JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU - Recherchons des perles spirituelles : PSAUMES 120-134 - SEMAINE DU 11 SEPTEMBRE 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU - Recherchons des perles spirituelles : PSAUMES 120-134 - SEMAINE DU 11 SEPTEMBRE 2016

Message  Michèle le Ven 9 Sep 2016 - 10:26


JOYAUX DE LA PAROLE DE DIEU

Recherchons des perles spirituelles (8 min) : PSAUMES 120 - 134


Ps 123:2 : Que signifie l’illustration où il est question des « yeux des serviteurs » ? (w06 1/9 15 § 3).


Les serviteurs et les servantes regardent la main de leur maître ou de leur maîtresse pour deux raisons : pour déterminer quelle est sa volonté, et pour obtenir sa protection et le nécessaire pour vivre. Pareillement, nous regardons vers Jéhovah pour discerner quelle est sa volonté et pour obtenir sa faveur.

Tel un domestique qui observe attentivement la main de son maître pour discerner sa volonté, le peuple de Jéhovah a aujourd’hui les yeux fixés sur les instructions qu’il lui donne progressivement par l’intermédiaire de son organisation terrestre et de la Bible (Psaume 123:1, 2). En effet, les serviteurs de Jéhovah agissent selon ses directives et se montrent attentifs à tout ce qu’il leur indique par le moyen de “ l’esclave fidèle et avisé ”- TG 2003 15/2

Ps 133:1-3 : Quel est l’un des enseignements de ce psaume ? (w06 1/9 16 § 2).

Le psalmiste David accordait un grand prix à l’unité fraternelle ; à tel point que, sous inspiration, il en a fait le thème d’un de ses psaumes. L’unité du peuple de Jéhovah est apaisante, saine et réconfortante. Nous ne devrions pas la troubler en devenant critiques, querelleurs ou en nous plaignant à tout propos

Ces paroles s’appliquaient à l’unité fraternelle que connaissait le peuple de Dieu d’autrefois, les Israélites. Quand ils montaient à Jérusalem pour leurs trois fêtes annuelles, ils habitaient effectivement unis ensemble. Bien qu’appartenant à des tribus différentes, ils formaient une seule famille

Le fait d’être ensemble avait un effet salutaire sur eux, comme l’action revigorante d’une huile d’onction aromatique. Quand cette huile était versée sur la tête d’Aaron, elle coulait sur sa barbe et jusqu’au col de son vêtement. Dans le cas des Israélites, le bon effet de leur rassemblement s’étendait à tout le peuple réuni. Les malentendus étaient dissipés, et l’unité favorisée. Une unité similaire existe de nos jours au sein de la famille mondiale de Jéhovah. Ses membres se retrouvent régulièrement ensemble, ce qui a un effet spirituel salutaire sur eux. L’application des conseils de la Parole de Dieu permet de régler d’éventuels malentendus ou difficultés. Les serviteurs de Jéhovah apprécient grandement l’encouragement mutuel que leur procure leur unité fraternelle. - w96 15/7 11

En Israël, durant la saison sèche, “ la rosée de l’Hermôn ” préservait la végétation du pays, et donc ses habitants. Aujourd’hui encore, les hauteurs boisées et enneigées du mont Hermôn produisent, la nuit, de la vapeur qui se condense en une rosée abondante. Dans un psaume, David a comparé le rafraîchissement apporté par cette rosée à l’agrément que procure aux adorateurs de Jéhovah le fait d’habiter dans l’unité. — Psaume 133:3.

L’UNITÉ fraternelle est incontestablement une bénédiction. Par les efforts conjugués d’un grand nombre, on peut atteindre des résultats dont la portée dépasse de beaucoup les capacités d’un individu isolé. En outre, pour des gens qui s’entendent bien, travailler en commun est une source de grande joie.

131:1-3 — Comment David a-t-il ‘ apaisé et calmé son âme comme un enfant sevré sur sa mère ’ ?
Un enfant sevré apprend à trouver consolation et satisfaction dans les bras de sa mère. De même, David a appris à apaiser et à calmer son âme “ comme un enfant sevré sur sa mère ”. Comment cela ? En n’ayant pas un cœur orgueilleux ni des yeux hautains, et en ne recherchant pas de choses trop grandes pour lui. Au lieu de se mettre en avant, David reconnaissait généralement ses limites et se montrait humble. La sagesse nous dicte d’imiter son état d’esprit, en particulier quand nous aspirons à des responsabilités au sein de la congrégation. w06 1/9 15

Qu’est-ce que la lecture biblique de cette semaine m’apprend sur Jéhovah ?

Psaume 121:5 : “ Jéhovah est ton ombre à ta droite. ” Que faut-il entendre par là ? Tout comme un coin d’ombre nous protège d’un soleil accablant, Jéhovah peut protéger ses serviteurs de l’accablement causé par le malheur en les cachant à l’ombre de sa “ main ” ou de ses “ “ ailes ”. - w09 1/5 14

Confiant que Jéhovah protège fidèlement ses serviteurs, le psalmiste écrit : “ Jéhovah te garde. Jéhovah est ton ombre à ta droite. Pendant le jour le soleil ne te frappera pas, ni la lune pendant la nuit. ” (Psaume 121:5, 6). Pour un voyageur se déplaçant à pied au Proche-Orient, une zone ombragée offrait un refuge appréciable contre les ardeurs du soleil. Jéhovah est pour ses serviteurs comme une ombre protectrice contre la chaleur caniculaire du malheur. Précisément, lit-on, il est à leur droite. Dans le temps, la main droite d’un soldat n’était pas tout à fait protégée par le bouclier, qu’il tenait de la main gauche. Un ami fidèle pouvait donc offrir à ce soldat sa protection en venant se placer à sa droite pour combattre. À la manière de cet ami, Jéhovah se tient fidèlement aux côtés de ses adorateurs, toujours prêt à les protéger - w04 15/12 13

Jéhovah est toujours attentif aux besoins de ses serviteurs : “ Il ne saurait permettre que ton pied chancelle. Celui qui te garde ne saurait somnoler. Vois ! Il ne somnolera ni ne s’endormira, Celui qui garde Israël. ” (Psaume 121:3, 4). Il est inconcevable pour Dieu de laisser ceux qui placent leur confiance en lui ‘ chanceler ’ ou faire une chute dont ils ne pourraient se relever. Pourquoi cela ? Parce que Jéhovah est comme un berger en alerte qui garde ses brebis. N’est-ce pas là une pensée réconfortante ? Pas un seul instant il ne fermera les yeux sur les besoins de ses serviteurs. Jour et nuit ils sont l’objet de sa vigilance – w04 15/12 13

Pourrait-il arriver que Jéhovah manque un jour de secourir ses serviteurs ?
Cette pensée est tout bonnement inconcevable.: “ Jéhovah lui-même te gardera de tout malheur. Il gardera ton âme. Jéhovah lui-même gardera ta sortie et ta rentrée, dès maintenant et pour des temps indéfinis. ” (Psaume 121:7, 8). On remarque qu’après s’être exprimé au présent le rédacteur met l’accent sur l’avenir. Précédemment, au verset 5, il disait : “ Jéhovah te garde. ” Mais dans ces versets, il écrit : “ Jéhovah lui-même te gardera. ” Les pratiquants du vrai culte ont donc la certitude qu’ils pourront toujours compter sur le secours de Jéhovah. Où qu’ils aillent, quel que soit le malheur qui les frappe, ils ne seront jamais hors de portée de la main secourable de Jéhovah - w04 15/12 13

Manifestement le rédacteur du Psaume 121 était sûr que le Tout-Puissant Créateur surveille ses serviteurs avec la bienveillance d’un berger attentionné et la vigilance d’un garde sur le qui-vive. Cela signifie-t-il pour autant que nous serons toujours protégés physiquement ? Non, mais aussi longtemps que nous compterons sur Jéhovah pour être secourus, il nous préservera de tout ce qui pourrait nous causer un tort spirituel - w04 15/12 13

“ Je me suis réjoui quand on m’a dit : ‘ Allons à la maison de Jéhovah ! ’ ” (Ps. 122:1).
De cette expression du psalmiste, on apprend 1) ce qu’il ressentait quand on l’invitait à participer au culte de Jéhovah, 2) qu’il bénéficiait de la saine compagnie de personnes qui se souciaient comme lui de pratiquer le vrai culte, et 3) que des préparatifs devaient être faits pour lancer cette invitation, pour que le rassemblement ait lieu et pour faire le voyage à destination de la maison de Dieu. km 12/01 3

Durant la période troublée que connaîtra bientôt le système actuel, nous devrons être extrêmement unis. Il faudra que règne parmi nous une unité spirituelle qui pourrait être comparée à la proximité des maisons de la Jérusalem antique. Ces habitations étaient construites si près les unes des autres qu’un psalmiste a qualifié Jérusalem de « ville qui a été liée ensemble dans l’unité ». Cet agencement permettait aux habitants de se soutenir et de se protéger mutuellement. Cette proximité pouvait par ailleurs symboliser l’unité spirituelle de la nation entière, quand « les tribus de Yah » se rassemblaient pour le culte (Psaume 122:3, 4 « Jérusalem est bâtie comme une ville qui a été liée ensemble dans l’unité, 4 où sont montées les tribus, les tribus de Yah, comme rappel pour Israël, afin de rendre grâces au nom de Jéhovah »). Pareillement, il nous faut être « lié[s] ensemble dans l’unité » aujourd’hui et il nous faudra l’être durant les jours critiques à venir. - w14 15/12 24

Le roi Salomon a comparé les enfants à “ des flèches dans la main d’un homme fort ”. (Psaume 127:4.)
Développons cet exemple. L’archer tient la flèche posée sur la corde de l’arc un court instant seulement. Il doit rapidement la laisser filer pour qu’elle touche sa cible. De même, les parents disposent de peu de temps pour apprendre à leurs enfants à aimer Jéhovah de tout leur cœur. En l’espace de quelques années qui semblent passer très vite, les enfants grandissent, puis ils quittent le foyer (Matthieu 19:5). Atteindront-ils la cible, autrement dit continueront-ils d’aimer Dieu et de le servir une fois partis de la maison ? De nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Citons-en trois : l’habileté des parents, l’environnement dans lequel les enfants sont élevés et la façon dont la ‘ flèche ’, ou l’enfant, réagit à l’éducation qu’il reçoit – TG2007 1/9 p26,30

“ Comme des plants d’olivier ” - L’olivier illustre de façon appropriée les bénédictions divines. Comment l’homme qui craint Dieu serait-il récompensé ? “ Ta femme sera comme une vigne qui porte du fruit tout au fond de ta maison, a chanté un psalmiste. Tes fils seront comme des plants d’olivier autour de ta table. ” (Psaume 128:3). Que sont ces “ plants d’olivier ”, et pourquoi le psalmiste les comparait-il à des fils ?
L’olivier a ceci de particulier que de nouvelles pousses sortent continuellement de la base de son tronc. Lorsque, en raison de son âge, le tronc principal ne produit plus autant qu’auparavant, les cultivateurs peuvent laisser plusieurs plants, ou nouvelles pousses, se développer jusqu’à devenir partie intégrante de l’arbre. Au bout d’un certain temps, trois ou quatre nouveaux troncs vigoureux entoureront celui d’origine, comme des fils autour d’une table. Ces plants issus de la même souche produisent ensemble une grande quantité d’olives.
Cette caractéristique de l’olivier illustre bien la façon dont les fils et les filles peuvent devenir fermes dans la foi, grâce aux robustes racines spirituelles de leurs parents. En grandissant, eux aussi portent du fruit et épaulent leurs parents, qui se réjouissent de les voir servir Jéhovah à leurs côtés - w00 15/5 27

Comment comprendre Psaume 128:3, où il est question de fils qui sont “ comme des plants d’olivier ” autour de la table d’un homme ?

Il n’est pas rare que de nouvelles pousses sortent de la base du tronc d’un olivier. Lorsque le tronc principal d’un vieil olivier ne produit plus beaucoup de fruits, de nouvelles pousses peuvent devenir des troncs vigoureux et l’entourer. De la même façon les parents peuvent se réjouir d’avoir des enfants qui portent du fruit en servant Jéhovah à leurs côtés. TG2000 15/5 p27

♦ 131:2 — Comment l’âme devient-elle comme un “enfant sevré”?

Avant d’être sevré, le petit enfant désire ardemment que sa mère satisfasse sa faim. C’est aussi dans les bras de sa mère qu’un enfant sevré trouve contentement, sécurité et consolation. Disposé à vivre dans l’humilité (verset 1), le psalmiste se sentait “apaisé et calmé” comme un enfant sevré dans les bras de sa mère. Celui qui se confie humblement en Jéhovah et qui fait sa volonté est en sécurité et reçoit d’abondantes bénédictions – TG1987 15/3

Le bonheur est accessible. “ Heureux tout homme qui craint Jéhovah, qui marche dans ses voies ”, déclare Psaume 128:1.
Nous pouvons être heureux si nous révérons Dieu et si nous marchons dans ses voies en faisant sa volonté w08 15/2 p. 7-11

Bien que tout péché soit une offense aux yeux de Dieu, dans sa miséricorde, il prend en considération nos manquements dus à l’imperfection héréditaire. Le psalmiste a reconnu : “ Si tu épiais les fautes, ô Yah, ô Jéhovah, qui pourrait tenir ? Car il y a le vrai pardon auprès de toi, afin qu’on te craigne. ” (Psaume 130:3, 4). Que devrions-nous faire lorsque nous commettons une faute — et ainsi péchons — contre autrui, peut-être involontairement ? Souvenez-vous que la prière modèle que Jésus a enseignée à ses disciples contient cette requête : “ Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi nous pardonnons à tous ceux qui nous doivent. . Oui, Dieu nous accordera son pardon si nous nous tournons vers lui et le lui demandons au nom de Jésus – TG2010 1/9 p 22,23

Quelles idées de la lecture biblique de cette semaine puis-je utiliser en prédication ?

Qui rend gloire à Dieu aujourd’hui
? Qui, à notre époque, glorifie Dieu par une belle conduite ? Quels croyants ont reçu des éloges de nombreux gouvernements parce qu’ils sont des citoyens paisibles, respectueux des lois, qui paient leurs impôts ? Quelles personnes sont connues dans le monde entier pour leur unité, une unité qui transcende les différences raciales, nationales et ethniques (Psaume 133:1 « Voyez ! Qu’il est bon et qu’il est agréable pour des frères d’habiter unis ensemble « ! Il n’existe qu’un groupe dont la belle conduite dans ces domaines et dans d’autres encore parle d’elle-même : les Témoins de Jéhovah – TG2004 1/10 p 9-14

Dans tous les domaines de la vie, nous devons être disposés à suivre cette exhortation des Écritures : ‘Attendez Jéhovah dès maintenant et jusqu’à des temps indéfinis.’ (Ps. 131:3). Ne devenons pas impatients parce que le Grand Jour de Jéhovah, durant lequel il exécutera ses jugements, n’est pas encore arrivé. Exprimons plutôt la même confiance que Michée, qui déclara : “Mais quant à moi, je guetterai Jéhovah. Je me tiendrai dans l’attente du Dieu de mon salut. Mon Dieu m’entendra.” (Michée 7:7). D’autre part, continuons à user de patience envers tous en pardonnant à ceux qui peuvent commettre des transgressions peu importantes contre nous et en tenant compte de leurs faiblesses et de leur situation. Ne permettons jamais à l’impatience, nourrie par l’orgueil, de mettre en danger nos relations avec Jéhovah Dieu, qui, lui, est patient. TG1977 15/5 page 314 § 17

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 341
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum