2 Rois 1 à 4 - Semaine du 17 août 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2 Rois 1 à 4 - Semaine du 17 août 2015

Message  Michèle le Ven 14 Aoû 2015 - 21:29



Points importants de 2 Rois chapitres 1 à 4


2 Rois 2 :2 - Avant d’« enlever Éliya aux cieux dans une tempête de vent », Dieu l’a envoyé de Guilgal à Béthel. Éliya a suggéré à Élisha de ne pas l’accompagner, mais celui-ci a répondu : « Je ne te quitterai pas. » En chemin, Éliya lui a proposé encore deux fois de rester, mais en vain (2 Rois 2:1-6). Comme Ruth avec Naomi, Élisha a tenu à suivre Éliya Pourquoi ? De toute évidence, parce qu’il appréciait le privilège que Dieu lui avait accordé de servir Éliya.
Élisha est un exemple pour nous. Avons-nous reçu un privilège de service dans l’organisation de Dieu ? Nous le tiendrons en haute estime si nous gardons présent à l’esprit que c’est Jéhovah que nous servons. Il n’existe pas de plus grand honneur (Ps. 65:4 ; 84:10). TG 2013 15/8 p.29

2:9 — Pourquoi Élisha a-t-il demandé ‘ deux parts de l’esprit d’Éliya ’ ? Pour s’acquitter de sa responsabilité de prophète en Israël, Élisha aurait besoin de manifester le même esprit qu’Éliya, un esprit de courage. Conscient de cela, Élisha a demandé une double portion de cet esprit. Cela faisait six ans qu’il était le serviteur d’Éliya, qui l’avait désigné comme son successeur ; aussi le considérait-il comme son père spirituel : il était pour ainsi dire le fils premier-né d’Éliya sur le plan spirituel (2 Rois 2:12). Puisque le fils premier-né recevait deux parts de l’héritage de son père, Élisha a demandé, et a reçu, deux parts de l’héritage spirituel d’Éliya.

2:11 — Qu’étaient les “ cieux ” où ‘ Éliya est monté dans la tempête de vent ’ ? Il ne s’agissait ni des confins de l’univers physique, ni de la demeure spirituelle de Dieu et de ses fils angéliques (Deutéronome 4:19 ; Psaume 11:4 ; Matthieu 6:9 ; 18:10). Les “ cieux ” où Éliya est monté étaient les cieux atmosphériques (Psaume 78:26 ; Matthieu 6:26). Fendant l’atmosphère, le char de feu a manifestement transporté Éliya à un autre endroit de la terre, où il a encore vécu quelque temps. D’ailleurs, des années après, Éliya écrira une lettre à Yehoram, roi de Juda. — 2 Chroniques 21:1, 12-15.

2:2, 4, 6. Même s’il servait déjà Éliya depuis peut-être six ans, Élisha a insisté pour ne pas le quitter. Quel bel exemple de fidélité et d’amitié ! — Proverbes 18:24.

2:23, 24. Apparemment, ces moqueries à l’égard d’Élisha étaient principalement dues au fait qu’un homme chauve portait le vêtement officiel d’Éliya. Les enfants avaient reconnu en Élisha le représentant de Jéhovah, et ils ne voulaient pas de lui dans les environs. Ils lui ont dit de ‘ monter ’, c’est-à-dire soit de continuer de monter vers Béthel, soit d’être enlevé comme Éliya l’avait été. De toute évidence, ces enfants reproduisaient l’hostilité de leurs parents. Il est capital que les parents apprennent à leurs enfants à respecter les représentants de Dieu.

2:23, 24. Élisha, prophète de Jéhovah, était chauve. Après qu’il eut succédé à Éliya dans la fonction de prophète et alors qu’il montait de Jéricho à Béthel, un groupe d’enfants se mirent à se moquer de lui en disant : “ Monte, chauve ! Monte, chauve ! ” La principale raison de leurs railleries ne semble pas avoir été la calvitie d’Élisha, mais plutôt le fait qu’un homme chauve porte le vêtement officiel d’Éliya. Ils ne voulaient pas qu’Éliya ait un successeur. Ils voulaient soit qu’Élisha continue de monter jusqu’à Béthel, soit qu’il s’élève vers les cieux dans une tempête de vent, à la manière de celui qui avait porté ce vêtement officiel (2R 2:11). Afin de fournir une réponse à ceux qui contestaient sa qualité de successeur d’Éliya et d’apprendre à ces jeunes enfants, ainsi qu’à leurs parents, le respect dû au prophète de Jéhovah, Élisha appela le mal sur ce groupe de moqueurs au nom du Dieu d’Éliya. C’était une mise à l’épreuve de sa qualité de prophète. Jéhovah démontra qu’il agréait Élisha en faisant sortir de la forêt voisine deux ourses qui mirent en pièces 42 de ces enfants. Jéhovah ne tolère pas l’irrespect à l’égard des serviteurs qu’il a établis

3:14, 18, 24. La parole de Jéhovah se réalise toujours.

3:22. Le reflet de la lumière du petit matin sur l’eau a donné l’illusion qu’il s’agissait de sang, peut-être parce que la terre des fossés fraîchement creusés contenait de l’argile rouge. Jéhovah peut décider d’utiliser un phénomène naturel pour accomplir ses desseins.

4:8-11. Reconnaissant en Élisha “ un saint homme de Dieu ”, une femme de Shounem a exercé l’hospitalité envers lui. Ne devrions-nous pas agir de même à l’égard des fidèles adorateurs de Jéhovah ?

En quel sens la femme de Shounem s’est-elle imposé une gêne pour Élisha ? (2 Rois 4:13) [w97 1/10 p. 30 § 6-8]

Une autre femme belle a vécu à Shounem. Nous ne savons rien de son apparence physique, mais cette femme était manifestement belle de cœur. La Bible nous apprend qu’elle ‘ s’est imposé une gêne ’, ou s’est donné beaucoup de mal, afin de fournir au prophète Élisha des repas réguliers et un logement. — 2 Rois 4:8-13.
Nous pouvons imaginer Élisha, après un voyage long et fatigant, retrouvant avec gratitude la petite chambre haute que la femme et son mari lui ont préparée. Peut-être venait-il souvent chez eux, car son ministère a duré 60 ans. Pourquoi la Shounammite a-t-elle insisté pour qu’Élisha réside chez eux à chacun de ses passages ? Parce qu’elle accordait de la valeur à l’œuvre de ce prophète humble et désintéressé, qui était la conscience de la nation, rappelant aux rois, aux prêtres et au peuple leur devoir de servir Jéhovah.
La femme de Shounem était sans aucun doute au nombre de ceux à qui Jésus pensait quand il a déclaré : “ Qui reçoit un prophète parce que c’est un prophète obtiendra une récompense de prophète. ” (Matthieu 10:41). Jéhovah a accordé une récompense particulière à cette femme qui le craignait : bien qu’elle ait été stérile pendant de nombreuses années, elle a donné naissance à un fils. Plus tard, elle a reçu l’aide de Dieu lorsqu’une famine, qui a duré sept ans, a dévasté le pays. Ce récit émouvant nous rappelle que la bonté que nous manifestons envers les serviteurs de Dieu ne passe jamais inaperçue de notre Père céleste. — 2 Rois 4:13-37

“ Ne te satisfais pas d’un petit nombre. ” John Ekrann, membre du Comité de la filiale des Témoins de Jéhovah aux États-Unis, a commenté le récit du prophète Élisha et de la veuve à qui on va enlever ses fils pour les vendre comme esclaves (2 Rois 4:1-7). La veuve n’a qu’une petite jarre pour mettre de l’huile. Élisha lui demande d’aller chercher d’autres jarres auprès de ses voisins en précisant bien : “ Ne te satisfais pas d’un petit nombre. ” Par l’intermédiaire d’Élisha, Jéhovah fait un miracle et remplit d’huile les jarres que la veuve a rassemblées. Puis elle vend l’huile et récolte suffisamment d’argent pour payer ses dettes et subvenir aux besoins de sa famille pendant un certain temps.
Quelle leçon retirer de ce récit ? Lorsque la veuve a rassemblé les récipients supplémentaires, elle n’a certainement pas fait la difficile. “ Elle a dû prendre tout récipient pouvant contenir de l’huile, a dit frère Ekrann, des plus grands jusqu’aux plus petits. ” Il a ensuite encouragé les élèves à s’investir dans chaque affectation, quelles qu’elles soient : “ Ne faites pas les difficiles. ” Il a aussi rappelé aux élèves que la bénédiction que la veuve a reçue était proportionnelle à l’ardeur avec laquelle elle a suivi les instructions d’Élisha. L’application ? La mesure de bénédictions que nous recevons est en rapport direct avec la mesure de zèle et de foi dont nous faisons preuve. “ N’économisez pas vos efforts ”, a-t-il conclu

Dans la Bible, nous avons l’exemple de quelqu’un qui a manqué de tact : Guéhazi, le serviteur d’Élisha. Une Shounammite, qui venait de voir mourir son fils dans ses bras, est allée chercher de la consolation auprès d’Élisha. À la question : “ Tout va-t-il bien ? ” elle a répondu : “ Tout va bien. ” Mais alors qu’elle s’avançait vers le prophète, “ Guéhazi s’approcha pour la repousser ”. Cependant, Élisha déclara : “ Laisse-la tranquille, car son âme est amère en elle. ” — 2 Rois 4:17-20, 25-27.
Comment Guéhazi a-t-il pu être aussi rude, aussi dénué de tact ? Certes, la Shounammite n’avait pas exprimé ses sentiments quand elle avait été invitée à le faire. Mais c’est que la plupart des gens ne révèlent pas leurs sentiments au premier venu. Toutefois, son émotion devait être perceptible d’une manière ou d’une autre. Apparemment, elle n’a pas échappé à Élisha ; quant à Guéhazi, soit il ne l’a pas perçue, soit il a préféré l’ignorer. Voilà qui illustre bien une cause fréquente du manque de tact. Trop préoccupé par l’importance de son travail, on en vient facilement à ne pas voir ou à négliger les besoins de ceux qu’on côtoie. On est alors comme un conducteur d’autobus qui serait tellement soucieux d’arriver à l’heure qu’il ne s’arrêterait pas pour prendre les passagers.
Afin de ne pas ressembler à Guéhazi, efforcez-vous d’être bon envers les autres, car vous ignorez leurs sentiments véritables

Face à des épreuves ou à des tâches pénibles, est-il approprié de demander à Dieu une “double portion” de son esprit, comme fit Élisha ? TG 1982 – Question des lecteurs
Jéhovah Dieu accorde l’esprit saint à ses adorateurs fidèles selon leurs besoins et la situation dans laquelle ils se trouvent. , il incombe de vivre de façon à ne pas entraver le passage ni l’opération de l’esprit saint. Nous pouvons être sûrs que Dieu “ne donne pas l’esprit avec mesure” ni avec parcimonie (Jean 3:34). Plutôt qu’une “double portion”, il nous donnera la mesure d’esprit saint dont nous avons besoin pour affronter les problèmes, pour participer à l’œuvre importante qui consiste à prêcher la “bonne nouvelle du royaume” et pour comprendre et mettre en pratique sa Parole



Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 353
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum