RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 18 SEPTEMBRE 2017 - DANIEL 1-3

Aller en bas

RECHERCHONS DES PERLES SPIRITUELLES -SEMAINE DU 18 SEPTEMBRE 2017 - DANIEL 1-3

Message  Michèle le Jeu 14 Sep 2017 - 17:11



JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU
Recherchons des perles spirituelles (8 min) : DANIEL 1 à 3

DANIEL 1:5, 8 : Pourquoi Daniel et ses trois compagnons ont-ils considéré que les mets délicats du roi pouvaient les souiller ? it-2 267
Verset 5 « En outre, le roi fixa pour eux une ration quotidienne des mets délicats du roi et du vin dont il buvait, oui pour les entretenir pendant trois ans, afin qu’au terme de ces [années] ils puissent se tenir devant le roi ».


Verset 8 « Mais Daniel résolut dans son cœur de ne pas se souiller avec les mets délicats du roi et avec le vin dont il buvait. Et il demandait au fonctionnaire principal de la cour [la permission] de ne pas se souiller »

Il y a trois raisons probables pour lesquelles ils considéraient les mets délicats du roi comme susceptibles de les “ souiller ” :
1) Les Babyloniens mangeaient des animaux que la Loi mosaïque déclarait impurs ;
2) ils ne veillaient pas à ce que les animaux soient convenablement saignés ; certains étant peut-être étouffés ;
3) souvent, les païens offraient d’abord les animaux en sacrifice à leurs dieux, considérant que la consommation de ces viandes faisait partie du culte de ces dieux. – it2 p267

Voulant que ces jeunes Hébreux adoptent complètement les coutumes et la culture de la cour babylonienne, “ le roi fixa pour eux une ration quotidienne des mets délicats du roi et du vin dont il buvait, oui pour les entretenir pendant trois ans, afin qu’au terme de ces années ils puissent se tenir devant le roi ”. “ Daniel résolut dans son cœur de ne pas se souiller avec les mets délicats du roi et avec le vin dont il buvait. ” (Daniel 1:8a). Même si Daniel seul est mentionné, la suite du récit démontre que ses trois compagnons soutinrent sa décision. Les mots “ résolut dans son cœur ” indiquent que l’instruction qu’il avait reçue de ses parents et d’autres personnes dans son pays avait touché son cœur. C’est assurément une éducation similaire qui guida les trois autres Hébreux dans leur décision. N’est-ce pas là une démonstration magistrale de l’importance d’enseigner nos enfants, quand bien même ils semblent trop jeunes pour comprendre ?
Pourquoi les jeunes Hébreux n’ont-ils refusé que les mets délicats et le vin, et pas les autres choses qui leur étaient fournies ? L’argument énoncé par Daniel en révèle clairement la raison : “ Ne pas se souiller. ” Il n’était pas très sain pour des gens de n’importe quel âge, et encore moins pour des jeunes, de consommer jour après jour une nourriture riche et des boissons fortes.
Une chose est de savoir ce qu’il faut faire, mais tout autre chose est d’avoir le courage de le faire quand on subit des pressions ou qu’on est tenté. Daniel et ses trois amis auraient pu se dire qu’ils étaient loin de leurs parents et de leurs connaissances, que donc ceux-ci ne sauraient rien de leurs actions. Ils auraient pu aussi penser qu’après tout c’était l’ordre du roi et qu’ils n’avaient pas d’alternative. En outre, d’autres jeunes acceptèrent certainement volontiers ce qu’on leur proposait et considérèrent qu’en profiter était un privilège plutôt qu’une difficulté. Mais de tels faux raisonnements auraient pu facilement les inciter à pécher en secret, un piège dans lequel tombent de nombreux jeunes. Les jeunes Hébreux savaient que “ les yeux de Jéhovah sont en tout lieu ” et que “ le vrai Dieu lui-même fera venir toute sorte d’œuvre en jugement, concernant toute chose cachée, pour savoir si elle est bonne ou mauvaise ”. Tirons tous leçon de la conduite de ces jeunes gens fidèles !
Ayant pris dans son cœur la résolution de résister aux influences corruptrices, Daniel agit en harmonie avec sa décision. “ Il demandait au fonctionnaire principal de la cour la permission de ne pas se souiller. ” (Daniel 1:8b). Le verbe “ demandait ” mérite qu’on s’y arrête. La plupart du temps, il faut persévérer dans ses efforts pour finalement résister aux tentations ou surmonter certaines faiblesses - Livre Daniel (dp) p31-45

Les parents de ces quatre Hébreux craignaient Dieu. Ils leur avaient donné un bon départ dans la vie, en les élevant en plein accord avec la Loi de Moïse, notamment dans le respect des règles alimentaires qui s’y rattachaient. Jéhovah Dieu lui-même accordait tant d’importance au respect de ces lois qu’après en avoir énuméré de nombreuses il déclara: “Vous devrez vous montrer saints, car je suis saint.” Pour eux, la question n’était pas de savoir quels aliments étaient les plus savoureux. Ils durent certainement faire preuve de foi et de courage pour adresser cette requête avec insistance. Jéhovah, qui veillait sur ces quatre jeunes gens, fit en sorte que Daniel trouve faveur auprès du fonctionnaire de cour principal. Toutefois, cet homme hésita à accéder à cette requête, car il craignait que pareil régime alimentaire nuise à la santé de Daniel. Celui-ci demanda donc qu’on leur permette d’essayer ce régime dix jours durant. Il était profondément convaincu que l’obéissance à la Loi divine lui permettrait, non seulement de garder une bonne conscience, mais aussi de rester en bonne santé. L’attitude de ces quatre Hébreux leur valut certainement bien des moqueries
Certes, les quatre Hébreux durent faire montre de foi et de courage pour remettre en cause leur alimentation, mais ils en furent récompensés, car à la fin des dix jours ils avaient meilleure apparence et semblaient être mieux portants que tous les autres. Qui plus est, Jéhovah leur accorda connaissance, perspicacité et sagesse, si bien que lorsqu’ils se tinrent devant le roi à la fin de leurs trois années de formation, il les trouva “dix fois supérieurs à tous les prêtres-magiciens et incantateurs qui étaient dans tout son royaume”.
De nos jours, tous les serviteurs de Jéhovah Dieu peuvent tirer une leçon de ce récit. Ces jeunes Hébreux auraient pu se dire qu’après tout les restrictions alimentaires de la Loi mosaïque n’étaient pas si importantes, notamment quand on les comparait aux Dix Commandements ou aux lois relatives aux sacrifices et aux fêtes annuelles. Mais ces Hébreux fidèles tenaient à respecter toutes les prescriptions de la Loi de Dieu. Voilà qui nous rappelle le principe énoncé par Jésus en Luc 16:10: “Celui qui est fidèle dans ce qui est très peu est fidèle aussi en beaucoup, et celui qui est injuste dans ce qui est très peu est injuste aussi en beaucoup.” – TG1988 1/12 p10-20

DANIEL 2:44 : Pourquoi le Royaume de Dieu devra-t-il broyer les gouvernements terrestres représentés par l’image ? w12 15/6 17 encadré w01 15/10 6§ 4
Et aux jours de ces rois-là [qui gouverneraient à la fin du système actuel], le Dieu du ciel établira un royaume qui ne sera jamais supprimé. Et le royaume ne passera à aucun autre peuple. Il broiera tous ces royaumes [humains] et y mettra fin, et lui-même subsistera pour des temps indéfinis ».


Parce que ceux-ci perpétuent résolument l’esprit d’autodétermination hostile à Dieu que Satan a suscité dans le jardin d’Éden. Ceux qui s’efforcent d’entretenir cet esprit non seulement vont à l’encontre des intérêts des humains, mais aussi courent à l’affrontement avec le Créateur.

[Encadré, page 17] – TG2012 15/6 p17
QUE DÉSIGNE L’EXPRESSION “ TOUS CES ROYAUMES ” ?
La prophétie consignée en Daniel 2:44 déclare que le Royaume de Dieu “ broiera tous ces royaumes et y mettra fin ”. Il n’est question dans cette prophétie que des royaumes représentés par les différentes parties de l’image.
Qu’arrivera-t-il à tous les autres gouvernements humains ? La prophétie de la Révélation que l’on peut rapprocher de celle de Daniel fournit une vision plus complète des évènements à venir. Elle explique que “ les rois de la terre habitée tout entière ” seront rassemblés contre Jéhovah lors du “ grand jour de Dieu le Tout-Puissant ”. (Rév. 16:14 ; 19:19-21.) Ainsi, non seulement les royaumes composant l’image, mais encore tous les autres gouvernements humains seront détruits à Har-Maguédon.

Quelques explications :
1. Le Royaume victorieux, représenté par une grande pierre, c’est Dieu lui-même qui l’“ établira ”, non des “ mains ” humaines. D’où son nom de Royaume de Dieu.
2. Le Royaume de Dieu “ broiera ” tous les gouvernements humains, y compris la septième puissance mondiale. Pourquoi ? Parce que, refusant de renoncer à leur domination, ceux-ci s’opposeront à Dieu dans la grande guerre finale qui éclatera à HarMaguédon (un lieu symbolique). La Bible précise que “ les rois de la terre habitée tout entière ” seront impliqués dans cette guerre. — Révélation 16:13, 14, 16.
3. À la différence des sept puissances mondiales et des autres gouvernements humains éphémères, le Royaume de Dieu “ ne sera jamais supprimé ”. Qui plus est, sa domination s’étendra à toute la terre. Daniel 2:35, 44. – RV2011/5 p16-17

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

Le livre de Daniel relate l’histoire des jeunes Hébreux Daniel, Hanania, Mishaël et Azaria. Ils ont manifesté un attachement exclusif à Jéhovah non seulement en ne mangeant pas d’aliments impurs, mais aussi en refusant de s’incliner devant l’image d’or de Neboukadnetsar. Leurs priorités étaient claires ; il n’y avait aucune place dans leur culte pour une compromission (Dan. 1:1–3:30).
Pour offrir à Jéhovah un attachement exclusif, nous devons veiller à ne pas laisser quoi que ce soit prendre, ne serait-ce que partiellement, la place que lui seul devrait occuper dans notre vie. De quoi pourrait-il s’agir ? Dans les Dix Commandements, Jéhovah a souligné que ses serviteurs ne doivent avoir aucun autre dieu que lui et ne pratiquer aucune forme d’idolâtrie. Aujourd’hui, l’idolâtrie revêt différentes formes, dont certaines pourraient être difficiles à repérer. Mais les exigences de Jéhovah n’ont pas changé : il est toujours « un seul Jéhovah ». – TG2016 Juin p20 §11,12

Le premier chapitre du livre de Daniel ne raconte pas seulement l’histoire de quatre garçons fidèles qui ont surmonté des mises à l’épreuve de leur foi. Il montre que Jéhovah peut utiliser qui il veut pour accomplir son dessein. Ce récit prouve que ce qui semble être un malheur, si Jéhovah le permet, peut servir un objectif utile. Et il enseigne que la fidélité dans les petites choses procure une grande récompense. - dp p31-45

La fermeté malgré l’opposition
- Lorsqu’il fut exilé à Babylone et qu’on lui proposa une nourriture qu’un serviteur de Dieu ne pouvait accepter, Daniel “décida en son cœur de ne pas se contaminer avec les mets délicats du roi”. Sans conteste, Daniel prit sa décision avec détermination. Il résolut en son cœur de ne pas se contaminer en mangeant cette nourriture. De quelle force d’âme il fit preuve ensuite, car “il continua de demander au fonctionnaire de cour principal de lui permettre de ne pas se contaminer”! Quel en fut le résultat? Jéhovah bénit sa prise de position ferme. — Daniel 1:8, 9, 17.
De même, aujourd’hui, il se peut qu’un mari opposé à la vérité demande à sa femme de ne plus assister aux réunions de la congrégation. Comment devrait-elle réagir? Jeanne s’est trouvée dans cette situation. Elle explique: “Je n’ai jamais cédé devant la menace. Je savais que je ne pouvais pas faire de compromis. Je devais montrer que les réunions m’étaient précieuses.” Elle a continué d’y assister, et Jéhovah a béni sa résolution – TG1994 15/4 p27

Aussi le vrai Dieu confia Daniel à la bonté de cœur et à la miséricorde devant le fonctionnaire principal de la cour. ” (Daniel 1:9).[/i] Si les choses tournèrent bien pour Daniel et ses compagnons, ce n’est pas parce qu’ils avaient de la prestance ou parce qu’ils étaient intelligents ; c’est parce que Jéhovah les bénissait. Daniel se souvint certainement de ce proverbe hébreu : “ Mets ta confiance en Jéhovah de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence. Dans toutes tes voies tiens compte de lui, et lui, il rendra droits tes sentiers. ” (Proverbes 3:5, 6). Ceux qui suivent ce conseil en sont récompensés. - Livre Daniel (dp) p31-45

Les images dans le livre de Daniel. Dans la deuxième année de son règne (apparemment à compter de la prise de Jérusalem en 607 av. n. è.), le roi de Babylone Neboukadnetsar eut un rêve qui le troubla tellement qu’il en perdit le sommeil. On peut supposer qu’il ne se rappelait pas tout ce qu’il avait rêvé, puisqu’il demanda à ses sages et à ses prêtres de lui révéler et le rêve et son interprétation. Ces sages de Babylone se vantaient de savoir révéler des choses secrètes ; cependant, ils furent incapables de répondre à l’attente du roi. Cela leur valut une sentence de mort, et la vie de Daniel et de ses compagnons se trouva du même coup menacée. Grâce à l’aide de Dieu, Daniel put révéler non seulement le rêve, mais aussi sa signification. Les louanges et les actions de grâces que Daniel adressa à Dieu après avoir reçu la révélation rappellent que Jéhovah est la Source de la sagesse et de la force, et qu’il est Celui qui “ change temps et époques, qui ôte des rois et établit des rois ”. (Dn 2:1-23.) Le rêve était sans équivoque le résultat de l’action de Dieu ; il illustrait prophétiquement l’irrésistible pouvoir de Jéhovah sur les affaires de la terre.
Dans son rêve, Neboukadnetsar avait vu une image immense de forme humaine. Plusieurs métaux constituaient chacun une partie de la statue ; depuis la tête jusqu’aux pieds, ils étaient de moins en moins précieux, mais de plus en plus durs, en commençant par l’or et en finissant par le fer ; toutefois, les pieds et les orteils étaient un mélange de fer et d’argile. L’image fut complètement réduite en poudre par une pierre, détachée d’une montagne, qui remplit ensuite toute la terre. Dn 2:31-35. - it1 p1170 Image

Même si le Fils de l’homme doit venir ‘ à une heure que nous ne pensons pas ’, n’oublions pas que Jéhovah est le Maître du temps. Son calendrier ne dépend pas des évènements mondiaux ni des projets des humains. Il peut décider du moment où se produiront les évènements et de leur issue, de telle sorte que sa volonté s’accomplisse. (Daniel 2:21 « C’est lui qui change temps et époques, qui ôte des rois et établit des rois, qui donne la sagesse aux sages et la connaissance à ceux qui connaissent le discernement ») Jéhovah est capable de maîtriser les évènements afin d’accomplir son dessein au moment qu’il a prévu. Nombre de changements décisifs survenus dans le monde ont conduit à la réalisation de certaines prophéties, particulièrement en ce qui concerne la prédication de la bonne nouvelle du Royaume de Dieu – TG201212 15/5 p. 20 § 13-14

Pour assurer le bon déroulement de son dessein, Dieu a par moments fixé des frontières nationales et décidé à quelle époque de l’Histoire une certaine nation prédominerait localement ou sur la scène mondiale. L’apôtre Paul a fait allusion à cet aspect des temps et des époques fixés par Jéhovah quand, à Athènes, il a dit à des intellectuels grecs : “ Le Dieu qui a fait le monde et toutes les choses qui s’y trouvent [...] a fait d’un seul homme toutes les nations des hommes, pour habiter sur toute la surface de la terre, et il a établi les temps fixés et les limites assignées de la demeure des hommes. ” — Actes 17:24, 26.
Cela ne veut pas dire que Jéhovah est responsable de tous les changements et conquêtes politiques qui ont lieu parmi les nations. Cependant, il peut intervenir quand il le décide afin de réaliser son dessein. C’est ainsi que le prophète Daniel, qui a été témoin de la chute de la Puissance mondiale babylonienne et de son remplacement par l’Empire médo-perse, a dit à propos de Jéhovah : “ C’est lui qui change temps et époques, qui ôte des rois et établit des rois, qui donne la sagesse aux sages et la connaissance à ceux qui connaissent le discernement. ” Daniel 2:21 - TG1998 15/9 p12

Les Écritures promettent que Dieu ressuscitera les morts, autrement dit qu’il ramènera des personnes à la vie. Les trois Hébreux condamnés à mourir dans un four de feu sur l’ordre du roi Neboukadnetsar n’avaient pas à craindre que, s’ils étaient réduits en cendres, Dieu soit incapable de les ressusciter (Dan. 3:16-18). Cela valait pour les fidèles serviteurs de Jéhovah internés dans un camp de concentration nazi, qui risquaient de mourir puis d’être réduits en cendres dans un four crématoire. De fidèles serviteurs de Dieu ont péri dans une explosion ou d’autres façons qui n’ont laissé d’eux aucun reste. Pourtant, leur résurrection est assurée – TG2015 15/6 p7

Durant la période de l’Exil, Jéhovah préserva la foi de son peuple, se servant de Daniel et d’autres hommes de manières extraordinaires, accomplissant des actes miraculeux qui amenèrent même des souverains du monde à reconnaître humblement sa force (Dn 3:19-29) Les manifestations de la force de Dieu atteignent leur point culminant dans l’établissement de son Royaume par Christ Jésus et dans les actes de jugement – it1 p912-919

Quelles autres perles spirituelles as-tu découvertes dans la lecture biblique de cette semaine ?

Au début, le fonctionnaire principal de la cour n’était pas d’accord. “ Je crains mon seigneur le roi qui a fixé votre nourriture et votre boisson, dit-il. Pourquoi donc verrait-il que vos visages sont abattus par rapport à ceux des enfants qui sont de votre âge, et pourquoi voudriez-vous rendre ma tête coupable devant le roi ? ” (Daniel 1:10). Ses objections et ses craintes étaient légitimes. Le roi Neboukadnetsar n’avait pas l’habitude d’essuyer des refus, et ce fonctionnaire savait qu’il risquait sa “ tête ” s’il n’obéissait pas aux instructions du roi. Qu’allait donc faire Daniel ?
C’est là que la perspicacité et la sagesse entrèrent en jeu. Le jeune Daniel se souvint probablement de ce proverbe : “ Une réponse, lorsqu’elle est douce, détourne la fureur, mais une parole qui cause de la douleur fait monter la colère. ” (Proverbes 15:1). Au lieu d’exiger obstinément qu’on accède à sa requête, ce qui lui aurait peut-être valu le martyre, Daniel n’insista pas. Au moment qui s’y prêtait, il parla au “ gardien ”, qui était peut-être plus disposé à la souplesse dans la mesure où il ne rendait pas directement des comptes au roi. Daniel 1:11. - Livre Daniel (dp) p31-45

Daniel proposa au gardien une épreuve en ces termes : “ S’il te plaît, mets tes serviteurs à l’épreuve pendant dix jours ; qu’on nous donne des légumes pour que nous mangions et de l’eau pour que nous buvions ; et que nos visages et le visage des enfants qui mangent les mets délicats du roi paraissent devant toi, et selon ce que tu verras, agis avec tes serviteurs. ” — Daniel 1:12, 13. À se contenter ‘ de légumes et d’eau ’ pendant dix jours, auraient-ils des visages “ abattus ” par rapport aux autres ? Ce que Daniel et ses compagnons demandaient, c’était le régime simple, à base de légumes, du peuple moyen au lieu du régime comportant de la viande, plus riche, de la table royale. ” Ainsi, le terme légumes englobait peut-être des plats nourrissants préparés avec des haricots, des concombres, de l’ail, des poireaux, des lentilles, du melon, des oignons, et du pain composé de différentes céréales. C’était loin d’être un régime de sous-alimentés ! Apparemment, le gardien le comprit. “ Finalement il les écouta quant à cette affaire et les mit à l’épreuve pendant dix jours. ” (Daniel 1:14). Quel fut le résultat ? Au bout de dix jours, leurs visages paraissaient meilleurs et plus gras de chair que ceux de tous les enfants qui mangeaient les mets délicats du roi. ” (Daniel 1:15). Les dix jours n’étaient qu’un essai, mais les résultats furent des plus convaincants. “ Le gardien donc continua d’enlever leurs mets délicats et le vin qu’ils devaient boire et de leur donner des légumes. ” (Daniel 1:16) Il n’est pas difficile d’imaginer ce que les autres jeunes qui recevaient la formation pensaient de Daniel et de ses compagnons. Il devait leur sembler absurde de préférer tous les jours des légumes à un festin de roi – dp p31-45

Ce qu’on lit ensuite atteste que Jéhovah était avec ces jeunes gens : “ Quant à ces enfants, les quatre, à eux le vrai Dieu donna connaissance et perspicacité en toute écriture et sagesse ; et Daniel avait de l’intelligence en toutes sortes de visions et de rêves. ” (Daniel 1:17). Pour affronter les temps difficiles qui approchaient, il leur fallait davantage que de la force physique et une bonne santé. Il est spécifié que Daniel “ avait de l’intelligence en toutes sortes de visions et de rêves ”. Ce n’est pas qu’il était devenu médium. Ce n’est que grâce à la direction de l’esprit saint de Dieu que Daniel était capable de comprendre et d’interpréter les visions et les rêves qui révélaient le dessein de Jéhovah. dp p31-45

Les trois années de rééducation et de préparation prirent fin. Arriva l’épreuve décisive : un entretien avec le roi en personne. “ Au terme des jours où le roi avait dit de les amener, le fonctionnaire principal de la cour se mit alors à les amener devant Neboukadnetsar. ” (Daniel 1:18). C’était le moment où les quatre jeunes devaient rendre des comptes. Leur avait-il été bénéfique de suivre les lois de Jéhovah plutôt que d’adopter les coutumes babyloniennes ?
Le roi parlait avec eux, et parmi eux tous il ne s’en trouva pas comme Daniel, Hanania, Mishaël et Azaria ; et ils continuèrent à se tenir devant le roi. ” (Daniel 1:19). Quelle démonstration incontestable du bien-fondé de leur comportement des trois années précédentes ! En ayant été fidèles dans ce qui aurait pu sembler être peu de chose, Daniel et ses amis étaient récompensés par de grandes choses. Le privilège de “ se tenir devant le roi ” était l’objectif poursuivi par tous les jeunes qui recevaient la formation. On voit dans cette histoire la main de Jéhovah diriger les événements de façon à faire connaître par l’intermédiaire de ces jeunes hommes, en particulier de Daniel, des aspects importants de son dessein. Si c’était un honneur d’être choisi pour vivre à la cour de Neboukadnetsar, c’était un honneur plus grand encore d’être utilisé de façon aussi extraordinaire par le Roi de l’univers, Jéhovah - dp p31-45

Neboukadnetsar s’aperçut rapidement que la sagesse et la perspicacité dont Jéhovah avait doté les quatre jeunes Hébreux étaient très supérieures à celles de tous les conseillers et de tous les sages de sa cour. “ Quant à toute affaire de sagesse et d’intelligence sur laquelle le roi les interrogeait, oui il les trouvait dix fois supérieurs à tous les prêtres-magiciens et évocateurs d’esprits qui étaient dans tout son royaume. [i]
” (Daniel 1:20). Comment aurait-il pu en être autrement ? Les “ prêtres-magiciens ” et les “ évocateurs d’esprits ” se reposaient sur le savoir superstitieux qui avait cours à Babylone, tandis que Daniel et ses amis mettaient leur confiance dans la sagesse d’en haut. Les deux étaient tout bonnement incomparables ! Aujourd’hui, il nous faut nous attacher fermement à ce que Jéhovah nous enseigne et ne pas nous laisser ébranler facilement par l’attrait et le clinquant du monde - dp p31-45

Daniel ne s’attribua aucun mérite ; il dit à Neboukadnetsar : “ Il existe un Dieu dans les cieux qui est le Révélateur des secrets, et il a fait connaître au roi Neboukadnetsar ce qui doit arriver dans la période finale des jours. Daniel s’apprêtait non seulement à révéler l’avenir de l’Empire babylonien, mais encore à donner un aperçu des événements mondiaux depuis l’époque de Neboukadnetsar jusqu’à la nôtre et même au-delà. Daniel 2:24-30.- dp 46-62 § 5

Sans doute dans le but de renforcer l’unité de son empire, Neboukadnetsar dressa une image d’or dans la plaine de Doura. Cette image mesurait 60 coudées (27 mètres) de haut et 6 coudées (2,70 mètres) de large. Certains pensent que ce n’était qu’une colonne, un obélisque. Elle consistait en un piédestal très haut sur lequel s’élevait une statue immense à forme humaine, qui représentait Neboukadnetsar lui-même ou le dieu Nebo. Quoi qu’il en soit, ce monument impressionnant était un symbole de l’Empire babylonien. À ce titre, il était fait pour être vu et vénéré. — Daniel 3:1.
Ensuite, Neboukadnetsar organisa une cérémonie d’inauguration. Il réunit ses satrapes, ses préfets, ses gouverneurs, ses conseillers, ses trésoriers, ses juges, ses magistrats de police et tous les administrateurs des districts administratifs. Un héraut cria : “ À vous il est dit ceci, ô peuples, communautés nationales et langues : Au moment où vous entendrez le son du cor, du chalumeau, de la cithare, de la harpe triangulaire, de l’instrument à cordes, de la cornemuse et de toutes sortes d’instruments de musique, vous tomberez et adorerez l’image d’or que Neboukadnetsar le roi a dressée. Quiconque ne tombera pas et n’adorera pas sera jeté à l’instant même dans le four de feu ardent. ” — Daniel 3:2-6.
Certains pensent que Neboukadnetsar organisa cette cérémonie dans le but de forcer les Juifs à faire des compromis vis-à-vis du culte de Jéhovah. Ce n’était probablement pas le cas, car, manifestement, seuls les fonctionnaires y furent invités. Les seuls Juifs présents seraient donc ceux qui occupaient des fonctions gouvernementales. Il semble par conséquent que la prosternation devant l’image était une cérémonie destinée à renforcer la solidarité de la classe dirigeante. John Walvoord, professeur de théologie, fait cette remarque : “ Un tel déploiement de fonctionnaires constituait d’une part une manifestation flatteuse de la puissance de l’empire de Neboukadnetsar, et d’autre part une façon d’honorer les divinités qui, selon eux, étaient à l’origine de leurs victoires. ”
La plupart de ceux qui étaient réunis devant l’image de Neboukadnetsar n’eurent aucun scrupule à l’adorer alors qu’ils servaient divers dieux. “ Tous étaient habitués à adorer des idoles, et rendre un culte à un certain dieu ne les empêchait pas de rendre hommage à un autre ”, explique un bibliste. Il ajoute : “ Cela s’accordait avec les idées qui circulaient parmi les idolâtres, selon lesquelles il existait de nombreux dieux [...] et il n’était pas gênant de rendre hommage au dieu d’un autre peuple ou d’un autre pays. ”
Les Juifs, en revanche, ne le voyaient pas de cet œil. Leur Dieu, Jéhovah, leur avait ordonné : “ Tu ne dois pas te faire d’image sculptée, ni de forme qui ressemble à quoi que ce soit qui est dans les cieux en haut, ou qui est sur la terre en bas, ou qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne dois pas te prosterner devant eux, ni te laisser entraîner à les servir, car moi, Jéhovah ton Dieu, je suis un Dieu qui exige un attachement exclusif. ” (Exode 20:4, 5). C’est pourquoi, au moment où la musique retentit et où les hommes rassemblés se prosternèrent devant l’image, trois jeunes Hébreux, Shadrak, Méshak et Abed-Négo, restèrent debout. — Daniel 3:7. – dp chap5 §7-11

Le chapitre 3 du livre de Daniel relate l’une des circonstances les plus marquantes du récit biblique et montre comment Jéhovah a récompensé la foi et le courage remarquables des trois serviteurs hébreux pour leur refus de se prosterner devant l’image d’or et à l’épreuve du four de feu (Daniel 3:13-18). Quel bel exemple pour tous les serviteurs de Jéhovah. De nos jours, on ne menace pas les serviteurs de Jéhovah de les jeter dans une fournaise de feu ardent. Toutefois, l’intégrité de beaucoup d’entre eux a été sévèrement mise à l’épreuve dans des occasions où l’on s’attend à ce que chacun manifeste une révérence idolâtrique pour les symboles de la nation. La fidélité d’autres serviteurs de Jéhovah a été éprouvée quand on leur a demandé d’acheter la carte d’un parti politique ou de se joindre à une armée. Jéhovah les a tous soutenus, leur a donné la force de rester intègres. En relevant le défi, ils ont prouvé que le Diable est menteur, et que Jéhovah est le vrai Dieu. TG1988 1/12 p10-20
1:3-8. La détermination de Daniel et de ses compagnons à rester fidèles à Jéhovah en dit long sur la valeur de l’éducation qu’ils ont reçue de leurs parents. Si des parents, parce qu’ils craignent Dieu, accordent la priorité aux intérêts spirituels et enseignent à leurs enfants à faire de même, ces derniers seront sans doute en mesure de résister à n’importe quelles tentations ou pressions qui risquent de survenir à l’école ou ailleurs. – TG2007 1/9 p19
1:10-12. Daniel comprit les raisons qu’avait “ le fonctionnaire principal de la cour ” de craindre le roi. De ce fait, il n’insista pas auprès de lui. Mais par la suite, il s’adressa “ au gardien ”, qui pouvait probablement se permettre d’être plus conciliant. Face à des situations difficiles, nous devrions agir avec autant de perspicacité, d’intelligence et de sagesse –
1:11-15 — Est-ce en raison d’un régime végétarien que les visages des quatre jeunes Judéens paraissaient meilleurs ? Non. Aucun régime ne peut produire de tels effets en dix jours seulement. Le mérite de ces changements revient à Jéhovah qui a béni les jeunes Hébreux pour leur confiance
2:29, 30. Quelles que soient les connaissances, les qualités et les compétences que nous ayons acquises grâce aux dispositions spirituelles prévues par Jéhovah, nous devrions lui en attribuer tout le mérite, comme Daniel.
Pour nous donner une idée de l’intensité de la chaleur, Daniel précise que le roi fit “ chauffer le four sept fois plus qu’on n’avait l’habitude de le chauffer ”, à tel point que les hommes du roi furent tués en s’en approchant (Dan. 3:19-22). Livre be p160-165
Le livre lui-même atteste que Daniel en fut le rédacteur. Il déclare : “ Dans la première année de Belshatsar le roi de Babylone, Daniel vit un rêve et des visions de sa tête sur son lit. À cette époque-là il mit par écrit le rêve. Le récit complet des choses, il le fit connaître. ” (Dn 7:1). Qu’il fut l’écrivain ressort également du fait que les chapitres 7 à 12 sont écrits à la première personne (je)
Les chapitres 1 à 6 sont écrits à la troisième personne (il), mais ce n’est pas pour autant que Daniel n’en fut pas le rédacteur. Il se plaça du point de vue d’un observateur qui rapportait ce qui lui arrivait, à lui et à d’autres – it1 p588 Daniel (livre)

Daniel et ses compagnons, Hanania, Mishaël et Azaria, faisaient partie des Hébreux qui furent choisis pour recevoir trois ans de formation dans “ l’écriture et la langue des Chaldéens ”. (Daniel 1:3, 4.) Certains spécialistes sont d’avis qu’il ne s’agissait vraisemblablement pas d’un simple cours de langue. Par exemple, le professeur Carl Keil déclare : “ Daniel et ses compagnons allaient être instruits dans la sagesse des prêtres et de l’élite intellectuelle des Chaldéens, laquelle était enseignée dans les écoles de Babylone. ” Daniel et ses compagnons reçurent donc une formation spéciale pour servir dans le gouvernement – dp chap1 § 9

Quand Daniel et ses compagnons ont été emmenés en exil, les Babyloniens ont cherché à les intégrer à leur culture en leur enseignant « la langue des Chaldéens ». En outre, le fonctionnaire de cour chargé de leur formation leur a attribué des noms babyloniens (Dan. 1:3-7). Celui donné à Daniel faisait référence à Bel, principale divinité de Babylone. Sans doute que le roi Neboukadnetsar voulait ainsi lui donner à penser que son Dieu, Jéhovah, avait été assujetti par le dieu de Babylone (Dan. 4:8) TG2016 Octobre p14 § 7

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 418
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum