RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 DECEMBRE 2017 - MALACHIE 1-4

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES - SEMAINE DU 25 DECEMBRE 2017 - MALACHIE 1-4

Message  Michèle le Jeu 21 Déc 2017 - 18:27

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
Recherchons des perles spirituelles (8 min) : MALACHIE 1-4


Malachie 1:10 : Pourquoi nos actes d’adoration doivent-ils être motivés par l’amour désintéressé que nous portons à Dieu et à notre prochain ? (w07 15/12 27 § 1).
“ Qui même d’entre vous fermera les portes ? Et vous n’allumerez pas mon autel — pour rien. Je n’ai aucun plaisir en vous ”, a dit Jéhovah des armées, “ et je ne prends pas plaisir à l’offrande de votre main. ”


Jéhovah ne prenait aucun plaisir aux offrandes des prêtres avides, qui se faisaient payer pour des services aussi simples que fermer les portes ou allumer le feu de l’autel. Veillons donc à ce que nos actes d’adoration, dont le ministère chrétien fait partie, soient motivés par l’amour désintéressé que nous portons à Dieu et à notre prochain, et non par le désir d’obtenir un avantage financier – TG2007

Les prêtres du temps de Malachie étaient égoïstes, sans amour et avides d’argent. Ces prêtres avides exigeaient une rémunération pour le moindre service accompli au temple ! Ils se faisaient payer même pour fermer les portes et allumer le feu sur l’autel ! Il n’est pas étonnant que Jéhovah ne prenait pas plaisir à l’offrande de leur main. L’avidité et l’égoïsme des prêtres pécheurs de la Jérusalem antique nous rappellent peut-être que, d’après la Parole de Dieu, les gens avides n’hériteront pas du Royaume de Dieu (1 Corinthiens 6:9, 10). En réfléchissant au comportement de ces prêtres, qui recherchaient leur intérêt, nous ne sommes que plus admiratifs devant la prédication effectuée dans le monde entier par les Témoins de Jéhovah. Nous accomplissons notre ministère volontairement, sans jamais demander d’argent. - TG2002 1/5 p10-13 § 13,14

Malachie 3:1 : Comment ce verset s’est-il réalisé au Ier siècle et à notre époque ? (w13 15/7 10-11 § 5-6).
“ Voyez ! J’envoie mon messager, et il devra frayer un chemin devant moi. Et soudain viendra à Son temple le [vrai] Seigneur que vous cherchez, et le messager de l’alliance en qui vous prenez plaisir. Voyez ! Il viendra à coup sûr ”, a dit Jéhovah des armées »


Les évènements qu’évoque l’exemple du blé et de la mauvaise herbe avaient été annoncés des siècles plus tôt dans une prophétie que Jéhovah a inspirée à Malachie (Malachie 3:1-4). Le « messager » qui devait « frayer un chemin » fut Jean le baptiseur (Mat. 11:10, 11). Sa venue en 29 de n. è. annonçait une époque de jugement pour la nation d’Israël. Le second messager fut Jésus. Il a purifié le temple de Jérusalem à deux reprises : au début de son ministère puis vers la fin. Son œuvre de purification a donc duré un certain temps.
Et sur une grande échelle, comment la prophétie de Malachie s’est-elle accomplie ? Au cours des décennies précédant 1914, Charles Russell et ses associés ont effectué une œuvre semblable à celle de Jean le baptiseur. Cette œuvre essentielle consistait à rétablir les vérités bibliques. Les Étudiants de la Bible ont enseigné le véritable sens du sacrifice rédempteur du Christ, dévoilé le mensonge de l’enfer de feu et proclamé l’imminence de la fin des temps des Gentils. Toutefois, de nombreux groupes religieux se disaient chrétiens. Une question capitale se posait donc : Qui parmi ces groupes était le blé ? Pour le déterminer, en 1914 Jésus a commencé à inspecter le temple spirituel. Cette inspection et cette œuvre de purification ont donc duré un certain temps : de 1914 jusqu’aux premiers mois de 1919 – TG2013

À l’époque moderne, quand Jéhovah, « le vrai Seigneur », est-il venu inspecter ceux qui le servaient dans la cour terrestre du temple spirituel ? La prophétie indique qu’il viendrait accompagné du « messager de l’alliance », c’est-à-dire du Roi messianique, Jésus Christ. Tout juste intronisé, celui-ci inspecterait et affinerait les serviteurs de Dieu sur terre. Quand se leva le jour du Seigneur, en octobre 1914, il se trouvait encore de vrais chrétiens sur la terre. Il semble que Jéhovah soit venu à son temple spirituel pour le jugement environ trois ans et demi plus tard, soit en 1918, et Jésus, son “ messager de l’alliance ”, l’accompagnait - re31

3:1-3 — À quel moment “ le vrai Seigneur ” et “ le messager de l’alliance ” sont-ils venus au temple, et qui a été envoyé en avant d’eux ? Jéhovah est venu à son temple, au moyen de son représentant, et l’a purifié, le 10 Nisan de l’an 33. Ce jour-là, Jésus est entré dans le temple et a jeté dehors ceux qui y vendaient et y achetaient (Marc 11:15). C’était trois ans et demi après son onction en tant que Roi désigné. Tout porte à croire que, de manière parallèle, trois ans et demi après son accession au trône dans le ciel, Jésus a accompagné Jéhovah au temple spirituel et a constaté que le peuple de Dieu avait besoin d’être purifié. Au Ier siècle, Jean le baptiseur fut envoyé pour préparer les Juifs à la venue de Jésus Christ. À l’époque moderne, un messager a été envoyé à l’avance pour préparer le chemin en attendant que Jéhovah vienne à son temple spirituel. Dès les années 1880, un groupe de personnes étudiant la Bible s’est lancé dans une œuvre d’instruction biblique, afin d’enseigner aux gens sincères nombre des vérités fondamentales de la Parole de Dieu. – TG2007

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

Comment le livre de Malachie, écrit il y a plus de 2 400 ans, nous aide-t-il au XXIe siècle à nous préparer en vue du grand et redoutable jour de Jéhovah ? Le premier chapitre attire notre attention sur au moins six points capitaux pour magnifier Jéhovah par l’action de grâces afin d’obtenir sa faveur et la vie éternelle : 1) Jéhovah aime ses serviteurs. 2) Nous devons montrer du respect pour les choses sacrées. 3) Jéhovah s’attend à ce que nous lui donnions le meilleur. 4) Le vrai culte est motivé par un amour désintéressé, non par l’avidité. 5) Le service que Dieu agrée n’est pas une formalité pesante. 6) Chacun de nous doit rendre des comptes à Dieu – TG2002 1/5 p10-13 § 4

Jéhovah aime ses serviteurs - L’amour de Jéhovah ressort des premiers versets du livre de Malachie. Ce livre commence par ces mots : “ Déclaration : La parole de Jéhovah au sujet d’Israël. ” Dieu déclare ensuite : Je vous ai aimés. ” Il cite un exemple dans le même verset : “ J’ai aimé Jacob. ” Jacob était un homme qui avait foi en Jéhovah. Avec le temps, Jéhovah a changé son nom en Israël, et il est devenu un ancêtre de la nation d’Israël. C’est parce que Jacob était un homme de foi que Jéhovah l’aimait. Jéhovah aimait également les membres de son peuple qui avaient à son égard le même état d’esprit que Jacob. — Malachie 1:1, 2. Si nous aimons Jéhovah et restons fidèlement attachés à son peuple, nous pouvons tirer consolation de la déclaration qu’on trouve en 1 Samuel 12:22 : “ Jéhovah ne délaissera pas son peuple, à cause de son grand nom. ” Jéhovah aime ses serviteurs et les récompense, au bout du compte, de la vie éternelle ; c’est pourquoi on lit : “ Mets ta confiance en Jéhovah et fais le bien ; réside sur la terre et agis avec fidélité. Délecte-toi également en Jéhovah, et il t’accordera les demandes de ton cœur. ” (Psaume 37:3, 4). - TG2002 1/5 p10-13 § 5,6

Donnons le meilleur à Jéhovah - Les prêtres de Juda qui officiaient au temple de Jérusalem à l’époque de Malachie étaient loin d’offrir à Jéhovah les meilleurs sacrifices. Malachie 1:6-8 déclare en effet : “ ‘ [b]Le fils, lui, honore le père, et le serviteur son grand maître. Si donc je suis un père, où est l’honneur qui m’est dû ? Et si je suis un Grand Maître, où est la crainte de moi ? ’ a dit Jéhovah des armées, à vous, ô prêtres qui méprisez mon nom ![/b] ” “ En quoi avons-nous méprisé ton nom ? ” ont demandé les prêtres. “ En présentant sur mon autel du pain souillé ”, a répondu Jéhovah. “ En quoi t’avons-nous souillé ? ” ont demandé les prêtres. Jéhovah de rétorquer : “ C’est en disant : ‘ La table de Jéhovah est chose méprisable. ’ ” Ces prêtres méprisaient la table de Jéhovah chaque fois qu’ils présentaient un sacrifice défectueux en prétendant : “ Il n’y a rien de mal. ”
Jéhovah a alors tenu ce raisonnement concernant leurs sacrifices inacceptables : “ Fais-la [la bête] approcher de ton gouverneur, s’il te plaît. Prendra-t-il plaisir en toi ou t’accueillera-t-il aimablement ? Évidemment, leur gouverneur n’aurait pas pris plaisir en un tel don. Combien moins le Souverain de l’univers accepte-t-il des offrandes de mauvaise qualité ! Et les prêtres n’étaient pas les seuls à blâmer. Certes, ils méprisaient Jéhovah en faisant les sacrifices. Mais le peuple était-il irrépréhensible ? Certainement pas. Après tout, n’étaient-ce pas les gens du peuple qui choisissaient des animaux aveugles, boiteux ou malades et qui les apportaient aux prêtres pour qu’ils les sacrifient ? Quel péché !
Donnons le meilleur à Jéhovah ; c’est le moyen de prouver que nous l’aimons. Contrairement aux prêtres rebelles de l’époque de Malachie, l’Organisation de Jéhovah transmet aujourd’hui une instruction fondée sur les Écritures qui nous aide à magnifier Jéhovah par l’action de grâces en remplissant ses exigences TG2002 1/5 p10-13 § 10-12

Le service qu’on offre à Dieu n’est pas une formalité pesante - Les prêtres dépourvus de foi de la Jérusalem antique considéraient l’offrande de sacrifices comme une cérémonie fatigante. Elle était pour eux un fardeau. Selon Malachie 1:13, Dieu leur a lancé : Vous avez dit : ‘ Voyez ! Quelle fatigue ! ’ et vous avez fait qu’on la dédaigne.Ces prêtres dédaignaient, méprisaient, les choses sacrées de Dieu. Prions pour ne jamais devenir comme eux. Manifestons toujours, au contraire, l’esprit qui transparaît en 1 Jean 5:3 : “ Voici ce que signifie l’amour de Dieu : que nous observions ses commandements ; et pourtant ses commandements ne sont pas pesants. ”
Prenons plaisir à offrir des sacrifices spirituels à Dieu ; ne les considérons jamais comme un fardeau harassant. Suivons ces paroles prophétiques : “ Dites-lui [à Jéhovah], vous tous : ‘ Puisses-tu pardonner la faute ; accepte ce qui est bon, et nous voulons offrir en retour les jeunes taureaux de nos lèvres. ’ ” (Osée 14:2). Cette expression, “ les jeunes taureaux de nos lèvres ”, évoque des sacrifices spirituels, les paroles que nous prononçons pour louer Jéhovah et ses desseins. Hébreux 13:15 déclare : “ Par son intermédiaire [celui de Jésus Christ] offrons toujours à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui font une déclaration publique pour son nom. ” Combien nous sommes heureux que nos sacrifices spirituels ne soient pas de simples formalités, mais des manifestations sincères de notre amour pour Dieu - TG2002 1/5 p10-13 § 15,16

Chacun doit rendre des comptes - Les contemporains de Malachie étaient responsables de leurs actes, tout comme nous le sommes des nôtres. On lit en Malachie 1:14 : “ ‘ Maudit est celui qui agit avec ruse lorsqu’il existe dans son troupeau un mâle [sans défaut], et il fait un vœu et sacrifie à Jéhovah une bête tarée. ’ ” Un homme qui possédait un troupeau disposait d’un ensemble d’animaux, pas d’une seule bête, d’une seule brebis ; il avait donc le choix. Lorsqu’il sélectionnait une bête pour l’offrir en sacrifice, il n’était pas obligé d’en prendre une aveugle, boiteuse ou malade. S’il en prenait une qui avait une tare, ne montrait-il pas qu’il méprisait les sacrifices demandés par Jéhovah ? Un homme qui possédait un troupeau était en mesure de trouver un animal sans défaut. Jéhovah était donc en droit de maudire celui qui agissait avec ruse, celui qui avait un animal qui aurait convenu, mais qui apportait aux prêtres, pour la sacrifier (peut-être en la traînant), une bête aveugle, boiteuse ou malade. Pourtant, nulle part on ne trouve ne serait-ce qu’une allusion à un prêtre qui aurait cité la loi de Dieu et qui aurait expliqué que les animaux tarés étaient inacceptables (Lévitique 22:17-20). N’importe quel individu sensé savait qu’il ne se serait guère attiré les faveurs de son gouverneur s’il s’était avisé de lui remettre un tel don. Or, les Israélites avaient affaire à Jéhovah, le Souverain de l’univers, un personnage infiniment plus éminent que n’importe quel gouverneur humain ! Malachie 1:14 l’explique en ces termes : “ Je suis un grand Roi ’, a dit Jéhovah des armées, ‘ et mon nom sera redoutable parmi les nations. ’ ”
Nous qui sommes des serviteurs fidèles de Dieu, nous attendons avec impatience le jour où le Grand Roi, Jéhovah, sera révéré par tous les humains. À cette époque-là, “ la terre sera remplie de la connaissance de Jéhovah comme les eaux recouvrent la mer ”. (Isaïe 11:9.) En attendant, remplissons de notre mieux les exigences divines en imitant le psalmiste qui a dit : “ Je veux le magnifier par l’action de grâces. ” - TG2002 1/5 p10-13 § 17-19

Suivons les normes de Dieu
- Ne pensons pas que les prêtres méritaient d’être compris et pardonnés du fait qu’ils n’étaient que des humains imparfaits, à qui on ne pouvait pas demander de suivre les normes de Dieu. En réalité, les humains peuvent garder les commandements de Jéhovah, car il ne leur demande pas plus qu’ils ne peuvent donner. Probablement quelques prêtres ont-ils suivi les normes de Dieu ; en tout cas, quelqu’un l’a fait par la suite : Jésus, le “ grand prêtre ” par excellence (Héb. 3:1). On pouvait réellement dire de lui : “ La loi de vérité était dans sa bouche, et il ne s’est pas trouvé d’injustice sur ses lèvres. Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture, et nombreux furent ceux qu’il a ramenés de la faute. ” — Malachie 2:6.
Pareillement, depuis plus d’un siècle à présent, les frères oints du Christ, ceux qui ont l’espérance céleste, servent en qualité de “ sainte prêtrise, afin d’offrir des sacrifices spirituels, agréés de Dieu ”. (1 Pierre 2:5.) Ils donnent l’exemple pour ce qui est de répandre les vérités bibliques. En apprenant les vérités qu’ils enseignent, n’avez-vous pas constaté que la loi de vérité était dans leur bouche ? Ils ont aidé beaucoup de gens à se détourner de l’erreur sur le plan religieux, si bien qu’actuellement des millions d’humains dans le monde connaissent les vérités bibliques et partagent l’espérance de la vie éternelle. Ces humains ont à leur tour la joie d’enseigner la loi de vérité à des millions de personnes - TG2002 1/5 p10-13 § 8,9

Jéhovah leur dit : “ Apportez tous les dixièmes au magasin, pour qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; et, s’il vous plaît, mettez-moi à l’épreuve à ce propos [...] pour voir si je n’ouvrirai pas pour vous les écluses des cieux et si je ne viderai pas réellement sur vous une bénédiction jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de pénurie. ” — Malachie 3:10.
Jéhovah bénit effectivement ceux qui le servent. Comment ? Il les bénit en leur accordant une meilleure compréhension de ses desseins. Il les bénit aussi en leur donnant des résultats incroyables dans la prédication. De nombreux humains sincères viennent pratiquer le vrai culte avec eux. Ils sont “ une grande foule [...] de toutes nations et tribus et peuples et langues [...]. Et sans cesse ils crient d’une voix forte, disant : ‘ Le salut, nous le devons à notre Dieu, qui est assis sur le trône, et à l’Agneau. ’ ” (Révélation 7:9, 10). Cette grande foule s’est manifestée de façon extraordinaire. - TG2002 1/5 p10-13 § 15,16

3:10 — Est-ce qu’apporter “ tous les dixièmes ”, ou la dîme, signifie donner à Jéhovah tout ce que nous avons ? La Loi mosaïque a été abolie en vertu de la mort de Jésus. Par conséquent, payer la dîme n’est pas une exigence chrétienne. Toutefois, cet acte revêt un sens symbolique (Éphésiens 2:15). Il ne signifie pas donner tout ce que nous avons.
En effet, le dixième était apporté d’année en année, tandis que nous ne faisons qu’une seule fois l’offrande à Jéhovah de tout ce que nous possédons — au moment où nous lui vouons notre vie et où nous symbolisons ce vœu par le baptême. À partir de ce moment-là, tout ce que nous avons appartient à Jéhovah. Il nous permet néanmoins d’en choisir une part — une dîme symbolique — que nous consacrerons à son service. Celle-ci est fonction de notre situation et de ce que notre cœur nous pousse à faire. Les offrandes que nous apportons à Jéhovah sont notamment le temps, l’énergie et les ressources que nous employons dans la prédication du Royaume et l’œuvre d’enseignement. Elles englobent aussi l’assistance aux réunions chrétiennes, les visites à nos compagnons malades ou âgés et le soutien financier du vrai culte. Ne pas donner à Jéhovah le meilleur de soi-même, c’est se priver de sa bénédiction – TG2007

De nos jours, beaucoup tirent la même conclusion que certains Israélites de l’époque de Malachie : “ Il est bien inutile de servir Dieu, et qu’avons-nous gagné en lui obéissant ? ” (Mal. 3:14, Bible du Semeur). Aveuglés par leurs désirs matérialistes, ils jugent le dessein de Dieu irréalisable et ses lois dépassées. Pour eux, la prédication de la bonne nouvelle est une perte de temps et une source d’irritation.
Pour savoir qui les pousse à raisonner ainsi, il faut remonter au jardin d’Éden. C’est Satan qui a persuadé Ève de faire peu de cas non seulement de la vie magnifique que Jéhovah lui avait offerte, mais aussi de Son approbation. Aujourd’hui, c’est encore Satan qui incite les humains à croire qu’ils n’ont rien à gagner à faire la volonté de Dieu. Cependant, Ève et son mari se sont rendu compte que perdre la faveur de Dieu signifiait perdre la vie. Ceux qui suivent leur mauvais exemple en feront bientôt l’amer constat – TG2011 15/2 §18,19

Jéhovah bénit ceux qui le servent. On lit en Malachie 3:16 : “ À cette époque-là ceux qui craignent Jéhovah parlèrent l’un avec l’autre, chacun avec son compagnon, et Jéhovah faisait attention et écoutait. Et un livre de souvenir commença à être écrit devant lui pour ceux qui craignent Jéhovah et pour ceux qui pensent à son nom. ” Depuis l’époque d’Abel, Dieu écrit dans un livre, en quelque sorte, les noms des humains dont il se souviendra pour qu’ils vivent éternellement - TG2002 1/5 p10-13 § 15

3:16. Jéhovah tient figurément parlant un registre de ceux qui le craignent et qui lui sont fidèles. Il se souvient d’eux et les gardera en vie quand il mettra fin au monde méchant de Satan. Ne faiblissons donc pas dans notre détermination à lui rester fidèles. – TG2007

Plus le temps passe, plus le contraste entre les serviteurs fidèles de Jéhovah et les gens appartenant au monde de Satan ressort nettement. Malachie 3:18 a prédit : “ À coup sûr vous verrez de nouveau la distinction entre un juste et un méchant, entre qui sert Dieu et qui ne l’a pas servi. ” L’une des nombreuses différences est que les serviteurs de Jéhovah le servent avec grande joie, entre autres choses en raison de la merveilleuse espérance qu’ils nourrissent. Nous avons confiance dans les promesses de Jéhovah selon lesquelles ses fidèles survivront à son grand jour et entreront dans le monde nouveau. Et même si quelques-uns d’entre nous meurent avant à cause de l’âge, de la maladie ou d’un accident, Jéhovah donne sa parole qu’il les ressuscitera avec la perspective de vivre éternellement. Alors, même si nous avons nos problèmes et nos limites, n’avons-nous pas, en attendant le jour de Jéhovah, toutes les raisons d’être les gens les plus heureux du monde ? TG2002 1/5 p10-13 §19,20

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

Montrons du respect pour les choses sacrées - Comme l’indique Malachie 1:2, 3, après avoir dit : “ J’ai aimé Jacob ”, Jéhovah déclare : “ Ésaü, je l’ai haï.Pourquoi cette différence ? Jacob magnifiait Jéhovah, mais pas Ésaü, son frère jumeau. Ésaü était également appelé Édom. En Malachie 1:4, le pays d’Édom est qualifié de territoire de la méchanceté, et ses habitants sont condamnés. Le nom Édom (qui signifie “ Rouge ”) a été donné à Ésaü après qu’il a vendu son précieux droit d’aînesse à Jacob contre un mets rouge. “ Ainsi Ésaü méprisa le droit d’aînesse ”, lit-on en Genèse 25:34. L’apôtre Paul a conseillé à ses compagnons dans la foi de veiller à ce “ qu’il n’y ait pas de fornicateur ni d’homme n’ayant aucun respect pour les choses sacrées, comme Ésaü, qui en échange d’un seul plat a donné ses droits de premier-né ”. — Hébreux 12:14-16.
Pourquoi Paul a-t-il assimilé les actions d’Ésaü à de la fornication ? Parce que celui qui a l’état d’esprit d’Ésaü risque de ne pas respecter les choses sacrées. Cela peut l’amener à commettre des péchés graves, comme la fornication. Chacun de nous peut donc se demander : ‘ Suis-je parfois tenté de vendre mon héritage chrétien, la vie éternelle, pour quelque chose d’aussi éphémère qu’un plat de lentilles ? Est-ce que, sans m’en rendre compte, je ne mépriserais pas les choses sacrées ? ’ Ésaü était impatient de satisfaire un besoin physique. Il a dit à Jacob : “ Vite, s’il te plaît, donne-moi à avaler de ce rouge. ” (Genèse 25:30). Malheureusement, certains serviteurs de Dieu ont dit en quelque sorte : “ Vite ! Pourquoi attendre un mariage honorable ? ” Ils ont voulu satisfaire à tout prix leurs désirs sexuels, ce qui est devenu leur plat de lentilles.
Ne méprisons jamais les choses sacrées en dévalorisant la pureté, l’intégrité et notre héritage spirituel. Au lieu d’imiter Ésaü, soyons comme le fidèle Jacob : entretenons une crainte révérencielle de Dieu en montrant un profond respect pour les choses sacrées. Comment y parviendrons-nous ? En remplissant les exigences divines - TG2002 1/5 p10-13 § 7-9

Des prêtres répréhensibles - Au début du chapitre 2, Jéhovah reproche aux prêtres juifs de s’éloigner de ses voies justes. S’ils ne prenaient pas à cœur ses conseils et ne corrigeaient pas leurs voies, ils en subiraient de graves conséquences. Notez les deux premiers versets : “ ‘ Ce commandement est pour vous, ô prêtres ! Si vous n’écoutez pas et si vous ne prenez pas à cœur de rendre gloire à mon nom ’, a dit Jéhovah des armées, ‘ alors, à coup sûr, j’enverrai sur vous la malédiction et je maudirai vos bénédictions. ” S’ils avaient enseigné au peuple les lois de Dieu et les avaient gardées, les prêtres auraient été bénis. Mais parce qu’ils n’ont pas tenu compte de la volonté divine, c’est une malédiction qui les attendait. Même les bénédictions qu’ils prononçaient s’avéreraient être une malédiction.
Pourquoi les prêtres étaient-ils particulièrement répréhensibles ? Le verset 7 l’indique clairement : “ Ce sont les lèvres du prêtre qui doivent garder la connaissance, et c’est la loi qu’on doit chercher de sa bouche ; car il est le messager de Jéhovah des armées. ” Plus de mille ans avant, les lois que Dieu avait données à Israël par l’intermédiaire de Moïse expliquaient que les prêtres étaient chargés ‘ d’enseigner aux fils d’Israël toutes les prescriptions que Jéhovah leur avait dites ’. (Lévitique 10:11.) Malheureusement, le rédacteur de 2 Chroniques 15:3 a rapporté par la suite : “ Ils ont été nombreux les jours où Israël a été sans vrai Dieu, sans prêtre qui enseigne et sans Loi. ”

À l’époque de Malachie, au Ve siècle avant notre ère, la situation de la prêtrise était la même. Les prêtres n’enseignaient pas la Loi de Dieu au peuple. Ils méritaient donc que l’on s’en prenne à eux. Regardez les paroles vigoureuses que Jéhovah leur adresse. On lit en Malachie 2:3 : “ Je disperserai des excréments sur vos visages, les excréments de vos fêtes. ” Quelle réprimande ! Les excréments des animaux offerts en sacrifice étaient censés être emportés en dehors du camp et brûlés. Mais Jéhovah leur dit que ces excréments seraient à la place dispersés sur leurs visages. Cela démontre qu’il méprisait et rejetait leurs sacrifices et ceux qui les offraient. Des siècles avant l’époque de Malachie, Jéhovah avait chargé les Lévites de prendre soin du tabernacle (puis du temple) et de son ministère sacré. Ils étaient les enseignants de la nation d’Israël. S’ils s’étaient acquittés de cette mission, eux et la nation auraient bénéficié de la vie et de la paix (Nombres 3:5-8). Mais les Lévites ont perdu la crainte de Dieu qu’ils éprouvaient au départ. En conséquence, Jéhovah leur a dit : Vous vous êtes écartés de la voie. Vous en avez fait trébucher un grand nombre dans la loi. Vous avez perverti l’alliance de Lévi [...] vous n’avez pas gardé mes voies. ” (Malachie 2:8, 9). En n’enseignant pas la vérité et par leur mauvais exemple, les prêtres ont entraîné beaucoup d’Israélites dans le mal. Jéhovah avait donc des raisons d’être en colère contre eux. – TG2002 1/5 14-19 § 4-7

Des raisons d’être sur nos gardes - . Nous pourrions passer à côté des leçons sous-entendues en Malachie 2:1-9. Veillons-nous personnellement à ce qu’il ne se trouve pas d’injustice sur nos lèvres ? Par exemple, les membres de notre famille peuvent-ils croire ce que nous disons ? Nos frères et sœurs spirituels dans la congrégation le peuvent-ils ? Il serait facile de prendre l’habitude de tenir des propos exacts, mais tournés de façon à tromper les autres. Quelqu’un pourrait aussi exagérer ou cacher des détails dans le domaine des affaires. Cela échapperait-il à Jéhovah ? Et si nous avions ce genre d’habitudes, accepterait-il les sacrifices de louange de nos lèvres ?
Quant aux chrétiens qui ont le privilège d’enseigner la Parole de Dieu dans les congrégations aujourd’hui, Malachie 2:7 les met en garde. On y lit que leurs lèvres “ doivent garder la connaissance, et c’est la loi qu’on doit chercher ” dans leur bouche. Une lourde responsabilité pèse sur leurs épaules, car Jacques 3:1 indique qu’ils ‘ recevront un jugement plus sévère ’. S’ils doivent enseigner avec vigueur et enthousiasme, leur enseignement doit être solidement fondé sur la Parole écrite de Dieu et sur l’instruction que fournit l’organisation de Jéhovah. Ils seront ainsi “ qualifiés pour enseigner les autres ”. Voilà pourquoi il est conseillé à chacun d’entre eux : “ Fais tout ton possible pour te présenter à Dieu comme un homme approuvé, un ouvrier qui n’a à rougir de rien, qui expose correctement la parole de la vérité. ” — 2 Timothée 2:2, 15.
Si nous n’y prêtions attention, il pourrait être tentant de glisser nos préférences ou nos opinions personnelles dans notre enseignement. Cela peut être particulièrement tentant si nous sommes enclins à nous fier à nos conclusions même lorsqu’elles contredisent l’enseignement de l’Organisation de Jéhovah. Mais Malachie chapitre 2 est clair : on s’attend à ce que les enseignants de la congrégation s’en tiennent à la connaissance venant de Dieu, et n’énoncent pas des idées personnelles, qui risqueraient de faire trébucher les brebis. Jésus a déclaré : “ Qui fait trébucher un de ces petits qui ont foi en moi, il est plus avantageux pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ces meules de moulin que font tourner les ânes et d’être englouti dans la grande et vaste mer. ” Matthieu 18:6. - TG2002 1/5 14-19 § 10-12

Le mariage avec un non-croyant - À partir du verset 10, Malachie chapitre 2 parle encore plus précisément de la traîtrise. Le prophète s’arrête sur deux comportements liés, à propos desquels il emploie plusieurs fois le verbe “ trahir ”. Remarquez d’abord que Malachie précède ses conseils de ces questions : “ N’est-ce pas un seul père que nous avons tous ? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi nous trahissons-nous l’un l’autre, en profanant l’alliance de nos ancêtres ? ” Puis le verset 11 ajoute que la traîtrise des Israélites revenait à profaner “ la sainteté de Jéhovah ”. Que faisaient-ils de si grave ? Ce verset mentionne un de leurs comportements condamnables : ils avaient “ pris possession de la fille d’un dieu étranger, faisant d’elle une épouse ”.
En d’autres termes, certains Israélites, qui appartenaient pourtant à une nation vouée à Jéhovah, s’étaient mariés avec des personnes qui ne l’adoraient pas. Le contexte nous aide à comprendre pourquoi c’était grave. Le verset 10 déclare qu’ils avaient le même père. Il n’était pas question de Jacob (dont le nom avait été changé en Israël), ni d’Abraham, ni même d’Adam. Malachie 1:6 révèle que leur “ seul père ” était Jéhovah. Les Israélites entretenaient des relations avec lui ; ils constituaient une partie de l’alliance conclue avec leurs ancêtres. Or, une des lois de cette alliance stipulait : “ Tu ne devras pas t’allier par mariage avec elles. Ta fille, tu ne devras pas la donner à son fils ; et sa fille, tu ne devras pas la prendre pour ton fils. ” Deutéronome 7:3.
Certains aujourd’hui se disent peut-être : ‘ Cette personne que j’aime est vraiment remarquable. Elle (ou il) acceptera sûrement le vrai culte. ’ Un tel raisonnement confirme l’avertissement inspiré : “ Traître est le cœur, plus que toute autre chose, et il est extrêmement mauvais. ” (Jérémie 17:9). Ce que Dieu pense des mariages avec des non-croyants est expliqué en Malachie 2:12 : “ Jéhovah retranchera [...] quiconque fait cela. ” Nous sommes donc, nous, chrétiens, encouragés à nous marier “ seulement dans le Seigneur ”. (1 Corinthiens 7:39.) Dans le système chrétien, un croyant n’est pas ‘ retranché ’ parce qu’il se marie avec un non-croyant. Néanmoins, si le non-croyant ne change pas, que deviendra-t-il lorsque, sous peu, Dieu mettra fin au présent système de choses ? - TG2002 1/5 14-19 § 13-15

Causer du tort à son conjoint - Malachie passe à une deuxième sorte de trahison : celle qui consiste à causer du tort à son conjoint, notamment en divorçant sans raison. Le verset 14 du chapitre 2 déclare : “ Jéhovah lui-même a témoigné entre toi et la femme de ta jeunesse, que toi, tu as trahie, bien qu’elle soit ton amie et la femme de ton alliance. ” Étant donné que les maris juifs trahissaient leur femme, l’autel de Jéhovah était ‘ couvert de larmes ’. (Malachie 2:13.) Ces hommes obtenaient le divorce pour des motifs illégitimes ; ils abandonnaient la femme de leur jeunesse, probablement pour se marier à une plus jeune ou à une païenne. Et les prêtres corrompus toléraient cette situation ! Cependant, on lit en Malachie 2:16 : “ ‘ Il a haï le divorce ’, a dit Jéhovah le Dieu d’Israël. ” Par la suite, Jésus a montré que l’immoralité sexuelle est le seul motif de divorce qui autorise le conjoint innocent à se remarier. — Matthieu 19:9.
Réfléchissez à certaines des paroles de Malachie, et voyez si elles ne touchent pas le cœur et ne suscitent pas la bonté la plus élémentaire. Il dit : “ Ton amie et la femme de ton alliance. ” Chaque homme concerné s’était marié à une femme de la même religion que lui, à une Israélite, et l’avait choisie pour compagne, pour amie à vie. L’un et l’autre étaient certainement jeunes à ce moment-là. Le temps et l’âge n’auraient pas dû invalider l’alliance qu’ils avaient conclue, leur contrat de mariage.
Ces conseils ont tout autant de valeur aujourd’hui. Il est dommage que certains méprisent l’instruction divine de se marier seulement dans le Seigneur. Il est aussi regrettable que certains ne continuent pas à travailler avec amour à garder leur union forte. Ils tentent même de se justifier et adoptent un comportement que Dieu hait en obtenant un divorce contraire aux Écritures afin d’épouser quelqu’un d’autre ! Ces individus ‘ lassent Jéhovah ’.
À l’époque de Malachie, ceux qui rejetaient les conseils divins avaient même l’audace de penser que Jéhovah avait tort. Ils déclaraient en somme : “ Où est le Dieu de la justice ? ” Quelle pensée fallacieuse ! Ne tombons pas dans le même piège. Malachie 2:17.
Ce qui est rassurant, c’est que selon Malachie certains maris n’avaient pas trahi leur femme. Ils ‘ avaient ce qui restait de l’esprit saint de Dieu ’. (Verset 15.) Par bonheur, l’Organisation de Dieu aujourd’hui est remplie d’hommes qui ‘ assignent de l’honneur ’ à leur femme (1 Pierre 3:7). Ces maris ne causent pas de tort à leur femme, ni physiquement ni verbalement, ne la soumettent pas à des pratiques sexuelles dégradantes et ne la déshonorent pas en flirtant avec d’autres femmes ou en s’abreuvant de pornographie. L’Organisation de Jéhovah compte aussi de nombreuses chrétiennes qui sont fidèles à Dieu et à ses lois. Ces hommes et ces femmes savent ce que Dieu hait, et ils pensent et agissent en conséquence. Continuez de suivre leur exemple en ‘ obéissant à Dieu, en sa qualité de chef ’, et vous recevrez son esprit saint. - TG2002 1/5 14-19 § 16-19

Des événements impressionnants qui auront lieu dans un avenir proche toucheront tous les habitants de la terre. On lit en Malachie 4:1 : “ ‘ Voici que vient le jour qui est brûlant comme le four ; oui, tous les présomptueux et tous ceux qui pratiquent la méchanceté deviendront comme du chaume. Oui, le jour qui vient les dévorera ’, a dit Jéhovah des armées, ‘ si bien qu’il ne leur laissera ni racine ni branche. ’ ” Quelle sera l’étendue de la destruction du présent système de choses méchant ? Le système sera comme les racines d’un arbre qu’on détruit entièrement de sorte que l’arbre ne poussera jamais plus. – TG2002 1/5 p19-22

Après avoir prédit ce que le jour de Jéhovah fera au monde de Satan, Malachie 4:2 rapporte ces paroles de Jéhovah : Pour vous qui craignez mon nom se lèvera à coup sûr le soleil de la justice, avec la guérison dans ses ailes ; oui, vous sortirez et vous frapperez le sol de vos pieds comme des veaux engraissés. ” “ Le soleil de la justice ” est Jésus Christ. Il est “ la lumière [spirituelle] du monde ”. (Jean 8:12.) Jésus se lève avec la guérison, d’abord la guérison spirituelle, qui s’opère déjà aujourd’hui, puis la guérison physique totale, dans le monde nouveau. Comme le dit Jéhovah, ceux qui seront guéris ‘ sortiront et frapperont le sol de leurs pieds comme des veaux engraissés ’ qui sont excités et heureux de ne plus être enfermés. TG2002 1/5 p19-22 § 5

Qu’en est-il des gens qui ne tiennent pas compte des exigences de Jéhovah ? On lit en Malachie 4:3 : “ ‘ Vous [les serviteurs de Dieu] foulerez aux pieds les méchants, car ils deviendront comme de la poudre sous la plante de vos pieds, au jour où j’agirai ’, a dit Jéhovah des armées. ” Les adorateurs humains de Dieu ne participeront pas à la destruction du monde de Satan. Au sens figuré, ils ‘ foulent aux pieds les méchants ’ en participant à la célébration de la victoire qui suit le jour de Jéhovah. Une grande célébration a suivi la destruction des armées de Pharaon dans la mer Rouge (Exode 15:1-21). Pareillement, la suppression de Satan et de son monde lors de la grande tribulation sera suivie d’une célébration de victoire. Les survivants fidèles du jour de Jéhovah s’écrieront : “ Soyons dans la joie et réjouissons-nous en son salut. ” (Isaïe 25:9). Quelle allégresse éprouveront ceux qui verront alors la souveraineté de Jéhovah justifiée et la terre purifiée pour être habitée dans la paix ! - TG2002 1/5 p19-22 § 6

4:3 — En quel sens les adorateurs de Jéhovah ‘ fouleront-ils aux pieds les méchants ’ ?
Le peuple de Dieu sur la terre ne va pas littéralement ‘ fouler aux pieds les méchants ’, c’est-à-dire prendre part à l’exécution du jugement divin. En revanche, on a tout lieu de penser que les serviteurs de Dieu le feront de façon figurée, en participant de tout cœur à la célébration de la victoire qui suivra la destruction du monde de Satan. – TG2007

Les humains qui servent Jéhovah, contrairement à ceux qui ne le servent pas, ont son approbation. Il en allait de même à l’époque où Malachie a écrit son livre. En 537, un reste d’Israël avait été rétabli après 70 ans de captivité à Babylone. Mais au cours du siècle suivant, la nation restaurée était retombée dans l’apostasie et la méchanceté. La plupart des Israélites déshonoraient le nom de Jéhovah, bafouaient ses lois justes, souillaient le temple en y apportant pour les sacrifier des animaux aveugles, boiteux et malades et divorçaient d’avec la femme de leur jeunesse.
C’est pourquoi Jéhovah leur a dit : “ Je m’approcherai de vous pour le jugement, et je deviendrai un témoin prompt contre les sorciers, et contre les adultères, et contre ceux qui font de faux serments, et contre ceux qui agissent frauduleusement avec le salaire du travailleur salarié, avec la veuve et avec l’orphelin de père, et contre ceux qui repoussent le résident étranger, tandis qu’ils ne m’ont pas craint [...]. Car je suis Jéhovah ; je n’ai pas changé. ” (Malachie 3:5, 6). Néanmoins, Jéhovah a lancé une invitation à tous ceux qui se détourneraient de leurs voies mauvaises : “ Revenez vers moi, et vraiment je reviendrai vers vous. ” — Malachie 3:7. - TG2002 1/5 p19-22 § 7,8

Malachie 4:5, Jéhovah a déclaré : “ Voyez ! Je vous envoie Élie le prophète avant la venue du grand et redoutable jour de Jéhovah. ” Cette prophétie a eu un premier accomplissement dans l’œuvre de Jean le baptiseur, qu’Elie préfigurait. Jean a effectué une œuvre semblable à celle d’Elie en baptisant les Juifs qui s’étaient repentis de leurs péchés contre l’alliance de la Loi. Plus important encore, Jean était le précurseur du Messie. Cependant, l’œuvre de Jean ne constituait qu’un premier accomplissement de la prophétie de Malachie. Car s’il a comparé Jean à un deuxième Elie, Jésus a indiqué qu’aurait lieu une autre œuvre comme celle d’“ Elie ”. — Matthieu 17:11, 12.
La prophétie de Malachie révélait que cette grande œuvre d’Elie serait effectuée avant le “ grand et redoutable jour de Jéhovah ”. Ce jour se terminera par la guerre très proche du grand jour de Dieu le Tout-Puissant, à Har-maguédon. Cela signifie que la fin de l’actuel système de choses méchant et le Règne millénaire du Royaume céleste de Dieu gouverné par Jésus Christ intronisé seront précédés par une œuvre correspondant à l’activité d’Elie. Conformément à la prophétie, avant que Jéhovah ne détruise le présent système méchant, la classe moderne d’Elie, soutenue par des millions d’autres chrétiens qui ont l’espérance terrestre, accomplit avec enthousiasme l’œuvre qui consiste à rétablir le culte pur, à exalter le nom de Jéhovah et à enseigner les vérités bibliques aux brebis. - TG2002 1/5 p19-22 § 13,14

4:5, 6 — Qui “ Elie le prophète ” représente-t-il ? Selon la prophétie, “ Elie ” devait accomplir une œuvre de rétablissement : il devait préparer le cœur du peuple. Au Ier siècle, Jésus Christ a affirmé que Jean le baptiseur était cet “ Elie ” annoncé (Matthieu 11:12-14 ; Marc 9:11-13). Son pendant moderne a été envoyé “ avant la venue du grand et redoutable jour de Jéhovah ”. Aujourd’hui, Elie ne correspond à nul autre qu’à “ l’esclave fidèle et avisé ”. (Matthieu 24:45.) Cette classe de chrétiens oints s’investit diligemment dans l’œuvre de rétablissement spirituel. – TG2007

2:2 — De quelle façon Jéhovah a-t-il “ maudit [les] bénédictions ” des prêtres rebelles ? Dieu a fait en sorte que les bénédictions que réclamaient ces prêtres s’avèrent être des malédictions. – TG2007 15/12 p27

2:3 — En quel sens Dieu ‘ disperserait-il des excréments ’ sur le visage des prêtres ?
D’après la Loi, les excréments des animaux offerts en sacrifice devaient être emportés en dehors du camp et brûlés (Lévitique 16:27). En déclarant qu’il disperserait des excréments sur le visage des prêtres, Jéhovah montrait qu’il rejetait leurs sacrifices et qu’il méprisait ceux qui les offraient.

2:10, 11. Jéhovah attend de ses adorateurs qu’ils prennent au sérieux la recommandation de se marier “ seulement dans le Seigneur ”. — 1 Corinthiens 7:39.

2:13 — De quelles larmes l’autel de Jéhovah a-t-il été couvert ? Des larmes de femmes venues au temple-sanctuaire pour épancher leur cœur devant Jéhovah. Qu’est-ce qui leur causait tant de peine ? Leurs maris, des Juifs, avaient obtenu le divorce pour des motifs illégitimes et les avaient abandonnées afin, semble-t-il, de se marier avec des femmes étrangères plus jeunes.

4:4 — Pourquoi devrions-nous nous ‘ souvenir de la loi de Moïse ’ ? Les chrétiens ne sont pas sous la Loi. Toutefois, celle-ci était “ une ombre des bonnes choses à venir ”. (Hébreux 10:1.) Aussi, l’examiner nous permet-il de constater de quelle façon s’accomplit ce qui y est écrit (Luc 24:44, 45). En outre, cette Loi contient “ les représentations typiques des choses qui sont dans les cieux ”. L’étudier est donc indispensable pour bien comprendre les enseignements chrétiens et la conduite qui s’y rattache. — Hébreux 9:23.

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 395
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum