeune femme spirituelle. Sa spiritualité ressort de ce qu’elle a dit quand elle a rendu visite à ses proches, Zacharie et Élisabeth (Luc 1:46-55). Les paroles de Marie prouvent qu’elle aimait profondément la Parole de Dieu et qu’elle connaissait très bien les Écritures hébraïques. Remarquons également que, même après leur mariage, Marie et Joseph n’ont pas eu de relations sexuelles jusqu’à la naissance de Jésus. Cela montre qu’ils accordaient plus d’importance à la mission que Dieu leur avait confiée qu’à leurs désirs personnels (Mat. 1:25). De plus, au cours des années, Marie a observé attentivement ce qui se passait dans la vie de Jésus et elle a gardé « dans son cœur » toutes les paroles de sagesse qu’il prononçait (Luc 2:51). De toute évidence, elle s’intéressait aux prophéties concernant le Messie. Pouvons-nous imiter Marie en mettant la volonté de Dieu en premier dans notre vie ? – TG2018 Février p18-22 §11

Le récit biblique n’indique pas combien d’astrologues “ venus de l’Est ” apportèrent “ or, oliban et myrrhe ” à Jésus enfant. Rien n’appuie la tradition selon laquelle ils étaient trois (Mt 2:1, 11). Étant des astrologues, ils servaient des faux dieux et se laissèrent guider, sciemment ou non, par ce qui leur parut être une “ étoile ” en mouvement. Ils avertirent Hérode que le “ roi des Juifs ” était né, et Hérode chercha alors à faire mourir Jésus. Mais le complot échoua. Jéhovah intervint et se révéla plus puissant que les dieux démons des astrologues ; par conséquent, au lieu de retourner chez Hérode, les astrologues rentrèrent chez eux par un autre chemin après avoir été “ divinement avertis en rêve ”. — Mt 2:2, 12. – it1 Astrologues

Les astrologues ont-ils offert des cadeaux à Jésus pour fêter sa naissance ?
Non. C’était une coutume courante aux temps bibliques que d’offrir des cadeaux pour présenter ses hommages à un personnage important (1 Rois 10:1, 2, 10, 13 ; Matthieu 2:2, 11). En réalité, les astrologues ne sont pas arrivés la nuit de la naissance de Jésus. Jésus n’était pas un bébé couché dans une crèche ; il était âgé de plusieurs mois et il vivait dans une maison quand ils se sont présentés. Même si la naissance d’un bébé a de tout temps été un événement joyeux, il n’est question dans la Bible d’aucun anniversaire qui ait été célébré en l’honneur d’un serviteur de Dieu – Livre Amour de Dieu (lv) chap13 § 8,9

Le roi Hérode a appris par les astrologues que le « roi des Juifs » était né. Alors il s’est mis en colère et il a voulu tuer le bébé. (Matthieu 2 :1-3,13). Il a donc ordonné de tuer tous les garçons de 0 à 2 ans à Bethléhem et ses environs. (Matthieu 2 :13-18) Jésus a survécu à ce terrible massacre. Mais qu’est-ce que cela nous apprend sur notre ennemi Satan ? Que la vie humaine ne vaut rien pour lui. Il n’a même pas de compassion pour les enfants. C’est vraiment « un lion rugissant ». N’oublions jamais à quel point Satan est cruel – TG2015 15/5 p3-8 § 13

L’expression formée du nom individuel Jésus suivi du titre Christ attire peut-être l’attention sur la personne et ensuite sur le fait qu’il est celui qui devint l’Oint de Jéhovah. Il le devint quand, vers l’âge de 30 ans, il fut baptisé dans l’eau et oint de l’esprit de Jéhovah rendu visible sous la forme d’une colombe qui descendit sur lui (Mt 3:13-17). C’est ce que Pierre expliqua à la Pentecôte : “ Dieu l’a fait et Seigneur et Christ, ce Jésus ”, rappelant sans doute ce qu’il avait entendu de la bouche même de Jésus qui, le premier, utilisa l’expression “ Jésus Christ ”. (Ac 2:36-38 ; Jn 17:3.) On la retrouve également dans les premiers mots des Écritures grecques chrétiennes. — Mt 1:1. - En revanche, quand il est question de “ Christ Jésus ” au lieu de “ Jésus Christ ”, le titre précédant le nom individuel, c’est la fonction ou la position de Jésus qui est davantage mise en évidence. L’attention est d’abord attirée sur la fonction, et ensuite seulement sur celui qui l’assume - it-1 p446

La première fois qu’il est question de baptême dans la Bible, c’est pour parler de celui que Jean le Baptiste accomplissait (Matthieu 3:1-6). Ceux qui recevaient ce baptême montraient qu’ils s’étaient repentis de leurs péchés. Autrement dit, ils admettaient avoir désobéi à la Loi de Moïse et le regrettaient profondément. Mais Jean a aussi eu le privilège exceptionnel de baptiser Jésus, le Fils parfait de Dieu. Ce baptême avait une signification complètement différente (Matthieu 3:13-17). En effet, Jésus n’avait jamais péché. Il n’avait donc pas besoin de se repentir. En fait, son baptême montrait qu’il était prêt à utiliser sa vie pour faire la volonté de Dieu – TG2018 mars p3-7 § 6

3:16 — En quel sens ‘ les cieux se sont-ils ouverts ’ lors du baptême de Jésus ? Cette expression semble indiquer que les souvenirs de l’existence préhumaine et céleste de Jésus lui sont revenus, à se souvenir de toute sa vie au ciel avec Dieu. Une fois baptisé, Jésus part dans le désert pour réfléchir à ces souvenirs qui lui reviennent


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 445
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum