2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Message  Michèle le Lun 25 Mai 2015 - 13:44



Points importants de 2 Samuel 16 à 18


2 Samuel 16:1-4 - Mephibosheth dut supporter une nouvelle épine dans la chair. Son serviteur, Tsiba, le calomnia devant le roi David, qui fuyait Jérusalem à cause de la rébellion de son fils Absalom. Il prétendit que Mephibosheth était resté à Jérusalem dans l’espoir de s’emparer de la royauté. David crut au mensonge de Tsiba et lui donna tous les biens de Mephibosheth
Lorsque finalement il rencontra le roi David, Mephibosheth lui raconta ce qui s’était réellement passé : il se préparait à rejoindre David, mais Tsiba l’avait dupé et lui avait proposé d’y aller à sa place. David rectifia-t-il cette erreur ? En partie seulement. Il partagea les terres entre les deux hommes. Voilà qui risquait d’enfoncer une nouvelle épine dans la chair de Mephibosheth. Fut-il très déçu ? Contesta-t-il la décision de David, cria-t-il à l’injustice ? Non, il accéda humblement au souhait du roi. Il regarda le côté positif de la situation : il se réjouit de ce que le roi légitime d’Israël était revenu sain et sauf. ne cessa de servir Jéhovah. Malgré toutes les épreuves écrasantes qu’il eut, Mephibosheth vainquit Satan grâce à la force que Jéhovah lui fournit. En endurant une infirmité, la calomnie et la déception, Mephibosheth laissa un exemple remarquable

2 Samuel 16:5-9 - Pourquoi ce chien crevé appellerait-il le mal sur mon seigneur le roi ? Laisse-moi traverser, s’il te plaît, et lui enlever la tête. ” Cette requête vient d’Abishaï, chef de l’armée israélite. En entendant son seigneur, le roi David, se faire insulter avec haine par un Benjaminite du nom de Shiméï, il est devenu furieux
Comme beaucoup aujourd’hui, Abishaï avait pour devise : coup pour coup. Il voulait que Shiméï paie pour avoir insulté David.
Mais comment David lui-même a-t-il réagi ? Il a retenu Abishaï, en disant : ‘ Laisse-le tranquille. ’ Bien qu’il ne fût pas coupable des accusations portées par Shiméï, David s’est montré humble en résistant à la tentation de riposter. Il a laissé l’affaire entre les mains de Jéhovah. — 2 Samuel 16:10-13.
Après l’échec de la révolte de son fils — celle-là même qui avait provoqué sa fuite — David est revenu sur le trône. Shiméï a alors été parmi les premiers à aller à sa rencontre pour implorer son pardon. Une nouvelle fois, Abishaï a voulu le mettre à mort, mais là encore David ne l’a pas permis.
Dans ce cas de figure, David s’est révélé une digne représentation de Jésus Christ, au sujet de qui l’apôtre Pierre a écrit : “ Quand on l’insultait, il ne rendait pas l’insulte [...], mais il s’en remettait toujours à celui qui juge avec justice. ” — 1 Pierre 2:23.
Aujourd’hui, les chrétiens sont exhortés à se montrer ‘ humbles, ne rendant pas le mal pour le mal ’. (1 Pierre 3:8, 9.) Nous aussi, en suivant l’exemple laissé par David et par Jésus Christ, nous pouvons ‘ continuer à vaincre le mal par le bien

2 Samuel 16:10 - L’expression “Qu’ai-je affaire avec toi” est une ancienne forme interrogative que l’on rencontre souvent dans la Bible. On peut la traduire littéralement de la façon suivante : “Qu’y a-t-il entre nous [ou, entre moi] et toi ?” Il s’agit d’une expression de répulsion dont la sévérité dépendait évidemment du ton avec lequel elle était prononcée. Celui qui l’employait s’opposait à une chose qui lui était suggérée
Jésus l’a même utilisé. Lorsque Jésus employa cette expression, il était déjà le Christ et le Roi désigné par Dieu Il n’était plus un enfant vivant dans la maison de sa mère et sous la surveillance directe de celle-ci. Il suivait les instructions de Dieu qui l’avait envoyé (I Cor. 11:3). C’est pourquoi, lorsque sa mère se mit à lui dire ce qu’il devait faire, Jésus résista ou souleva cette objection Il est évident que Marie ne considéra pas les paroles de Jésus comme un reproche sévère, mais qu’elle comprit le ton avec lequel elles étaient prononcées. Elle laissa sagement à son fils le soin d’agir. Nous pouvons ajouter qu’“en grec la rudesse de la question était atténuée, et non accentuée, par l’emploi du mot [femme] qui l’accompagnait, terme d’affection ou de respect”

2 Samuel 16:10-37 à 17:16 - Le récit biblique fait encore mention d’Huschaï, ami et proche compagnon du roi David. Il décrit de façon captivante comment, au péril de sa vie, Huschaï a déjoué la conspiration fomentée par Absalom, l’un des fils de David.
Vos amis ressemblent-ils à Huschaï? Sinon, comment pouvez-vous vous faire de tels amis? Certes une amitié fidèle ne se gagne pas sans efforts, mais elle en vaut la peine

2 Samuel 17:1-14, 23 - Ahithophel, conseiller capable et rusé, proposa un plan très ingénieux. Il encouragea Absalom à lui donner 12 000 hommes afin d’attaquer David la nuit même, alors que, désorganisé et vulnérable, ce dernier fuyait: ce coup fatal assurerait le succès de la révolte! Toutefois, à la surprise de tous, Absalom demanda à Huschaï son avis sur la question. Celui-ci lui conseilla de prendre le temps de réunir une immense armée qu’Absalom commanderait en personne. Par la providence divine, Absalom préféra le conseil de Huschaï. Rentré chez lui, Ahithophel se suicida, jugeant sans doute que la révolte n’avait désormais aucune chance d’aboutir
Assurément, Jéhovah avait répondu à la prière de David. L’exemple de ce dernier, qui a agi conformément à sa supplication, est une belle leçon pour tous ceux qui recherchent l’aide de Dieu dans la prière

2 Samuel 17:27-29 - 15 David et ses compagnons ont poursuivi leur route jusqu’à la ville de Mahanaïm. Ils y ont rencontré trois hommes courageux : Shobi, Makir et Barzillaï. Ces derniers étaient prêts à risquer leur vie pour porter assistance au roi établi par Dieu ; en effet, si Absalom parvenait à s’emparer de la royauté, nul doute qu’il punirait sévèrement quiconque aurait soutenu David. Voyant que David et ses hommes étaient dans une situation critique, ces trois fidèles sujets ont comblé leurs besoins fondamentaux en leur fournissant, entre autres choses, des lits, du blé, de l’orge, du grain grillé, des fèves, des lentilles, du miel, du beurre et des moutons
La loyauté et l’hospitalité hors du commun de ces trois hommes ont indubitablement touché le cœur de David. Comment pourrait-il jamais oublier ce qu’ils avaient fait pour lui ?

2 Samuel 17:10 Alors même l’homme vaillant dont le cœur est comme le cœur du lion se sentira vraiment fondre de faiblesse ; car tout Israël sait que ton père est un homme fort, [comme] le sont également les hommes vaillants qui sont avec lui
La Bible utilise parfois le lion comme symbole du courage et de l’assurance. Elle dit d’hommes vaillants ou courageux qu’ils ont “ le cœur du lion ”, et des justes qu’ils sont “ comme un jeune lion qui est sûr de lui ”.
Si nous restons éveillés en ces “ derniers jours ”, nous aurons “ le cœur du lion ”, un cœur “ ferme, confiant en Jéhovah

Les gouttes de rosée sont silencieuses et nombreuses. Pour sous-entendre la discrétion ou une multitude aussi nombreuse que les gouttes de rosée, Houshaï dit à Absalom : “ Nous nous poserons sur [David] comme la rosée tombe sur le sol. ”2 S 17:12

Dans les deux cas de suicide que la Bible relate, il y eut strangulation par pendaison. Ahithophel, le conseiller de David qui le trahit, s’étrangla (“ se pendit ) (2 S 17:23). L’acte d’Ahithophel préfigurait celui d’un apôtre de Jésus qui se révéla être un traître, Judas Iscariote (Ps 41:9 ; Jn 13:18). Judas se pendit également (Mt 27:5). Apparemment, la corde, ou la branche de l’arbre à laquelle Judas se pendit, céda, “ et tombant la tête la première, il s’est ouvert bruyamment par le milieu et tous ses intestins se sont répandus ”. — Ac 1:18.

La Bible Elle contient de nombreux exemples de personnes qui ont exprimé ouvertement leur chagrin. Le roi David a pleuré la perte de son fils Amnôn, qui avait été assassiné. De fait, il ‘ pleura des pleurs très abondants ’. Il a même pleuré à la mort de son fils Absalom, qui l’avait trahi en tentant d’usurper la royauté. Le récit biblique nous dit : “ Alors le roi [David] se troubla et monta dans la chambre haute au-dessus de la porte et se mit à pleurer ; et voici ce qu’il disait tout en marchant : ‘ Mon fils Absalom, mon fils, mon fils Absalom ! Ah ! que ne suis-je mort à ta place, Absalom mon fils, mon fils ! ’ ”
(2 Samuel 18:33). David a pleuré comme tout père normal.
Combien de parents ont souhaité être morts à la place de leurs enfants ! Il semble si aberrant qu’un enfant meure avant son père ou sa mère

Que signifie le passage de 2 Samuel 18:8 qui dit : “ La forêt fit plus de victimes en dévorant le peuple que n’en fit l’épée en le dévorant. ”Le fils du roi David, le bel Absalom, usurpa le trône, obligeant ainsi son père à fuir Jérusalem. Après cela, la forêt d’Éphraïm — peut-être située à l’est du Jourdain — fut le théâtre d’une bataille entre les forces d’Absalom et les serviteurs fidèles du roi David, l’oint de Jéhovah. Selon le récit que nous en fait II Samuel 18:6, 7, les hommes de David tuèrent vingt mille rebelles dans ce terrible engagement. Le verset suivant ajoute: “De plus, la forêt fit plus de victimes en dévorant le peuple que n’en fit l’épée en le dévorant ce jour-là.”
Les soldats d’Absalom, pris de panique dans cette forêt rocailleuse, sont tombés dans des fosses, dans des ravins et se sont laissé prendre dans d’épais fourrés alors qu’ils s’enfuyaient. On peut remarquer, d’après la suite du récit, qu’Absalom lui-même a été victime de la forêt. Sa tête, en effet, se prit dans un grand arbre — à cause, semble-t-il, de son abondante chevelure —, ce qui le laissa sans ressource devant les coups mortels de Joab et de ses hommes. Le corps d’Absalom fut ‘lancé dans la forêt, dans une grande cavité, et l’on érigea sur lui un très grand monceau de pierres’.II Samuel 18:9-17.



Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 353
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Message  Ps27:4 le Mer 27 Mai 2015 - 16:05

Bonjour
Merci 20/20

Félicitations

Ps27:4
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 95
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Message  Ps27:4 le Mer 27 Mai 2015 - 20:48

re bjr a vous tous petite ajout suplémentaire bonne Lecture ...


2 Samuel 16-18
[Alors] même l’homme vaillant dont le cœur est comme le cœur du lion se sentira vraiment fondre de faiblesse ; car tout Israël sait que ton père est un homme fort, [comme] le sont également les hommes vaillants qui sont avec lui [...](2 Samuel 17:10)

g02 8/11 p. 27 Dieu passe-t-il sur nos faiblesses ? ***
18:33. David a payé très cher pour avoir cédé à une faiblesse morale.
LEÇON Cette exemples prouvent que Dieu tient les humains pour responsables de leurs actes. Ceux qui désirent le servir doivent travailler les points où leur spiritualité est vulnérable pour devenir de meilleurs chrétiens.
*** g95 8/9 p. 21 Suffit-il de prier? ***
Ahithophel, conseiller capable et rusé, proposa un plan très ingénieux. Il encouragea Absalom à lui donner 12 000 hommes afin d’attaquer David la nuit même, alors que, désorganisé et vulnérable, ce dernier fuyait: ce coup fatal assurerait le succès de la révolte! Toutefois, à la surprise de tous, Absalom demanda à Huschaï son avis sur la question. Celui-ci lui conseilla de prendre le temps de réunir une immense armée qu’Absalom commanderait en personne. Par la providence divine, Absalom préféra le conseil de Huschaï. Rentré chez lui, Ahithophel se suicida, jugeant sans doute que la révolte n’avait désormais aucune chance d’aboutir. — 2 Samuel 17:1-14, 23.
LEÇON .Assurément, Jéhovah avait répondu à la prière de David. L’exemple de ce dernier, qui a agi conformément à sa supplication, est une belle leçon pour tous ceux qui recherchent l’aide de Dieu dans la prière. Ayons confiance dans la puissance de Jéhovah et faisons notre part, grande ou petite. Nous contribuerons ainsi à la réalisation de nos prières.

*** g79 8/1 p. 3-4 Ne vous laissez pas gagner par la colère ***
David, roi d’Israël, s’enfuyait avec ses partisans de devant son fils qui venait d’usurper le trône et en voulait à sa vie. Soudain, ils se trouvèrent face à face avec Schiméï, un homme de la famille du défunt roi Saül, qui se mit à crier: II Sam. 16:7, 8.
Comment David allait-il réagir à ces paroles agressives? “Laisse-moi traverser, s’il te plaît, et lui enlever la tête”, lui dit son commandant militaire.
Et vous, qu’auriez-vous fait? N’oubliez pas que le roi David se trouvait acculé dans ses derniers retranchements. On venait de lui “voler le cœur” de ses sujets. Son fils l’avait trahi. Ses conseillers l’avaient abandonné. Il avait perdu son royaume, et voilà qu’à présent cet homme le narguait et l’injuriait! Être traité “d’homme ne valant rien” (ou “homme de Bélial” selon la version Crampon-Tricot, appellation qui pouvait s’appliquer au Diable lui-même) constituait la pire des injures, car elle s’appliquait aux hommes les plus vils. Et pourtant David se contenta de répondre simplement:
II Sam. 16:10-12.
LEÇON Ainsi David ne voulut pas répliquer sur le même ton, mais réagit avec douceur. Qu’en résulta-t-il? Tout d’abord, il n’y eut pas d’effusion de sang. Enfin, lorsque David retrouva son trône, qui fut parmi les premiers à lui souhaiter la bienvenue, à s’excuser et à implorer son pardon? Ce fut justement ce même Schiméï. — II Sam. 19:16-23.

w07 15/11 p. 5 Une vie riche de sens est possible ! ***
Je n’ai pas de fils pour conserver le souvenir de mon nom. ’ Il appela donc la colonne de son nom. ” (2 Samuel 18:18). Aucun vestige de cette colonne n’a été retrouvé



w08 15/9 p. 6 § 15-16 Jéhovah, ‘ Celui qui a fait échapper ’ aux temps bibliques ***
trois hommes courageux : Shobi, Makir et Barzillaï. Ces derniers étaient prêts à risquer leur vie pour porter assistance au roi établi par Dieu
Voyant que David et ses hommes étaient dans une situation critique, ces trois fidèles sujets ont comblé leurs besoins fondamentaux en leur fournissant, entre autres choses, des lits, du blé, de l’orge, du grain grillé, des fèves, des lentilles, du miel, du beurre et des moutons. (Lire 2 Samuel 17:27-29.) La loyauté et l’hospitalité hors du commun de ces trois hommes ont indubitablement touché le cœur de David. Comment pourrait-il jamais oublier ce qu’ils avaient fait pour lui ?
LEÇON Le roi avait la conviction que Jéhovah prend soin de ses adorateurs. Quand l’un d’eux est dans le besoin, Dieu peut assurément éveiller chez certains de ses compagnons le désir de lui porter secours.
N’est-il pas réconfortant de savoir que Jéhovah sera toujours assez puissant pour nous venir en aide ? — Prov. 10:3.
w05 15/5 p. 18 § 7 Points marquants du deuxième livre de Samuel ***
16:15, 21, 23. Lorsqu’il s’avéra qu’Absalom monterait sur le trône, l’orgueil et l’ambition amenèrent Ahithophel, pourtant un conseiller brillant, à trahir David. Quand elle n’est pas alliée à l’humilité et à la fidélité, l’intelligence peut devenir un piège.
w99 15/2 p. 20 La voie de l’amour ne disparaît jamais ***
Évidemment, Absalom se moquait du sort des affligés ; seule l’intéressait sa personne. En se comportant en roi autoproclamé, il a gagné le cœur de beaucoup. Mais il a subi finalement une défaite cuisante et, à sa mort, on ne l’a même pas jugé digne d’avoir un enterrement décent. — 2 Samuel 18:6-17.
LEÇON C’est là un avertissement pour les chrétiens de notre époque. Que nous soyons un homme ou une femme, peut-être sommes-nous dotés naturellement d’un fort pouvoir de persuasion, grâce auquel nous pourrions facilement arriver à nos fins en dominant une conversation ou en faisant abdiquer ceux qui ne partagent pas notre opinion.
Cependant, si nous aimons réellement, nous ‘ aurons l’œil ’ sur les intérêts des autres (Philippiens 2:2-4). Nous ne profiterons pas d’eux ni n’essaierons d’imposer des idées discutables en faisant valoir notre expérience ou notre position dans l’organisation de Dieu, comme si notre point de vue était le seul valable. Nous nous souviendrons plutôt de ce proverbe biblique : “ Avant l’écroulement, il y a l’orgueil, et avant le faux pas, l’esprit hautain. ” — Proverbes 16:18.L’amour favorise des relations paisibles
De même qu’on s’exprime de mieux en mieux dans une nouvelle langue, avec le temps nous constaterons qu’il nous devient plus facile d’exprimer notre amour

intérésant….Que signifie 2 Samuel 18:8, qui dit: “La forêt fit plus de victimes en dévorant le peuple que n’en fit l’épée en le dévorant ce jour-là.” voir w87 15/3 p. 31
Qui est venu apporter des nouvelles à David et a été reconnu à sa manière de courir
(2 Samuel 18:27) ?
Quel incident entraîna la mort d’Absalom (2 Samuel 18:9) ?
(2 Sam. 16:1-4) Comment les Écritures nous permettent-elles de conclure que les accusations de Tsiba contre Mephibosheth étaient fausses ? [w02 15/2 p. 14-15 § 11, note.]
Mettez “ vrai ” ou “ faux ” après la phrases suivante :
1. (2 Sam. 16:5-13). David a retenu Abishaï de tuer Shiméï parce qu’il était coupable des accusations que Shiméï portait contre lui voir w99 1/5 p. 32 § 3.]

Ps27:4
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 95
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Message  GwadaNel le Mer 3 Juin 2015 - 18:09

Very Happy pour ces recherches... je les avais presque toutes

je pourrais rajouter celle-ci

16:15, 21, 23. Lorsqu’il s’avéra qu’Absalom monterait sur le trône, l’orgueil et l’ambition amenèrent Ahithophel, pourtant un conseiller brillant, à trahir David.
Quand elle n’est pas alliée à l’humilité et à la fidélité, l’intelligence peut devenir un piège.

bises et bonne réunion et bons commentaires
avatar
GwadaNel
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 78
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : Aubervilliers

Revenir en haut Aller en bas

Re: 2 SAMUEL 16-18 - SEMAINE DU 1er JUIN 2015

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum