ETUDE BIBLIQUE DU 11 JUILLET 2016 - ia chap. 19 § 17-31 + encadré p. 170 - idées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ETUDE BIBLIQUE DU 11 JUILLET 2016 - ia chap. 19 § 17-31 + encadré p. 170 - idées

Message  Michèle le Lun 11 Juil 2016 - 16:57



En général, les garçons commençaient leur apprentissage professionnel entre 12 et 15 ans, apprentissage qu’ils effectuaient auprès de leur père. Leur formation s’étendait sur de nombreuses années, et les jeunes apprentis devaient se donner du mal s’ils voulaient acquérir les compétences nécessaires pour devenir maîtres charpentiers. Imaginez les moments agréables que Joseph a dû passer avec Jésus, à travailler avec lui, à converser avec lui, à lui transmettre son savoir-faire. Comme il devait être fier de voir Jésus se perfectionner dans le métier !

Un charpentier devait connaître les propriétés du bois qu’il travaillait. Il pouvait choisir parmi des essences locales, telles que le cyprès, le chêne, le cèdre, le sycomore et l’olivier. Toutefois, le charpentier du Ier siècle ne se rendait pas dans un dépôt de bois ni dans un magasin de matériaux de construction, où il retirerait du bois débité aux dimensions voulues. Il lui fallait plutôt aller en forêt, sélectionner les arbres adaptés et les abattre, puis transporter péniblement les lourdes grumes jusqu’à son atelier.

Imaginez-vous les effets que le métier de Jésus a eus sur son apparence ? Par exemple, sa peau hâlée par le soleil du Proche-Orient, ses muscles rendus vigoureux par des années de travail physique et ses mains durcies par le maniement du bois brut, de la hache, du marteau et de la scie

Joseph veillait à ce que sa maisonnée se conforme à la loi divine et soit nourrie sur le plan spirituel. Chaque année, il emmenait toute sa famille célébrer la Pâque à Jérusalem

Les coutumes au moment de la Pâque. Lorsque la Pâque arrivait, on faisait de grands préparatifs à Jérusalem. La Loi exigeait en effet que tous les Israélites mâles et tous les résidents étrangers circoncis observent la Pâque (Nb 9:9-14). Cela signifiait qu’un grand nombre de gens se mettaient en route pour Jérusalem de façon à arriver quelques jours à l’avance. Ils venaient avant la Pâque afin de se purifier rituellement (Jn 11:55). On raconte que des hommes étaient envoyés environ un mois à l’avance pour préparer les ponts et mettre en état les routes, à l’intention des pèlerins. Puisque le contact d’un cadavre rendait une personne impure, on prenait des précautions particulières pour protéger les voyageurs. Comme on avait l’habitude d’enterrer en pleine campagne les individus qui y mouraient, on blanchissait les tombes un mois avant la Pâque afin qu’elles soient bien visibles (The Temple, par A. Edersheim, 1874, p. 184, 185). Voilà qui aide à comprendre les paroles que Jésus adressa aux scribes et aux Pharisiens quand il leur dit qu’ils ressemblaient à des “ tombes blanchies ”. — Mt 23:27.

Les habitants de Jérusalem hébergeaient ceux qui venaient pour la Pâque. Dans une maison orientale, on pouvait dormir dans toutes les pièces, et il était possible de loger plusieurs personnes dans la même chambre. Le toit en terrasse était parfois utilisé aussi. D’autre part, beaucoup pouvaient être logés en dehors des murs de la ville, notamment à Bethphagé et à Béthanie, deux villages situés sur les pentes du mont des Oliviers

“Or, ses parents avaient l’habitude d’aller d’année en année à Jérusalem pour la fête de Pâque.” (Luc 2:41). D’après la loi de Dieu, tout mâle devait paraître à Jérusalem lors des fêtes (Deutéronome 16:16). Mais le récit précise que “ses parents avaient l’habitude d’[y] aller”. Pour cette occasion joyeuse, Joseph emmenait Marie, et probablement le reste de sa famille, à Jérusalem; le voyage était de plus de 100 kilomètres (Deutéronome 16:6, 11). C’était leur habitude, une partie régulière de leur vie. De plus, ils ne faisaient pas une apparition symbolique à Jérusalem; ils y restaient tous les jours que durait la fête. — Luc 2:42, 43.
Voilà qui donne une leçon utile aux parents d’aujourd’hui. Ces fêtes annuelles célébrées à Jérusalem étaient des moments d’assemblée solennelle autant que de réjouissance (Lévitique 23:4, 36). Elles étaient spirituellement édifiantes pour Joseph, Marie et le jeune Jésus

Joseph a compris qu’il lui faut avant tout pourvoir aux besoins spirituels des siens. Il passe donc du temps avec ses enfants pour leur parler de Jéhovah et de ses lois. Avec Marie, il emmène régulièrement les enfants à la synagogue du village, où on lit et explique la Loi de Moïse. Jésus pose sans doute beaucoup de questions en rentrant, et Joseph s’efforce d’étancher la soif spirituelle de son garçon. Il emmène aussi sa famille aux fêtes religieuses célébrées à Jérusalem
Trois jours plus tard, lorsque Marie et Joseph ont fini par le trouver, Jésus était dans le temple, “ assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant ”. — Luc 2:44-46.

Jésus ‘ interrogeait ’ les enseignants. En quel sens le faisait-il ? Son but n’était pas forcément de satisfaire sa curiosité ou d’obtenir simplement des précisions. Le mot grec employé ici pouvait évoquer le genre de questions que l’on pose lors d’une audience judiciaire, et donc supposer un contre-interrogatoire. Autrement dit, tout jeune déjà, Jésus était devenu un étudiant de la Bible en mesure d’étonner les enseignants religieux les plus instruits !

Pensez à l’inquiétude de Joseph et de Marie à la fin du premier jour, quand ils se rendirent compte que Jésus n’était pas là. Et imaginez le souci croissant qui les accabla durant les deux jours où ils parcoururent Jérusalem à sa recherche. Cependant, il s’avéra que leur éducation payait de retour en cette circonstance difficile. Jésus n’était pas en mauvaise compagnie. Il ne faisait pas honte à ses parents. Quand ceux-ci trouvèrent Jésus, il était “dans le temple, assis au milieu des enseignants, les écoutant et les interrogeant. Et tous ceux qui l’écoutaient restaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses”. — Luc 2:46, 47.

L’usage qu’il faisait de son temps et son intelligence manifestement excellente des principes des Écritures en disent également long sur l’éducation que Joseph et Marie lui avaient donnée jusqu’alors. Il n’empêche que la réaction de Marie semble typique d’une mère inquiète. Tout d’abord, elle fut soulagée de trouver son fils sain et sauf; puis elle exprima son inquiétude et sa contrariété, en s’exclamant: “Mon enfant, pourquoi as-tu agi ainsi avec nous? Vois! ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés.” (Luc 2:48). Il n’est pas surprenant que Marie ait parlé avant Joseph de leur souci à tous deux

Mais Jésus était là, assis au milieu de ces hommes instruits, leur posant tranquillement des questions profondes. Et ce n’est pas tout. Le récit précise : “ Tous ceux qui l’écoutaient étaient constamment stupéfaits de son intelligence et de ses réponses. ” (Luc 2:47). La Bible ne révèle pas ce qu’il disait en la circonstance, mais nous pouvons être sûrs qu’il ne répétait pas naïvement les idées fausses qui avaient cours parmi ces enseignants religieux (1 Pierre 2:22). C’est la vérité de la Parole de Dieu qu’il défendait, et on devait beaucoup s’étonner de la perspicacité et du courage de ce garçon de 12 ans.

Quand Joseph et Marie se rendent compte que Jésus n’est pas avec eux, ils sont fous d’inquiétude. Ils retournent à Jérusalem à toute vitesse, et se lancent à sa recherche. Au bout de trois jours, ils le trouvent au temple. Marie s’écrie : “ Pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici que ton père et moi, tout angoissés, nous t’avons cherché. ” Jésus répond : “ Pourquoi aviez-vous à me chercher ? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? ” — Luc 2:45-50.
D’après toi, Jésus a-t-il tort de répondre de cette manière à sa maman ? — Réfléchis : ses parents savent qu’il aime adorer Dieu dans son temple (Psaume 122:1). Alors n’a-t-il pas raison de croire que c’est dans la maison de Dieu que ses parents auraient dû le chercher en premier ? — Par la suite, Marie repensera souvent à ces paroles de Jésus.

Quelle était l’attitude de Jésus envers ses parents ? — La Bible indique : [Jésus] descendit avec eux et vint à Nazareth, et il leur restait soumis. ” (Luc 2:51, 52).
Apparemment, Joseph est mort peu de temps après cet événement, car ensuite le récit biblique ne parle plus du tout de lui. Il est logique de supposer qu’à la mort de Joseph, Jésus ait pris le relais comme soutien de famille. En grandissant, ses frères endosseraient leur part de responsabilité. Quand Jésus “ avait environ trente ans ”, il a quitté la maison pour entreprendre son ministère (Luc 3:23).

L’absence de Joseph du récit du ministère de Jésus ressort d’autant plus que les autres parents proches de Jésus (sa mère, ses frères et sœurs) y sont mentionnés. Aux noces de Cana, par exemple, Marie est très présente et prend même des initiatives ; par contre, aucune trace de Joseph (Jean 2:11-11). En une autre circonstance, des habitants de la ville où Christ a grandi parlent de l’homme Jésus non comme du fils de Joseph, mais comme du “ fils de Marie ”. — Marc 6:3.

Les Écritures ne parlent pas de la mort de Joseph. Mais nous notons qu’en Marc 6:3 Jésus est appelé “le fils de Marie”, et non de Joseph, ce qui dénote qu’à cette époque Joseph était mort. Qui plus est, si Joseph avait encore été en vie en l’an 33, Jésus attaché sur le poteau n’aurait vraisemblablement pas confié Marie à l’apôtre Jean. — Jean 19:26, 27.

Les parents de Jésus ont aussi admis leur responsabilité concernant la discipline. Il est vrai que durant son existence préhumaine Jésus avait toujours été obéissant. Mais une fois sur terre, il a appris l’obéissance dans des circonstances entièrement nouvelles. En premier lieu, il a dû obéir à des parents imparfaits, car même un enfant parfait a besoin de recevoir une instruction et une éducation, qui sont une forme de discipline. C’est ce que ses parents lui ont prodigué. Par contre, il n’a pas été nécessaire de le discipliner par la punition. Jésus a toujours obéi, il n’était jamais nécessaire de lui répéter les choses. Nous lisons: “Jésus retourna alors avec eux [ses parents] à Nazareth. Il leur obéissait.” — Luc 2:51


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 353
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum