anipassion.com

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU - Recherchons des perles spirituelles : JEREMIE 17 à 21 - SEMAINE DU 3 AVRIL 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU - Recherchons des perles spirituelles : JEREMIE 17 à 21 - SEMAINE DU 3 AVRIL 2017

Message  Michèle le Jeu 30 Mar 2017 - 21:47


JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : JEREMIE 17-21


Jérémie 17 :9 : Comment la traîtrise de notre cœur peut-elle se manifester ? (w01 15/10 25 § 13).
« Traître est le cœur, plus que toute autre chose, et il est extrêmement mauvais. Qui peut le connaître ? »

La traîtrise de notre cœur se dévoile quand nous nous trouvons des excuses, quand nous minimisons nos manquements, quand nous justifions de graves défauts ou quand nous nous vantons. Un cœur mauvais est également capable de duplicité : des lèvres doucereuses diront une chose tandis que les actions diront le contraire. Il est indispensable que nous examinions honnêtement ce qui sort de notre cœur. TG2001

Notre cœur peut en effet nous tromper et nous amener à croire que nous n’avons aucun problème sur le plan spirituel, alors que d’autres ont noté certains symptômes et s’en inquiètent. Comment pouvons-nous en arriver là ? Notre inclination au péché joue bien souvent en notre défaveur, sans compter que Satan et son système de choses nous empêchent parfois de percevoir notre véritable état. jr 43-45

Cette traîtrise se manifeste de diverses façons, par exemple lorsque nous nous cherchons des excuses après avoir commis le mal. Elle ressort également lorsque nous tentons de justifier de graves défauts. L’honnêteté, cependant, nous aidera à vaincre notre cœur traître en nous obligeant à nous voir tels que nous sommes réellement, de sorte que nous pourrons nous améliorer – TG2000 1/3 p30

Il peut arriver que notre cœur imparfait cherche des prétextes pour nous placer sur la voie de la tentation; qu’il essaie de minimiser l’importance de la mauvaise action que nous sommes tentés d’accomplir; ou qu’il s’efforce de nous faire croire que le châtiment, quel qu’il soit, ne sera que provisoire – TG1990 1/12 p16-17

La seule force qui puisse empêcher notre cœur de céder à ses tendances pécheresses est la justice, justice fondée sur la foi dans les dispositions que Dieu a prises pour notre vie éternelle et qu’il applique au moyen de son esprit – TG1979 1/12

Le cœur peut être divisé, mais aussi traître. Il peut nous inciter à nous livrer à des activités salutaires: assister aux réunions de la congrégation, aller prêcher, tout en aimant certains aspects du mode de vie du monde. Cela pourrait nous empêcher de servir vraiment les intérêts du Royaume de toute notre âme. Notre cœur traître est alors capable de nous persuader qu’après tout nous en faisons autant que beaucoup d’autres – TG1995 15/3 § 13

Jr 20:7 : En quel sens Jéhovah a-t-il « employé [sa] force » contre Jérémie et l’a-t-il « dupé » ? (w07 15/3 9 § 6).

« Tu m’as dupé, ô Jéhovah, si bien que j’ai été dupé. Tu as employé ta force contre moi, si bien que tu l’as emporté. Je suis devenu un objet de rire tout au long du jour ; tout le monde se moque de moi »

L’indifférence, le rejet et la persécution que Jérémie devait affronter lorsqu’il annonçait les jugements de Jéhovah l’ont peut-être amené à penser qu’il n’aurait pas la force de continuer. Mais Jéhovah a employé sa force pour contrer ce sentiment et a donné à Jérémie le courage de persévérer. Jéhovah a ainsi dupé Jérémie en l’utilisant pour accomplir ce que le prophète lui-même pensait être incapable de faire. TG2007

Jéhovah a “ dupé ” Jérémie en ce sens qu’il l’a amené par la ruse à prêcher un message de condamnation ; s’est servi de lui pour accomplir ce que le prophète n’aurait pas pu faire par sa propre force ; n’a pas fait venir la destruction que Jérémie avait prophétisée – TG1989 1/5 p31

Jéhovah n’a certainement pas abusé ou trompé Jérémie en recourant à la ruse. Non, le mot “ dupé ” se charge ici d’une connotation positive. Jérémie avait en effet le sentiment que l’opposition était devenue trop importante et qu’il n’était plus en mesure d’accomplir la mission que Dieu lui avait confiée. Pourtant, grâce à l’aide et au soutien du Tout-Puissant, il s’est bel et bien acquitté de cette mission. On peut donc dire qu’en un sens Jéhovah a triomphé de Jérémie et de ses inclinations humaines. Alors que cet homme de Dieu croyait avoir atteint ses limites et ne plus pouvoir avancer, Jéhovah a exercé une force de persuasion qui l’a, en quelque sorte, “ dupé ”. Ainsi, grâce à la puissance de Dieu, Jérémie a pu continuer à prêcher, et ce, en dépit de ses faiblesses, de l’apathie, du rejet et de la violence. jr 36-37

Jérémie fut dupé, mais pour un bien. La Parole de Dieu avait exercé sur lui un pouvoir persuasif. Jéhovah s’était révélé plus fort que Jérémie et l’avait aidé à persévérer jusqu’au bout dans le service divin. — 1/12/79, p. 31

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?


Contrairement à ceux qui ‘mettent leur confiance dans l’homme terrestre et qui font de la chair leur bras’, les chrétiens représentés par Jérémie mettent leur confiance en Jéhovah. Ils ‘deviennent comme un arbre planté près des eaux’ qui peut ainsi étendre ses racines pour boire à toutes les sources d’eau vivifiante prévues par Jéhovah. Ni la “chaleur” de la persécution ni la “sécheresse” qui résulte des interdictions ou des restrictions ne peuvent les faire ‘cesser de produire du fruit’. Tel un arbre productif, ils sont ‘touffus’ pour ce qui est de louer Jéhovah et ils sont ‘bénis’. Jérémie 17:5-8. – TG1978 1/ 4 § 4

LA BIBLE ASSOCIE LE CŒUR ET LES REINS - Jérémie 17:10 nous lisons: “Moi, Jéhovah, je scrute le cœur, j’examine les reins, oui, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses manières d’agir.” Jéhovah ne procède pas à cet examen à la manière d’un médecin, mais comme un juge. Il ne regarde pas la condition physique, mais l’état moral et spirituel lié à ces organes du corps. De même que notre vie actuelle dépend dans une grande mesure de l’état de nos reins, de même notre espérance de vie éternelle dans le monde de justice que Dieu établira bientôt et dans lequel nous jouirons de la paix et, d’une santé parfaite, dépend du jugement que Dieu portera sur nous d’après ce que révèlent notre cœur et nos reins. Qu’est-ce que l’examen de nos “reins” révèle à Jéhovah? Nous espérons qu’il jugera notre véritable personnalité en excellente santé spirituelle TG1978 15/2

Grâce à des techniques de pointe, les médecins peuvent vérifier l’état et le fonctionnement du cœur. Mais Jéhovah est capable de beaucoup plus, comme en témoigne Jérémie. Il est suprêmement compétent ; ne dit-il pas : « Traître est le cœur, plus que toute autre chose, et il est extrêmement mauvais. Qui peut le connaître ? Moi, Jéhovah, je scrute le cœur, [...] pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses manières d’agir » (Jér. 17:9, 10). « Scrute[r] le cœur » ne signifie pas soumettre à un examen médical l’organe de chair qui bat quelque trois milliards de fois en 70 ou 80 ans. Dieu parle là au sens figuré. Ce « cœur » désigne toute la personnalité de quelqu’un : ses désirs, ses pensées, ses inclinations, sa mentalité, ses objectifs... Tu as un tel cœur. Dieu peut l’examiner. TG2013 15/3 p9 § 6

17:1, 2. Les péchés des habitants de Juda rendaient leurs sacrifices détestables pour Jéhovah. Nos sacrifices de louange seront inacceptables si nous sommes coupables d’impureté morale

Satan cherche à couler tous les humains dans le même moule. Dieu, en revanche, lorsqu’il façonne les humains, prend en compte chaque individu, comme l’illustre un épisode de la vie de Jérémie. Un jour, Dieu l’invita à se rendre chez un potier. Le potier était en train de fabriquer un récipient sur son tour, mais le récipient fut abîmé. Il utilisa alors l’argile encore humide pour en faire, tout simplement, un récipient différent. (Jérémie 18:1-4.) Pourquoi Jérémie avait-il été invité à observer cette scène ? Et quelle leçon pouvons-nous en dégager ? Jéhovah voulait montrer à Jérémie et à Israël qu’il est en droit de façonner les peuples et les nations comme il l’entend. Que devient l’argile entre ses mains ? À la différence d’un potier humain, Jéhovah ne commet pas d’erreur, pas plus qu’il ne détruit l’œuvre de ses mains sur un coup de tête. C’est la façon dont les humains se laissent modeler par Jéhovah qui détermine ce qu’il fait d’eux - jr 48

À l’époque de la Bible, un potier pouvait donner à l’argile la forme qu’il voulait en se servant d’un moule. De la même façon, Jéhovah, le Chef de l’univers, a le droit de modeler les nations, et ses vrais adorateurs l’admettent (Jérémie 18:6 « “ ‘ Ne suis-je pas capable d’agir envers vous comme ce potier, ô maison d’Israël ? ’ c’est là ce que déclare Jéhovah. ‘ Voyez ! Comme l’argile dans la main du potier, ainsi vous êtes dans ma main, ô maison d’Israël ! ». Jéhovah a le droit de modeler aussi chacun de nous. Mais il ne force personne à changer. Il veut plutôt que nous ayons envie de nous laisser modeler par lui. TG2016 juin p9-14 § 2

Jéhovah n’oublie pas que nous sommes des créatures faites de poussière, qu’à cause de l’imperfection nous avons des faiblesses, nous sommes fragiles. L’expression ‘ il sait de quoi nous sommes formés ’ nous rappelle que la Bible compare Jéhovah à un potier et les humains aux récipients qu’il forme (Jérémie 18:2-6). Toujours conscient de leur nature, un potier manipule ses récipients d’argile avec une fermeté empreinte de délicatesse. Pareillement, dans ses rapports avec nous, Jéhovah, le Grand Potier, tient compte de la fragilité due à notre nature pécheresse – TG1997 1/12 § 4

Jéhovah s’est adressé aux Juifs en des termes chaleureux et a proposé de leur pardonner. “ Revenez, s’il vous plaît, chacun de sa voie mauvaise, rendez bonnes vos voies et vos manières d’agir ”, les a-t-il suppliés. En une autre occasion, Jérémie les a exhortés en ces termes : “ Rendez bonnes vos voies et vos manières d’agir, et obéissez à la voix de Jéhovah votre Dieu, et Jéhovah regrettera le malheur qu’il a prononcé contre vous. ” (Jér. 18:11). Aujourd’hui encore, Jéhovah pardonne à tous ceux qui éprouvent des remords sincères et qui renoncent à leurs mauvaises pratiques. – jr 12 § 20

Plus nous approchons de la fin, et plus les temps deviennent durs. Aussi, dans beaucoup de pays, l’attitude des gens se durcit-elle. Il en va de même qu’au temps de Jérémie, où Jéhovah disait de son peuple: “Ils ont raidi leur cou, pour ne pas obéir à mes paroles.” Si nous devons travailler parmi des gens au ‘cou raide’, prenez courage. Plutôt que de ralentir notre activité, faisons ce à quoi Jérémie nous a exhortés: “Chantez à Jéhovah! Louez Jéhovah !” (Jér. 19:15; 20:13). – TG1978 1/ 4 § 4

Dans une ville sur le point d’être détruite, Dieu n’allait sûrement pas préserver les biens de qui que ce soit (Jér. 20:5 « Oui, je livrerai toutes les réserves de cette ville, toute sa production, toutes ses choses précieuses ; et tous les trésors des rois de Juda, je vais les livrer en la main de leurs ennemis. Et à coup sûr ils les pilleront, les prendront et les feront venir à Babylone ». À l’approche de la fin de ce système, ce n’est pas le moment d’accumuler pour nous-mêmes des choses matérielles. Nous ne devrions pas nous attendre à ce que nos biens, quelle que soit leur valeur affective ou marchande, survivent avec nous à la Grande Tribulation. Ne pensons pas qu’après la grande tribulation, nous aurons toujours les choses que nous avons maintenant, même celles qui sont précieuses pour nous – TG2016 juillet p3-9 § 6

Jéhovah souhaite que nous trouvions de la joie dans son service. Toutefois, cette joie ne doit pas dépendre des résultats que nous obtenons. Le prophète Jérémie a prêché pendant des années dans un territoire improductif. Lorsqu’il s’arrêtait sur la réaction négative des gens, il perdait sa joie (Jérémie 20:8). Mais quand il méditait sur la beauté du message, sa joie revenait. Jérémie se réjouissait d’avoir l’honneur de prêcher la parole de Dieu, et nous le pouvons aussi.

Après avoir été frappé par le prêtre Pashhour, le fils d’Immer, Jérémie a décrété qu’il ne parlerait plus au nom de Jéhovah. De quelle façon Jéhovah a-t-il répondu à ses prières ? (Jérémie 20:8, 9.) La Bible ne dit pas qu’il lui a répondu oralement, depuis les cieux. Mais la parole de Dieu est devenue “ comme un feu brûlant enfermé dans [s]es os ”, de sorte qu’il n’a pu se retenir de la proclamer. Ainsi, en exprimant franchement ses sentiments devant Dieu et en se laissant guider par ce qu’il connaissait de sa volonté, Jérémie s’est senti poussé à continuer de faire ce que Dieu attendait de lui. Jérémie était troublé par la réussite des méchants. Il ne remettait pas du tout en question la justice de Jéhovah. De même, en laissant parler notre cœur, nous renforcerons notre confiance en Jéhovah et dans le fait que sa volonté se réalisera à coup sûr. Même si, pour le moment, nous ne comprenons pas totalement pourquoi les choses se passent de telle ou telle manière, ou pourquoi le dessein divin se réalise à tel ou tel rythme, nous pouvons dire à Dieu notre entière confiance en sa parfaite maîtrise des événements. – jr chap10 § 10

Nous savons que tous les personnes que nous rencontrons ne vont pas accepter une étude biblique. Souvent, elles rejettent le message du Royaume. Est-ce là une raison pour renoncer à faire des disciples? Imaginons les sentiments que Jérémie a dû éprouver après avoir prêché pendant quarante ans sans obtenir pratiquement de résultat. Certes, il se découragea; mais il se reprit et continua d’accomplir l’œuvre que Jéhovah lui avait confiée (Jér. 20:9). Il n’a pas eu la joie d’aider un grand nombre de personnes à changer d’attitude pour faire la volonté de Dieu, mais il a néanmoins vu le fruit de son travail. Ébed-Mélec et les fils de Jonadab ont été épargnés lors de la destruction de Jérusalem.
De même, aujourd’hui, il y a des proclamateurs qui participent au service du champ depuis de nombreuses années et qui n’obtiennent, selon toute apparence, que peu de résultats. Toutefois, grâce à leur persévérance ils ont eu le privilège d’aider, de façon ou d’autre, quelques personnes à prendre position pour la vérité: ainsi, celles-ci ont également la perspective de survivre à la “grande tribulation” à venir. Leur constance dans le service de Jéhovah et l’intérêt sincère qu’ils portent à leurs semblables leur ont apporté beaucoup de joies – km1979 §4

Jérémie ne pouvait contenir le message en lui-même. Lorsqu’il a cessé momentanément de parler au nom de Jéhovah, il a ressenti en lui un feu brûlant insupportable. Il était dévoré par le zèle pour l’œuvre qui lui avait été confiée (Jér. 20:9). Même face à l’adversité, qui lui semblait parfois insurmontable, Jérémie a toujours trouvé un moyen de porter le message de Jéhovah à ses contemporains. Pouvons-nous imiter son exemple de courage et persévérer en vue de trouver des occasions de louer chaque jour notre Créateur ? – km1995 octobre § 4

Sentons-nous notre amour du prochain se refroidir ? Ou bien sommes-nous toujours “enflammés de l’esprit” et faisons-nous connaître avec zèle le message ? Pouvons-nous dire, à l’exemple de Jérémie, que la vérité est au-dedans de nous “comme un feu brûlant” que nous ne pouvons contenir ? Jér. 20:9. – TG1979 15/6

Notre zèle doit être fondé sur la connaissance exacte pour qu’il édifie notre foi et affermisse notre amour pour Dieu. S’il diminue ou que nous en manquions, il nous faut absolument réagir. Jéhovah nous enflammera de zèle à condition que notre amour pour lui s’accroisse, que nous assistions régulièrement aux réunions, que nous étudiions, que nous priions pour avoir sa bénédiction et fassions des efforts pour participer à l’œuvre de prédication et à celle qui consiste à faire des disciples. En agissant ainsi nous suivrons l’exemple de Jérémie qui remplit avec zèle la mission dont il avait été chargé. Jér. 20:9 - km80/1

À Jérémie, qui cherchait à leur faire du bien, les Juifs rebelles rendirent le mal, allant même jusqu’à comploter de le tuer. Un jour qu’il était découragé, Jérémie déclara: “Je ne vais pas faire mention de lui, et je ne parlerai plus en son nom.” (Jér. 20:9). Jérémie se découragea et songea à abandonner son poste. Toutefois, il n’agit pas avec précipitation, mais il analysa son problème. Jér. 20:8, 9. Le découragement de Jérémie était dû à l’indifférence et à l’opposition rencontrées. Aujourd’hui, il arrive parfois que des serviteurs de Jéhovah se sentent découragés pour des raisons semblables; mais ceux qui persévèrent ressentent la “joie de Jéhovah”. km1972

Qu’est-ce qui a donné à Jérémie la force de continuer malgré toute cette adversité ? “ Jéhovah, dit-il, était avec moi comme un homme fort et terrifiant. ” (Jérémie 20:11). Si le prophète a été sensible à l’encouragement de Jéhovah, c’est parce qu’il comprenait l’importance capitale de son message et de la mission que Dieu lui avait confiée. Mais il était si enflammé par la parole de Dieu, qu’il ne put cesser de la proclamer. Ses prophéties se réalisèrent lors de la destruction de Jérusalem en 607 avant notre ère. – TG1978 15/3 § 6

Quand Jéhovah l’a désigné pour être prophète, Jérémie a cherché à se dérober. La hardiesse et la fermeté qu’il a plus tard manifestées n’étaient donc pas innées chez lui. L’extraordinaire énergie dont il a fait preuve au cours de sa carrière de prophète venait de ce qu’il s’appuyait entièrement sur Dieu. En effet, Jéhovah a été avec lui “ comme un homme fort et terrifiant ” en ce qu’il l’a soutenu et galvanisé pour accomplir sa mission (Jér. 20:11). Jérémie s’est forgé une telle réputation de hardiesse et de courage que, bien plus tard, certains ont pris Jésus pour Jérémie ressuscité - TG2011 15/3 p30 § 9

Jérémie avait des sautes d’humeur, parfois très marquées. Vous est-il déjà arrivé, à vous aussi, d’être heureux, optimiste, puis de vous sentir soudain démoralisé, déprimé ? Notez la joie qu’éprouvait le prophète, en Jérémie 20:12, 13 «Mais toi, ô Jéhovah des armées, tu examines le juste ; tu vois les reins et le cœur. Que je voie ta vengeance sur eux, car c’est à toi que j’ai révélé mon procès. Chantez pour Jéhovah ! Louez Jéhovah ! Car il a délivré l’âme du pauvre de la main des malfaiteurs » Après ce que venait de lui faire subir Pashhour, Jérémie était heureux et se sentait comme le “ pauvre ” qui a été ‘ délivré de la main des malfaiteurs ’. Il vous est sans doute arrivé d’avoir envie d’exulter peut-être parce que vous aviez été, d’une façon ou d’une autre, “ délivré ”, ou parce qu’un événement heureux s’était produit dans votre vie ou dans votre service chrétien. C’est un sentiment agréable, n’est-ce pas ? Malheureusement, du fait de notre imperfection, notre humeur peut changer, comme c’était le cas pour Jérémie. Alors qu’il venait de s’exclamer “ Chantez pour Jéhovah ! ” Jérémie a été soudain en proie à un profond désespoir, et peut-être aux larmes. (Jérémie 20:14-16.) Son moral était si bas qu’il se demandait pourquoi il était né. Jérémie s’est-il laissé emporter par le désespoir ? A-t-il baissé les bras, se résignant à un désespoir perpétuel ? Non. Il s’est plutôt efforcé de surmonter le découragement, et il y est parvenu. Arrêtons-nous sur ce qu’il a écrit plus loin dans son récit. Pashhour — le prince et non le prêtre — est venu l’interroger de la part du roi Tsidqiya à propos des Babyloniens qui assiégeaient Jérusalem. Jérémie a sauté sur l’occasion : il a communiqué avec hardiesse les jugements de Jéhovah et annoncé la manière dont les choses se termineraient (Jér. 21:1-7). De toute évidence, Jérémie prenait toujours au sérieux son rôle de prophète. Que le découragement soit chez vous exceptionnel ou bien récurrent, vous pouvez vous retrouver dans ce qu’a vécu Jérémie. – jr chap7 § 10

Lorsque l’heure de la fin sonna pour Jérusalem en 607 avant notre ère, la compassion de Dieu envers les humains obéissants devint une nouvelle fois manifeste. En plein siège, Jéhovah annonça aux Juifs : “ Voici que je mets devant vous le chemin de la vie et le chemin de la mort. Celui qui demeurera dans cette ville mourra par l’épée, par la famine et par la peste ; mais celui qui sortira et qui passera vraiment aux Chaldéens qui vous assiègent, celui-là restera en vie ; oui, il aura son âme pour butin. ” (Jérémie 21:8, 9). Alors que les habitants de Jérusalem méritaient d’être détruits, Jéhovah fit preuve de compassion envers ceux qui lui obéirent, même en cette heure critique et bien tardive. La mission d’inviter les Juifs à se rendre a sans nul doute aussi mis à l’épreuve l’obéissance de Jérémie. Déjà, parce que Jérémie était jaloux pour le nom de Dieu. Il ne voulait pas que ce nom soit couvert d’opprobre par des ennemis qui attribueraient leur victoire à des idoles sans vie. De plus, Jérémie savait qu’en invitant les Juifs à se rendre il mettrait sa propre vie en grand danger, car beaucoup interpréteraient ses paroles comme un acte de sédition. Toutefois, il n’a pas pris peur ; il a annoncé avec obéissance les déclarations de. Nous aussi, comme Jérémie, nous portons un message impopulaire. Il s’agit du message qui valut à Jésus d’être méprisé. Ne ‘ tremblons pas devant les hommes ’ ; comme Jérémie, obéissons courageusement à Jéhovah en plaçant toute notre confiance en lui. TG2002 10/1 § 16,17

Quelles idées de la lecture biblique de cette semaine puis-je utiliser en prédication ?

Pourquoi Les Témoins de Jéhovah n’utilisent-ils pas d’images pour leur culte ? - Les fils d’Israël ont fini par sombrer dans l’idolâtrie. Pour les discipliner, Jéhovah a envoyé des prophètes, comme Jérémie, les avertir de la punition qu’ils encouraient en raison de leurs pratiques idolâtriques (Jérémie 19:3-5 ). La nation n’a pas tenu compte des avertissements divins. Par conséquent, en 607 avant notre ère, Jéhovah a permis que les Babyloniens détruisent Jérusalem et emmènent le peuple en captivité. Les Témoins de Jéhovah respectent l’interdiction formelle de Dieu d’utiliser des images de quelque sorte que ce soit pour l’adorer. Ils prennent très au sérieux Jéhovah Dieu quand il dit : “ Je suis Jéhovah. C’est là mon nom ; et je ne donnerai ma gloire à aucun autre ni ma louange aux images taillées. ” — Isaïe 42:8. – TG2009 1/ 2 p30-31 – Note : On trouve dans certaines Salles du Royaume des peintures de personnages bibliques. Cependant, ces représentations n’ont qu’un but décoratif et ne sont pas vénérées comme des icônes religieuses. Les Témoins de Jéhovah ne les prient pas ni ne se prosternent devant elles

Le message prophétique que Dieu a confié à Jérémie concernait principalement la chute de Jérusalem. Jérémie a maintes et maintes fois averti les Juifs que la ville serait dévastée à moins qu’ils ne se repentent de leur idolâtrie, de leur injustice et de leur violence (Jér. 19:3-5, 15). Cependant, bon nombre de ses contemporains étaient convaincus que jamais Jéhovah ne permettrait une telle chose. Le temple de Dieu n’était-il pas à Jérusalem ? Comment pourrait-il tolérer que ce lieu saint soit détruit ? C’était inimaginable ! Mais, comme vous le savez, Jéhovah ne peut mentir. Et il “ a fait ce qu’il avait projeté ”. — Jér. 52:12-14. La situation dans laquelle se trouvent les serviteurs de Dieu aujourd’hui est comparable à celle des fidèles du temps de Jérémie. Nous savons que Jéhovah va bientôt faire “ venir le malheur ” sur tous ceux qui refusent d’écouter ses avertissements. Mais nous pouvons garder espoir grâce à ses promesses, tout comme les Juifs qui sont restés attachés au culte pur à l’époque de Jérémie. jr chap13 § 12

Le prophète Jérémie constitue un excellent exemple pour nous. Il avait besoin de la nourriture spirituelle que Jéhovah lui fournissait et il accordait à celle-ci une grande valeur. Cette nourriture lui a permis de prêcher avec endurance à un peuple indifférent. “ La parole de Jéhovah [...] était dans mon cœur comme un feu brûlant, enfermé dans mes os ”, rapporte Jérémie (Jér. 20:8, 9). Cette alimentation spirituelle l’a aussi aidé à supporter les temps difficiles qui ont abouti à la destruction de Jérusalem. Nous disposons aujourd’hui de la Parole écrite de Dieu dans son entier. Si nous l’étudions assidûment et si nous faisons nôtres les pensées divines, nous pourrons, comme Jérémie, persévérer avec joie dans notre ministère, rester fidèles dans les épreuves, et demeurer purs moralement et spirituellement – TG2010 15/7 p9

L’œuvre annoncée par Jésus serait-elle accomplie sous la contrainte ? Non. La Tour de Garde d’août 1921 faisait appel à la bonne volonté des chrétiens oints. L’article « Ayez bon courage » invitait chacun d’eux à se demander : « N’est-ce pas là mon plus grand privilège, aussi bien que mon devoir, de prendre part à ce travail ? » Puis il ajoutait : « Nous sommes persuadés que, après vous en être rendu compte [de ce privilège], vous ressemblerez à Jérémie dans le cœur duquel la Parole de Dieu était “comme un feu dévorant renfermé dans ses os”, qui le forçait à parler (Jér. 20:9). » Cet encouragement chaleureux traduisait la confiance de Jéhovah et de Jésus envers les fidèles partisans du Royaume. – kr chap6 § 13


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 341
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU - Recherchons des perles spirituelles : JEREMIE 17 à 21 - SEMAINE DU 3 AVRIL 2017

Message  GwadaNel le Jeu 6 Avr 2017 - 14:27

Bravo!!! Merci
avatar
GwadaNel
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 74
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : Aubervilliers

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum