1 Rois - chapitres 7 et 8 - Semaine du 6 juillet 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1 Rois - chapitres 7 et 8 - Semaine du 6 juillet 2015

Message  Michèle le Ven 3 Juil 2015 - 19:19



Points importants de 1 Rois 7 et 8


1 Rois 7:2. “ La Maison de la Forêt du Liban ”, bâtie par la suite, reçut probablement ce nom en raison de ses 45 colonnes de cèdre (1R 7:2, 3). Le cèdre fut aussi utilisé dans la réalisation du Porche du Trône et la cour du temple. — 1R 7:7-12.
Cet emploi intensif du bois de cèdre exigea le travail de milliers d’ouvriers qui devaient couper les arbres, les transporter à Tyr ou à Sidon sur la côte méditerranéenne, les assembler en radeaux et les faire descendre le long de la côte, probablement jusqu’à Joppé. Ensuite, les arbres étaient transportés par voie de terre jusqu’à Jérusalem. *** it-1 p. 410-411 Cèdre ***

1 Rois 7:3. La Maison de la Forêt du Liban avait une longueur de 100 coudées (44 m), une largeur de 50 coudées (22 m) et une hauteur de 30 coudées (13 m). Il semble qu’elle avait des murs de pierres dans lesquels étaient encastrées les extrémités de poutres de cèdre que soutenaient par ailleurs quatre rangées de colonnes (“ quatre ” dans le texte hébreu ; “ trois ” dans la Septante). Il y avait sans doute des chambres lambrissées de cèdre au-dessus des colonnes. D’après certaines reconstitutions hypothétiques de cette maison, il y avait au-dessus des colonnes trois niveaux de chambres qui donnaient sur une cour découverte au milieu de l’édifice. it-2 p 188-189 Maison de la Forêt du Liban
Le nombre des rangées de colonnes est problématique, comme on l’a signalé plus haut. En effet, le texte hébreu dit qu’il y avait quatre rangées et, plus loin, 45 colonnes, puis il déclare : “ Quinze par rangée. ” (1R 7:2, 3). Certains pensent que ce texte s’applique aux chambres sur trois niveaux (15 chambres par rangée) et qu’il y avait probablement davantage de colonnes disposées dans les quatre rangées. D’autres sont d’accord avec la Septante qui parle de “ trois ” rangées de colonnes. Un certain nombre de traductions modifient le texte pour que les “ quarante-cinq ” se rapportent aux poutres plutôt qu’aux piliers verticaux, ou colonnes. — Voir BFC ; Jé [1R 7:2-4] ; TOB. *** it-2 p. 189 Maison de la Forêt du Liban ***

1 Rois 7:4-5. On disait des chambres qu’elles avaient une “ ouverture d’éclairage faisant face à une ouverture d’éclairage, sur trois niveaux ”. Cela semble signifier que lorsqu’on regardait à l’extérieur, dans la cour, il y avait des ouvertures ou grandes fenêtres qui faisaient face aux fenêtres correspondantes dans les chambres de l’autre côté de la cour. Ou alors, cela veut peut-être dire que chaque chambre avait deux fenêtres, l’une côté cour et l’autre côté extérieur. Les entrées (probablement les portes conduisant aux chambres ou permettant de passer de l’une à l’autre) “ étaient à angles droits avec l’encadrement ”. Elles n’étaient donc pas en forme d’arche ou de voûte. Les fenêtres avaient la même forme. — 1R 7:2-5. *** it-2 p. 189 Maison de la Forêt du Liban ***

1 Rois 7:6. Le Porche des Colonnes est un des bâtiments officiels que Salomon construisit dans le secteur du temple quelque temps après en avoir achevé la construction (1R 7:1, 6). Puisque le Porche des Colonnes est mentionné entre des remarques concernant la Maison de la Forêt du Liban et des remarques sur le Porche du Trône, il est possible que le Porche des Colonnes ait été situé au S. du temple et entre ces deux autres bâtiments officiels. Par conséquent, on suppose qu’une personne venant du S. traversait ou contournait la Maison de la Forêt du Liban, puis entrait sous le Porche des Colonnes et le traversait pour accéder au Porche du Trône.
Le bâtiment faisait 50 coudées (22,30 m) de long et 30 coudées (13,40 m) de large. Son nom même donne à penser qu’il était fait de rangées de colonnes imposantes. En 1 Rois 7:6, il est question d’un autre porche devant elles, avec des colonnes et un auvent. Cela signifie peut-être qu’on arrivait d’abord sous un porche comprenant un grand auvent soutenu par des colonnes, et que ce porche donnait directement sur le Porche des Colonnes proprement dit. Si les dimensions données ne concernent que le Porche des Colonnes, c’est que la taille de la partie en auvent n’est pas indiquée.
Ce bâtiment était peut-être une porte monumentale du Porche du Trône et le lieu où le roi traitait les affaires courantes du royaume et recevait certains visiteurs. *** it-2 p. 609 Porche ***

1 Rois 7:7. Le Porche du Trône est un autre bâtiment construit par Salomon après l’achèvement du temple (1R 7:1, 7). Le “ porche du jugement ” mentionné dans le texte semble être la même chose que le “ Porche du Trône ”. Par conséquent, le “ Porche du Trône ” était sans doute l’endroit où Salomon plaça son trône orné, fait d’ivoire et d’or, et où il jugeait. — 1R 10:18-20.
Voici la description complète du bâtiment : “ Il fit le porche du jugement ; et on le couvrit de cèdre depuis le sol jusqu’aux poutres. ” (1R 7:7). Le texte massorétique dit en fait “ depuis le sol jusqu’au sol ”, d’où certains déduisent qu’il y avait du cèdre depuis le sol de ce bâtiment jusqu’au sol du Porche des Colonnes mentionné dans le verset précédent. Toutefois, la Peshitta met “ depuis le sol jusqu’au plafond ”, et la Vulgate dit “ depuis le sol jusqu’au sommet ”. Par conséquent, certains traducteurs pensent que le cèdre consistait en de magnifiques lambris allant du sol du porche jusqu’à ses poutres ou son plafond (Jé ; MN ; Sg ; TOB). Bien qu’on ne dispose pas d’autres détails architecturaux, cela donne à penser qu’un ou plusieurs côtés de ce bâtiment étaient fermés et ne comportaient pas de colonnes, à la différence peut-être de la Maison de la Forêt du Liban et du Porche des Colonnes.
Puisque le Porche du Trône est mentionné juste après le Porche des Colonnes, sans doute ce dernier servait-il d’entrée monumentale au Porche du Trône. Une personne venant du S. devait peut-être traverser le Porche des Colonnes pour entrer dans le porche du jugement. *** it-2 p. 609-610 Porche ***

1 Rois 7:15-16. CHAPITEAU. Partie supérieure d’une colonne, qui la couronne et l’orne. D’énormes chapiteaux coiffaient Yakîn et Boaz, les colonnes qui se dressaient devant le temple de Salomon (2Ch 3:15-17). Ces chapiteaux et les colonnes sur lesquelles ils reposaient furent fabriqués sous la direction d’un artisan du nom de Hiram lors de la construction du temple (1034-1027 av. n. è.). Ils subsistèrent plus de 400 ans, jusqu’à la mise à sac de Jérusalem par les Babyloniens en 607 av. n. è. (2Ch 4:11-13 ; Jr 52:17, 22.) À une exception près, dans tous les cas où il est question de ces chapiteaux, c’est le mot hébreu kothèrèth qui est utilisé. Il dérive de la racine kathar (‘ cerner ’ ; Jg 20:43) et il est apparenté à kèthèr (“ diadème ” ; Est 1:11). En 2 Chroniques 3:15, le mot hébreu traduit par “ chapiteau ” (tsèphèth) vient de la racine verbale tsaphah, qui signifie “ recouvrir ”. — Ex 25:11.
Les colonnes elles-mêmes étaient de cuivre coulé et mesuraient environ 1,70 m de diamètre et 18 coudées (8 m) de hauteur. Elles étaient surmontées de chapiteaux de 5 coudées (2,20 m) de haut (1R 7:15, 16). Se fondant sur les passages selon lesquels les chapiteaux avaient une hauteur de cinq coudées, un certain nombre de spécialistes sont arrivés à la conclusion qu’en 2 Rois 25:17 la mention de “ trois coudées ” est une faute de scribe. C’est pourquoi certaines versions de la Bible (Jé ; Li, par exemple) remplacent “ trois coudées ” par “ cinq coudées ”. Puisque les colonnes étaient creuses, avec des parois d’environ 7,5 cm d’épaisseur, on peut raisonnablement penser que les chapiteaux étaient faits de la même façon et qu’ils furent eux aussi coulés dans des moules d’argile “ dans le District du Jourdain ”.** it-1 p. 429 Chapiteau *

1 Rois 7:21. BOAZ, II (peut-être : Par la force). La plus au N. des deux énormes colonnes de cuivre érigées devant le porche du magnifique temple de Salomon reçut le nom de Boaz, qui signifie peut-être “ Par la force ”. La colonne du S. fut appelée Yakîn, ce qui signifie “ Que [Jéhovah] établisse solidement ”. Par conséquent, en associant les deux et en lisant de droite à gauche lorsqu’on était face à l’E., on obtenait la pensée suivante : ‘ Que [Jéhovah] établisse solidement [le temple] par la force. ’ — 1R 7:15-21 ; voir CHAPITEAU. *** it-1 p. 355 Boaz, II ***

1 Rois 7:23. MER EN MÉTAL FONDU (Mer de cuivre). Une fois le temple construit sous le règne de Salomon, une “ mer en métal fondu [c’est-à-dire coulé ou versé] ” remplaça le bassin de cuivre portable qui était utilisé avec le tabernacle auparavant (Ex 30:17-21 ; 1R 7:23, 40, 44). Fabriquée par Hiram, un Hébro-Phénicien, elle fut appelée “ mer ” sans doute en raison de la grande quantité d’eau qu’elle pouvait contenir. Ce récipient, également en cuivre, mesurait “ dix coudées [4,50 m] d’un bord à l’autre bord, circulaire tout autour ; sa hauteur était de cinq coudées [env. 2,20 m] ; il fallait un cordeau de trente coudées [13,40 m] pour en faire le tour ”. — 1R 7:23.
Sa circonférence. La circonférence de 30 coudées est certainement un chiffre arrondi, car elle devait être plus précisément de 31,4 coudées. À ce sujet, Christopher Wordsworth cite un certain Rennie qui fit cette remarque intéressante : “ Jusqu’à l’époque d’Archimède [IIIe siècle av. n. è.], on mesurait toujours la circonférence d’un cercle en lignes droites au moyen de son rayon ; et, tout naturellement, Hiram décrivit la mer avec une circonférence de trente coudées, en la mesurant, comme c’était invariablement l’habitude alors, au moyen de son rayon (ou demi-diamètre) de cinq coudées, lequel appliqué six fois autour du périmètre (ou ‘ bord ’) donnait les trente coudées indiquées. Ce passage n’avait sans doute pas d’autre but que de préciser les dimensions de la Mer dans le langage courant que tout le monde comprenait, en mesurant la circonférence comme le faisaient en ce temps-là tous les ouvriers compétents tel Hiram. Bien entendu, ce dernier devait néanmoins savoir parfaitement que, puisque l’hexagone ainsi tracé au moyen du rayon avait trente coudées, la circonférence réelle avait un peu plus. ” (Notes sur la King James Version, Londres, 1887). Il ressort donc qu’on décrivait habituellement les choses selon le rapport de trois pour un (c’est-à-dire la circonférence étant trois fois le diamètre), censé être compris comme seulement une approximation. *** it-2 p. 258-259 Mer en métal fondu (Mer de cuivre) ***

1 Rois 7:26. Quelle était la capacité de la mer en métal fondu qui se trouvait dans le temple de Salomon ?
La description donnée en 1 Rois 7:26 dit que cette mer contenait “ deux mille baths ” d’eau à l’usage des prêtres, tandis que le texte parallèle de 2 Chroniques 4:5 précise qu’elle en contenait “ trois mille baths ”. Certains affirment que cette différence est due à une erreur de copiste dans le livre des Chroniques.
Toutefois, la Traduction du monde nouveau nous aide à comprendre comment il est possible de faire concorder ces deux textes. On lit en 1 Rois 7:26 : “ Elle contenait deux mille baths. ” Quant au passage de 2 Chroniques 4:5, vous noterez qu’il déclare : “ Comme récipient, elle pouvait contenir trois mille baths. ” Ce verset indique donc la capacité maximale du bassin, ce qu’il pouvait contenir, alors que le livre des Rois indique la quantité d’eau que ce bassin contenait habituellement. Autrement dit, il semble que le bassin n’était jamais rempli au maximum, mais le plus souvent aux deux tiers seulement. *** w08 1/2 p. 15 Le saviez-vous ? ***

1 Rois 7:38. Chacun des dix bassins (cuves, Pl ; TOB) de cuivre que Hiram fit à l’usage du temple avait une capacité de “ quarante baths ”, soit d’environ 880 l d’eau. Si ces bassins étaient de forme hémisphérique, ils avaient un diamètre de peut-être 1,80 m. Évidemment, s’ils étaient bombés et se rétrécissaient un peu au sommet, leurs dimensions étaient différentes ; il faut avouer que la Bible renseigne peu sur leur forme, même si elle précise que “ chaque bassin était de quatre coudées ”. Chaque bassin était posé sur un chariot à quatre roues artistement orné et gravé ; cinq étaient placés à droite de la maison et cinq à gauche. — 1R 7:27-39. *** it-1 p. 275 Bassin ***

1 Rois 8:1. Salomon transféra l’Arche dans le temple qui venait d’être bâti sur le plateau plus spacieux au N. de la Cité de David. L’expression ‘ faire monter l’Arche de la Cité de David ’ montre que le temple se trouvait sur un terrain plus élevé, le mont Moria étant plus haut que la crête située au S. (1R 8:1.) *** it-1 p. 602 David (Cité de) ***

1 Rois 8:3, 4 — Comment se fait-il que les vêtements des Israélites ne se soient pas usés et que leurs pieds n’aient pas enflé durant leur périple dans le désert ? Il s’agissait d’une intervention miraculeuse, tout comme l’approvisionnement régulier en manne. Les Israélites ont utilisé les mêmes vêtements et les mêmes chaussures qu’au moment de leur entrée dans le désert. Il est probable qu’ils se les soient passés les uns aux autres, à mesure que les enfants grandissaient et que les adultes mouraient. D’après les deux recensements effectués au début et à la fin de la marche dans le désert, le nombre des Israélites n’avait pas augmenté. Par conséquent, la quantité initiale de vêtements et de chaussures a dû être suffisante

1 Rois 8:9. L’Arche servait d’archives où on mettait en sûreté les saints rappels ou témoignage ; son contenu principal était les deux tablettes du témoignage ou Dix Commandements (Ex 25:16). On y avait ajouté une “ jarre d’or contenant la manne, et le bâton d’Aaron qui avait bourgeonné ”, mais ils furent ôtés de l’Arche avant la construction du temple de Salomon (Hé 9:4 ; Ex 16:32-34 ; Nb 17:10 ; 1R 8:9 ; 2Ch 5:10). Juste avant de mourir, Moïse donna une copie du “ livre de la loi ” aux prêtres lévitiques et leur ordonna de la garder non à l’intérieur, mais ‘ à côté de l’arche de l’alliance de Jéhovah, leur Dieu ’, où, dit-il, elle devait “ servir de témoin contre toi ”. *** it-1 p. 159 Arche de l’alliance ***

Pourquoi Salomon déclara-t-il: “Jéhovah a dit lui-même qu’il résiderait dans l’obscurité épaisse.” — I Rois 8:12.
Le roi Salomon fit cette déclaration après que les prêtres eurent déposé l’Arche sacrée dans le Très-Saint du temple et que la nuée eut rempli le sanctuaire (I Rois 8:6-11). C’est cette nuée qui rappela à Salomon la manière dont Jéhovah avait révélé sa présence dans le passé. Par exemple, Dieu dit à Moïse: “Voici que je viens vers toi dans une nuée sombre.” (Ex. 19:9). Quand, plus tard, Moïse fit allusion à cet événement, il déclara: “Il y avait des ténèbres, une nuée et une obscurité épaisse.” (Deut. 4:11). Du fait que Jéhovah avait manifesté sa présence par une nuée, Salomon pouvait donc dire avec juste raison que ‘Jéhovah résidait dans l’obscurité épaisse’.

1 Rois 8:22-53. Quelle reconnaissance exprimée par Salomon envers Jéhovah, Dieu de bonté de cœur, Dieu qui accomplit ses promesses, Dieu qui entend les prières ! En méditant sur la prière d’inauguration de Salomon, nous augmenterons notre gratitude pour ces aspects, et d’autres, de la personnalité divine.
Dans la prière qu’il prononça lors de l’inauguration du temple, Salomon parla de Jéhovah comme étant le Dieu au-dessus de tout, un Dieu de bonté de cœur et de fidélité, Celui qui accomplit ses promesses. Même si le temple était une maison pour Jéhovah, Salomon comprenait bien que “ les cieux eux-mêmes, oui le ciel des cieux ”, ne pouvaient contenir Dieu. Il est le Dieu qui entend et exauce les prières, le Dieu de justice, qui récompense le juste et rétribue le méchant, mais qui pardonne au pécheur quand celui-ci se repent et revient vers Lui. Il n’est pas un ‘ dieu de la nature ’, mais il exerce la maîtrise des éléments, de la vie animale et même des nations de la terre. Il n’est pas un simple Dieu national des Hébreux, mais le Dieu de tous les hommes qui le cherchent. Dans sa prière, Salomon manifesta le désir de voir le nom de Jéhovah grandi dans toute la terre ; Salomon exprima son amour de la justice et de l’équité, son amour pour Israël, le peuple de Dieu, et pour l’étranger qui chercherait Jéhovah

1 Rois 8:27. Salomon, le bâtisseur du temple de Jérusalem, déclara que “ les cieux [...], oui le ciel des cieux ”, ne peuvent contenir Dieu (1R 8:27). Étant le Créateur des cieux, Jéhovah se tient bien au-dessus d’eux, et “ son nom seul est à une hauteur inaccessible. Sa dignité est au-dessus de la terre et du ciel ”. (Ps 148:13.) Jéhovah mesure les cieux physiques aussi facilement qu’un homme mesurerait un objet en ouvrant la main de sorte que l’objet se trouve entre l’extrémité de son pouce et celle de son petit doigt (Is 40:12). Salomon ne voulait pas dire que Dieu n’a pas de lieu de résidence précis ni qu’il est omniprésent, c’est-à-dire littéralement partout et en tout. Pour preuve, Salomon dit aussi que Jéhovah entend ‘ depuis les cieux, le lieu fixe où il habite ’, c’est-à-dire les cieux du monde des esprits. — 1R 8:30, 39. *** it-1 p. 475 Ciel ***

1 Rois 8:30, 39. Beaucoup de personnes croient que Dieu est omniprésent, qu’il se trouve littéralement partout et en tout. Le roi Salomon a fait cette requête à Jéhovah : “ Puisses-tu entendre depuis les cieux, le lieu fixe où tu habites. ” (1 Rois 8:30, 39). Ainsi selon la Bible, Jéhovah Dieu a un lieu d’habitation, que Salomon appelle “ les cieux ”. Que désigne cette expression ?
Dans la Bible, les mots “ ciel ” ou “ cieux ” désignent parfois l’étendue physique qui entoure la terre (Genèse 2:1, 4). Toutefois, Dieu ayant créé toutes choses, sa demeure devait exister avant qu’il ne forme l’univers matériel. Dieu doit donc vivre dans un monde qui n’est pas délimité par des éléments matériels. C’est pourquoi, quand la Bible dit que Jéhovah Dieu réside au ciel, elle fait allusion, non pas à un emplacement situé dans le ciel ou dans l’espace, mais à des sphères spirituelles. *** g 4/11 p. 28 Dieu est-il omniprésent ? ***

1 Rois 8:43. La Bible dit au sujet de Dieu qu’il a un lieu d’habitation précis : les cieux. Dans une de ses prières, le roi Salomon a demandé à Dieu : “ Puisses-tu écouter depuis les cieux, le lieu fixe où tu habites. ” (1 Rois 8:43). Jésus a expliqué que nous devons adresser nos prières à “ notre Père dans les cieux ”. (Matthieu 6:9.) La Bible précise que Jésus ressuscité est entré “ dans le ciel même, pour paraître maintenant pour nous devant la personne de Dieu ”. — Hébreux 9:24.
Ces versets montrent clairement que Jéhovah ne réside pas partout, mais seulement dans les cieux. Bien sûr, “ les cieux ” mentionnés dans ces passages ne désignent pas l’atmosphère terrestre ni l’espace. En effet, les cieux physiques ne peuvent contenir le Créateur de l’univers (1 Rois 8:27). “ Dieu est un Esprit. ” (Jean 4:24). Il habite dans les cieux spirituels, un domaine qui n’a rien à voir avec l’univers physique. — 1 Corinthiens 15:44. *** w11 1/8 p. 27 Dieu réside-t-il en un lieu précis ? ***

1 Rois 8:50. En donnant l’exemple dans ce domaine, en ayant pitié ou compassion de ceux qui sont dans la détresse, Jéhovah Dieu incitait l’homme à agir de même, par amour. C’est pourquoi le roi Salomon pouvait à juste titre demander à Jéhovah de faire des Israélites des objets de pitié devant leurs geôliers s’ils se trouvaient emmenés en captivité en raison de leur infidélité (1R 8:50). *** it-2 p. 598 Pitié, compassion ***

1 Rois 8:64. Cet autel de cuivre avait beau couvrir une surface de plus de 79 m2, il s’avéra trop petit pour recevoir l’énorme quantité de sacrifices qu’on fit alors, si bien qu’on sanctifia une partie de la cour à cette fin. — 1R 8:62-64. *** it-1 p. 231 Autel ***


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 341
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum