PBI 1 Samuel 1 – 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PBI 1 Samuel 1 – 4

Message  Ps27:4 le Jeu 5 Mar 2015 - 19:37

Bjr bonne lecture a vs tous...... Smile Smile




1 Samuel 1 – 4




Et elle avait l’âme amère ; elle se mit à prier Jéhovah et à pleurer abondamment [...]
Hanna devint enceinte et mit au monde un fils ; elle l’appela alors du nom de Samuel, car, dit-elle,
“ c’est à Jéhovah que je l’ai demandé ”.1 Samuel 1:10        
*** g 2/12 p. 30-31 Le coin des familles ………………………….Cherche l’erreur !
Lis 1 Samuel 1:24-28 et 2:11. Maintenant, regarde l’image. Que manque-t-il ? Écris tes réponses ci-dessous. Relie les points pour compléter l’image, puis colorie-la.
 1. ....                              . 2. .....                                  3. .....
SUJET DE DISCUSSION :
À quoi les parents de Samuel voulaient-ils qu’il emploie sa vie ? Comment Jéhovah a-t-il béni Samuel ?
INDICE : Lisez 1 Samuel 3:19-21.
Quels objectifs pouvez-vous vous fixer pour honorer Jéhovah ?
INDICE : Lisez Ecclésiaste 12:13 et 1 Timothée 4:6-8, 12, 13.
ACTIVITÉ EN FAMILLE :
Un membre de la famille mime le rôle d’un personnage de la portion biblique lue. Les autres essaient de deviner de qui il s’agit.
Mes fiches bibliques
Découper, plier en deux et conserver
FICHE BIBLIQUE 14  SAMUEL
QUESTIONS
A. Ses parents s’appelaient ..... et ......
B. Pour rédiger quels livres de la Bible Jéhovah s’est-il servi de lui ?
C. Complète cette déclaration biblique : “ Et le garçon Samuel... ”
EN BREF
Ses parents l’ont “ prêté à Jéhovah ” et encouragé à faire du service pour Dieu sa carrière dès son jeune âge (1 Samuel 1:24, 28). Bien qu’ayant vu des prêtres corrompus profiter de leur prochain, Samuel est resté fidèle, honnête et courageux. — 1 Samuel 2:22-26 ; 3:18, 19 ; 12:2-5, 17, 18.
 
*** w05 15/3 p. 21-p. 22 Points marquants du premier livre de Samuel ***
Questions bibliques :
2:10 — Pourquoi Hanna a-t-elle prié Jéhovah de “ donner de la vigueur à son roi ” alors qu’aucun roi humain ne régnait encore sur Israël ? La Loi mosaïque annonçait que les Israélites auraient un roi humain (Deutéronome 17:14-18). Dans la prophétie qu’il avait énoncée sur son lit de mort, Jacob avait dit : “ Le sceptre [symbole d’autorité royale] ne s’écartera pas de Juda. ” (Genèse 49:10). En outre, au sujet de Sara — ancêtre des Israélites — Jéhovah avait déclaré : “ Des rois de peuples viendront d’elle. ” (Genèse 17:16). Par conséquent, Hanna priait au sujet d’un roi à venir.
3:3 — Samuel dormait-il dans le Très-Saint ? Non. Samuel était un Lévite de la famille non sacerdotale des Qehathites (1 Chroniques 6:33-38). De ce fait, il n’était pas autorisé à ‘ entrer pour voir les choses saintes ’. (Nombres 4:17-20.) La seule partie du sanctuaire à laquelle Samuel avait accès, c’était la cour du tabernacle. C’est là qu’il devait dormir. Apparemment, Éli dormait lui aussi quelque part dans la cour. L’expression “ où se trouvait l’arche de Dieu ” fait donc manifestement référence à l’ensemble du tabernacle.
Quelques leçons :
1:11, 12, 21-23 ; 2:19. Femme de prière humble, reconnaissante pour la bonté dont Jéhovah avait fait preuve à son égard, éprouvant constamment de l’affection maternelle, Hanna est un exemple pour toutes les femmes qui craignent Dieu.
1:8. Quel bel exemple Elqana a laissé pour ce qui est de fortifier autrui par ses paroles (Job 16:5) ! À sa femme déprimée, il a d’abord demandé, sans la culpabiliser : “ Pourquoi ton cœur a-t-il mal ? ” Cette question a encouragé Hanna à exprimer ses sentiments. Elqana lui a alors renouvelé son affection en disant : “ Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? ”
2:26 ; 3:5-8, 15, 19. En restant attachés à l’œuvre que Dieu nous a confiée, en tirant profit de la formation spirituelle qu’il nous donne, et en étant polis et respectueux, nous devenons ‘ plus attachants ’, tant pour Dieu que pour les hommes.
 
 
 
 Quelques leçons :
2:26, 27, 35. Ce que Jéhovah prédit se réalise toujours. La destitution d’Abiathar, descendant d’Éli, a accompli “ la parole de Jéhovah, celle qu’il avait prononcée contre la maison d’Éli ”. Son remplacement par Tsadoq, descendant de Phinéas, a accompli Nombres 25:10-13. — Exode 6:25 ; 1 Samuel 2:31 ; 3:12 ; 1 Chroniques 24:3.
2:37, 41-46. Qu’il est dangereux de penser qu’on peut sortir en toute impunité des limites fixées ! Ceux qui s’écartent délibérément de ‘ la route resserrée qui mène à la vie ’ en subiront les conséquences. — Matthieu 7:14.
3:9, 12-14. Jéhovah exauce les prières sincères par lesquelles ses serviteurs lui demandent de la sagesse, de l’intelligence et sa direction pour accomplir son service. — Jacques 1:5.
 
4:3, 4, 10. Même un objet aussi saint que l’arche de l’alliance ne s’est pas révélé être un porte-bonheur, un gage de protection. Nous devons ‘ nous garder des idoles ’. — 1 Jean 5:21.
 
 
 my Questions pour l’étude du Recueil d’histoires bibliques ***55e histoire       Un petit garçon sert Dieu
Questions supplémentaires :
 1. Lisez 1 Samuel 1:1-28.
a) Pour ce qui est de montrer l’exemple en s’investissant dans le vrai culte, en quoi Elqana (Elcanah) constitue-t-il un excellent modèle pour les chefs de famille (1 Sam. 1:3, 21 ; Mat. 6:33 ; Phil. 1:10) ?
b) Quelle leçon pouvons-nous tirer de la façon exemplaire avec laquelle Hanna régla une situation qui lui causait beaucoup de soucis (1 Sam. 1:10, 11 ; Ps. 55:22 ; Rom. 12:12) ?
 2. Lisez 1 Samuel 2:11-36.
En quel sens Éli honorait-il ses fils plus que Jéhovah, et quel avertissement cela constitue-t-il pour nous (1 Sam. 2:22-24, 27, 29 ; Deut. 21:18-21 ; Mat. 10:36, 37) ?
 3. Lisez 1 Samuel 4:16-18.
Quels sont les quatre messages de malheurs en provenance des lignes de bataille, et quel effet ont-ils sur Éli ?
*** w02 15/2 p. 16 §16 Ils ont supporté des épines dans la chair ***
1 Samuel 1:4-7.La Bible renferme l exemples de hanna  qui a supporté une situations pénibles comme une épines. Les soucis familiaux furent souvent à l’origine de ces épines. Pensons  à Hanna et à Peninna, sa rivale, qui “ lui causa [...] un violent dépit ” parce qu’elle était stérile. Peut-être Hanna était-elle régulièrement tourmentée par Peninna à ce sujet dans l’intimité de leur foyer. Cette dernière lui causait également du dépit en public, devant des parents et des amis, lorsque toute la famille assistait à la fête à Shilo. En quelque sorte, elle enfonçait une épine dans la chair de Hanna.
Hanna  durent supporter   une  épines symboliques.  Elle  ne cessa de servir Jéhovah. Malgré toutes les épreuves écrasante, elle a  montrer comment endurer  cette  épine dans la chair grace a JAH
 
 w03 1/8 p. 10 §6 Jéhovah, le Dieu de vérité ***
(1 Samuel 2:3 Jéhovah est “ un Dieu de connaissance ” ; il est “ parfait en connaissance ”.; Job 36:4 ; 37:16.) Nous savons vraiment  peu de choses à côté de lui. Malgré la somme de connaissances accumulées par les humains, notre compréhension de la création n’atteint même pas ‘ les bords des voies de Dieu ’. C’est comme si on comparait “ un murmure ” avec le “ puissant tonnerre ”. — Job 26:14.
 
 w02 15/12 p. 8-9 §6 “ Approchez-vous de Dieu ” ***
. (1 Samuel 3:6, 7 Cela voulait-il dire qu’il connaissait très peu de choses sur son Dieu ? Pas du tout. Ses parents et les prêtres lui en avaient certainement appris beaucoup. Cependant, le terme hébreu utilisé dans ce verset peut, selon un bibliste, être “ employé à propos de la connaissance la plus intime ”.
 Samuel n’avait pas encore appris à connaître Jéhovah intimement, comme il le connaîtrait par la suite, au temps où il serait son porte-parole. En grandissant, il a vraiment appris à connaître Jéhovah ; il a noué des relations étroites et personnelles avec lui. — 1 Samuel 3:19, 20.
LEÇON….., il n’est pas d’honneur plus grand, pas d’objectif plus élevé, que de ‘ s’approcher de Dieu ’, comme le conseille Jacques (Jacques 4:8). Faisons-le en étendant notre connaissance de Dieu, en cherchant à lui montrer notre amour encore et encore, et en devenant intimes avec lui dans nos prières
*** w83 1/9 p. 14 §10 Continuez d’honorer le mariage ***
(I Samuel 1:8). Elcana quant à lui, fut touché par les sentiments de sa femme. Ayant noté qu’elle était abattue, il s’efforça de ‘puiser’ dans son cœur en lui posant gentiment quelques questions afin de connaître ses désirs; il lui dit: “Hannah, pourquoi pleures-tu et pourquoi ne manges-tu pas? Et pourquoi ton cœur est-il triste?”
LEÇON… Et vous? Réagissez-vous promptement pour connaître les sentiments de votre conjoint? Faites-vous en sorte qu’il se sente libre de vous en faire part sans qu’il se croie fautif?
 Parfois, votre conjoint a plus besoin d’une oreille compatissante que de conseils. — Proverbes 20:5; 21:13.
 
 
 
 
 g 7/07 p. 12 Pourquoi suis-je toujours laissé de côté ? ***
Il est préférable d’avoir quelques vrais amis qui se soucient de vous, plutôt que de nombreux soi-disant amis susceptibles de vous attirer des ennuis (1 Corinthiens 15:33). Considérez le jeune Samuel de la Bible. Il a pu se sentir seul au tabernacle. Ses compagnons de travail étaient Hophni et Phinéas. Ils avaient beau être les fils du grand prêtre, leurs mauvaises actions faisaient d’eux des fréquentations peu recommandables. Essayer de se modeler sur eux aurait été pour Samuel un suicide spirituel ! Mais ce n’est absolument pas ce qu’il voulait. “ Pendant ce temps, relate la Bible, le garçon Samuel grandissait et devenait de plus en plus attachant, tant du point de vue de Jéhovah que de celui des hommes. ” (1 Samuel 2:26).
LEÇON
 Quels hommes ? Sûrement pas Hophni et Phinéas, qui peut-être même l’évitaient en raison de sa bonne conduite. Les belles qualités de Samuel l’ont rendu cher aux défenseurs des normes de Dieu. Des personnes qui aiment Jéhovah : voilà le genre d’amis qu’il vous faut !
 
parents veillent à combler les besoins de leurs enfants, notamment leur besoin d’éducation spirituelle et d’amitié étroite avec eux. Ils les aident à devenir des adultes capables, respectueux et honnêtes, qui traitent leur prochain avec bonté et qui rendent gloire à leur Créateur (1 Samuel 2:26). À n’en pas douter, les parents qui éduquent et disciplinent leurs enfants selon les voies de Dieu sont des parents consciencieux et responsables
* g03 22/9 p. 10 La communication la plus vitale qui soit ***
Quel honneur de prier le Tout-Puissant ! Jéhovah Dieu, lui, est le personnage le plus important de l’univers ! Et nul besoin de rendez-vous pour lui parler. Nous pouvons le prier n’importe quand, n’importe où. Nous pouvons même nous adresser à lui en silence, dans notre cœur (1 Samuel 1:12-15). Jéhovah exige cependant que nous soyons sincères et que nous l’écoutions avec soumission
1 Samuel 1:12-15). Existe-t-il un problème trop pesant pour jah? Non : ni hier, ni aujourd’hui, ni demain !
Quand nous nous sentons chargés, submergés ou accablés de tristesse, nous faisons bien de suivre l’exemple de Hanna en parlant librement à celui ‘ qui entend la prière ’. (Psaume 65:2.) Si nous le faisons avec foi, nous constaterons nous aussi que notre tristesse fait place à “ la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée 
 
1 Samuel 1:12 -15).  S’il arrive que l’on se méprenne sur notre compte, il nous sera généralement très bénéfique d’avoir une attitude humble et une réaction respectueuse.
1 Sam. 1:10, 11 Les prières d’hommes et de femmes de foi consignées dans la Bible sont très instructives (
 
 
 Cet   épisode de la vie de Hanna, dont le récit a été inspiré par Dieu, montre que les imperfections, voire la malveillance, des autres peuvent nous blesser. Toutefois, nous ne devons pas permettre à ce genre d’épreuves de nous priver de notre joie de servir Dieu. Jéhovah est, par excellence, Celui qui entend la prière, qui répond aux appels à l’aide de ses fidèles et qui les délivre de l’affliction. Il leur accorde une paix profonde et de nombreuses autres bénédictions
g02 22/9 p. 21 Pourquoi suis-je mal aimé ? ***
Confiez-vous à un adulte digne de confiance. Sympathisez avec des personnes spirituellement mûres. Exprimez-leur vos sentiments et vos inquiétudes. Dans la congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah, vous pouvez trouver des pères et des mères au sens spirituel (Marc 10:29, 30). Sans doute, cependant, devrez-vous faire le premier pas pour vous épancher auprès d’eux. Les autres ne sauront pas ce que vous ressentez si vous ne le leur dites pas. En déchargeant votre cœur, vous serez soulagé et réellement réconforté. — 1 Samuel 1:12-18.
 
g98 8/3 p. 21 La Bible est-elle contre l’instruction ? ***
“ IL N’Y A QUE LES IGNORANTS QUI MÉPRISENT L’INSTRUCTION. ” — Publilius Syrus, Sentences, Ier siècle av. n. è.
LA Bible nous exhorte à ‘ préserver la sagesse pratique et la capacité de réflexion ’. (Proverbes 3:21.) Jéhovah, le Dieu de la connaissance, veut que ses adorateurs soient des gens instruits (1 Samuel 2:3 ;
Il est clair que la Bible encourage une conception équilibrée de l’instruction. Les parents chrétiens sont conscients de la valeur supérieure d’une instruction spirituelle fondée sur la Parole inspirée de Dieu et donnent à leurs enfants des conseils raisonnables concernant des études plus poussées (2 Timothée 3:16). Ayant une vision réaliste de la vie, ils reconnaissent l’utilité de l’instruction profane dans l’acquisition de compétences nécessaires pour que leurs enfants à l’âge adulte subviennent à leurs propres besoins et à ceux d’une éventuelle famille. Par conséquent, quand il décide s’il doit recevoir une instruction supplémentaire, et si oui, dans quelle mesure, chaque chrétien peut prendre une décision personnelle équilibrée fondée sur l’attachement à Jéhovah Dieu, lequel attachement “ est utile à toutes choses puisqu’il a la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir ”. — 1 Timothée 4:8.
 
. Quand Yiphtah a formulé son vœu, avait-il l’intention d’offrir sa fille en holocauste à Dieu ?
Non. Yiphtah voulait dire qu’il vouerait au service exclusif de Dieu celui ou celle qui viendrait à sa rencontre, ce que la Loi mosaïque prévoyait (1 Samuel 2:22). Pour respecter ce vœu, la fille de Yiphtah a continué de servir au tabernacle. Le sacrifice était énorme ; il signifiait qu’elle ne se marierait jamais. — 15/5, pages 9-10.
 
 
 g97 22/1 p. 9 La souplesse dans le respect des normes divines ***
— 1 Samuel 2:12-17, 22-25 ; 3:11-14 ; 4:17.
Si nous sommes trop tolérants avec notre famille en fermant les yeux sur les mauvaises actions répétées de nos enfants, nous courons à la catastrophe. Il est bien plus sage de les élever “ dans la discipline et les avertissements de Jéhovah ” ! Cela signifie que les parents doivent eux-mêmes respecter les normes divines de conduite et les inculquer à leurs enfants. — Éphésiens 6:4.
De même, la congrégation chrétienne ne peut tolérer la méchanceté. Si l’un de ses membres s’adonne à un péché grave et qu’il refuse de se repentir, il doit être ôté de la congrégation (1 Corinthiens 5:9-13). Toutefois, en dehors du cadre de leur famille ou de la congrégation, les chrétiens n’ont pas vocation à réformer les humains en général
 
*** g86 8/12 p. 18 Que penser des activités extrascolaires? ***
— I Samuel 2:12-18, 21, 26.
Comme Samuel, vous pouvez faire un bon usage de votre temps. Pourquoi ne pas l’utiliser à aider les autres dans le domaine spirituel? Par exemple, certains jeunes Témoins de Jéhovah au Japon commencent à faire du ministère chrétien leur carrière alors qu’ils vont encore à l’école. Ils rachètent le temps avant et après les cours pour aider les autres à connaître le Créateur (Colossiens 4:5). Vous ne voudriez certainement pas vous priver de la joie et des bénédictions que procurent des activités extrascolaires de ce genre.
 
*** w12 15/4 p. 31 §16-17 Jéhovah nous préserve pour le salut ***
Que faire à présent si, à cause d’une situation dans la congrégation, vous appréhendez d’assister aux réunions ? Peut-être avez-vous eu un différend avec un frère ou une sœur, ou bien vous sentez-vous mal à l’aise parce que vous avez dû renoncer à des responsabilités. Souvenez-vous alors de l’exemple de Hanna. (Lire 1 Samuel 1:4-8.) Elle était profondément affligée par l’attitude de Peninna, l’autre femme de son mari. La situation devenait particulièrement douloureuse lorsque, chaque année, toute la famille montait à Shilo pour offrir des sacrifices à Jéhovah. Hanna était si déprimée qu’elle “ pleurait et ne mangeait pas ”. Malgré tout, elle ne laissait pas cette situation l’empêcher d’aller adorer Jéhovah, qui a remarqué sa fidélité et l’a bénie. — 1 Sam. 1:11, 20.
 De nos jours, nous avons de solides raisons d’imiter l’exemple de Hanna. Il nous faut être assidus aux réunions. Comme nous avons tous pu le vérifier, nous y recevons les encouragements qui nous sont indispensables
 
 g90 8/4 p. 15 Suis-je prêt pour le baptême? ***
, le prophète Samuel figure parmi ceux qui ont commencé très jeunes à servir Jéhovah (1 Samuel 3:1-18;
 
*** km 10/92 p. 7 Réponses à vos questions ***
Dans quelle mesure les jeunes enfants de parents chrétiens peuvent-ils participer à la prédication avant d’être reconnus comme des proclamateurs non baptisés?
1 Sam. 2:18, 26; Les parents chrétiens désirent que leurs enfants deviennent des serviteurs de Jéhovah mûrs et zélés
 
w10 15/10 p. 19 §16 ‘ Êtes-vous toujours le premier ’ à honorer les autres ? ***
“ Ceux qui m’honorent, je les honorerai ”, promet-il (1 Sam. 2:30 ; Ps. 113:5-7). Jéhovah honore tous ceux qui le servent et l’honorent. Il ne méprise pas “ le petit ”. (Lire 1 Samuel 2:8 ; 2 Chron. 16:9.) Nous souhaitons l’imiter. Pour savoir où nous en sommes dans ce domaine, posons-nous cette question : ‘ Comment est-ce que je traite ceux qui n’exercent pas de responsabilités particulières dans la congrégation ? ’ (Jean 13:14, 15). Notre réponse révélera dans quelle mesure nous respectons vraiment nos compagnons.
 w81 1/2 p. 28 Les chérubins dans le culte d’Israël — pourquoi n’était-ce pas de l’idolâtrie? ***
Sculpter des chérubins et d’autres gravures dans le temple ne constituait-il pas un acte d’idolâtrie?
Toutes les images sculptées ne sont pas des idoles
Cependant, la loi de Dieu sur les images sculptées n’interdisait pas toute fabrication de représentations ou de statues.
Ces chérubins étaient un signe de la présence royale de Jéhovah, qui avait dit: “C’est là que je me présenterai à toi et que je parlerai avec toi d’au-dessus du couvercle, d’entre les deux chérubins qui sont sur l’arche du témoignage.” (Ex. 25:22). Aussi pouvait-on dire au sens figuré que Jéhovah était “assis sur [ou “entre”] les chérubins”. (I Sam. 4:4; II Rois 19:15.) Jéhovah faisait ainsi bien comprendre au grand prêtre en fonction, le seul homme à pouvoir pénétrer dans le Très-Saint une fois par an, que c’était lui, Dieu, le chef d’Israël. —
faire ces représentations de chérubins ne venait pas des hommes. C’est Jéhovah lui-même qui avait ordonné qu’on les mette dans le temple, afin de rappeler sa présence à la prêtrise…… Loin d’encourager l’idolâtrie, ces chérubins rappelaient sans cesse aux prêtres de la nation les relations qui les unissaient au Très Haut, au Roi régnant d’Israël, à Celui qui réclamait un attachement exclusif. — Deut. 6:13-15

Ps27:4
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 95
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: PBI 1 Samuel 1 – 4

Message  Michèle le Jeu 5 Mar 2015 - 20:36

Points importants de 1 Samuel 1 à 4
-Considérons le bel exemple laissé par la famille de Samuel, qui participait avec régularité aux rassemblements prévus avec d’autres adorateurs Seuls les hommes étaient tenus de s’y rendre chaque année pour les fêtes. Mais Elqana, le père de Samuel, emmenait toute sa famille quand il “ montait de sa ville, d’année en année, pour se prosterner et pour sacrifier à Jéhovah des armées, à Shilo ”. (1 Samuel 1:3-5.) Le déplacement à Shilo pouvait donc signifier un voyage d’une trentaine de kilomètres, un trajet fatigant à l’époque. C’est pourtant ce que faisait fidèlement la famille d’Elqana “ d’année en année, chaque fois qu’elle montait à la maison de Jéhovah ”
A notre époque, nous pouvons penser à des familles qui se rendent à des lieux d’assemblées où il n’y a pas d’autoroute, qui s’y rendent à pied traversant des collines, des rivières et autres, s’obligeant à changer de vêtements
-Que faire à présent si, à cause d’une situation dans la congrégation, vous appréhendez d’assister aux réunions ? Peut-être avez-vous eu un différend avec un frère ou une sœur, ou bien vous sentez-vous mal à l’aise parce que vous avez dû renoncer à des responsabilités. Souvenez-vous alors de l’exemple de Hanna. (Lire 1 Samuel 1:4-8.) Elle était profondément affligée par l’attitude de Peninna, l’autre femme de son mari. La situation devenait particulièrement douloureuse lorsque, chaque année, toute la famille montait à Shilo pour offrir des sacrifices à Jéhovah. Hanna était si déprimée qu’elle “ pleurait et ne mangeait pas ”. Malgré tout, elle ne laissait pas cette situation l’empêcher d’aller adorer Jéhovah, qui a remarqué sa fidélité et l’a bénie
-Comment Hanna se sent-elle après avoir ouvert son cœur à Jéhovah et l’avoir adoré au tabernacle ? Le récit déclare : “ La femme s’en alla par son chemin ; elle mangea et son visage ne parut plus soucieux. ” (1 Samuel 1:18) Son visage n’’était plus triste, Hanna est soulagée. Elle a en quelque sorte déchargé son fardeau sur des épaules infiniment plus larges et plus solides que les siennes : celles de son Père céleste
Aujourd’hui, quand nous nous sentons chargés, submergés ou accablés de tristesse, nous faisons bien de suivre l’exemple de Hanna en parlant librement à celui ‘ qui entend la prière ’. (Psaume 65:2.) Si nous le faisons avec foi, nous constaterons nous aussi que notre tristesse fait place à “ la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée
-Hanna a prononcé une prière que Dieu a jugée digne de figurer dans sa Parole inspirée. En lisant cette prière en 1 Samuel 2:1-10, nous pouvons percevoir dans chaque phrase la profondeur de sa foi. Hanna loue Jéhovah pour l’usage prodigieux qu’il fait de sa puissance pour sa capacité sans pareille d’humilier les orgueilleux, de bénir les opprimés, et de mettre fin à la vie ou même de sauver de la mort. Elle loue son Père pour sa sainteté incomparable, sa justice et sa fidélité. Elle s’exclame avec juste raison : “ Il n’y a pas de rocher comme notre Dieu. ”
Ce qu’on peut en retirer c’est que Jéhovah est entièrement digne de confiance, constant et un refuge pour tous les opprimés qui se tournent vers lui afin d’obtenir de l’aide
-La prière de Hanna est précise. Elle demande un fils, et elle fait le vœu que cet enfant sera toute sa vie un naziréen de Dieu (Nombres 6:1-5). Ce vœu nécessite l’approbation de son mari, et certaines actions ultérieures d’Elqana montrent qu’il approuve l’engagement pris par sa chère femme Elle a dû lui parler de sa requête et de son engagement, car la Loi mosaïque stipule qu’un mari a le droit d’annuler un vœu fait par sa femme sans son consentement (Nombres 30:10-15). Mais cet homme fidèle n’agit pas ainsi
Que nous enseigne tout cela ? Lorsque nous prions Jéhovah à propos de nos inquiétudes, nous pouvons lui exprimer ce que nous ressentons et lui adresser des requêtes sincères. Si nous avons fait tout notre possible pour résoudre le problème, alors nous devrions laisser les choses entre ses mains. C’est ce qu’il y a de mieux à faire
-Hannah eut la joie de voir cette bénédiction se réaliser, car elle devint mère de trois autres fils et de deux filles. — I Sam. 2:21.
De même qu’Hannah a trouvé du réconfort dans la prière, nous aussi, nous pouvons trouver de l’encouragement en confiant nos soucis à Jéhovah
Deux prières remarquables :
Les deux prières de Hanna, consignées en 1 Samuel 1:11 et 2:1-10, présentent des particularités exceptionnelles.
▪ Hanna adresse sa première prière à “ Jéhovah des armées ”. Elle est la première personne dans la Bible à employer ce titre. Il y figure au total 285 fois, et évoque le commandement de Dieu sur une armée nombreuse de fils angéliques.
▪ Notez que Hanna a prononcé sa seconde prière non à la naissance de son fils, mais lorsqu’Elqana et elle l’ont présenté pour le service de Dieu à Shilo. La grande joie de Hanna ne résidait donc pas dans le fait de réduire sa rivale, Peninna, au silence, mais dans celui d’être bénie par Jéhovah.
▪ Lorsque Hanna dit : “ Oui ma corne s’élève en Jéhovah ”, elle pensait peut-être au bœuf, une puissante bête de somme qui se sert de ses cornes avec force. Hanna disait en réalité : ‘ Jéhovah, tu me rends forte. ’ — 1 Samuel 2:1.
1:1-2 Hanna est l’une des deux femmes d’Elqana, un Lévite de la région d’Éphraïm (1 Samuel 1:1, 2a ; 1 Chroniques 6:33, 34). Bien que n’entrant pas dans le dessein originel de Dieu pour l’humanité, la polygamie est autorisée et réglementée sous la Loi mosaïque. Elle est néanmoins une source fréquente de discorde. La vie de cette famille, qui pourtant adore Jéhovah, en témoigne. Hanna est stérile, tandis que Peninna, l’autre femme d’Elqana, a plusieurs enfants. Peninna se comporte en rivale. — 1 Samuel 1:2b. Pour une Israélite, la stérilité est un déshonneur, et même un signe de la défaveur divine. Mais, dans le cas de Hanna, rien n’indique que son incapacité de procréer soit liée à la désapprobation de Dieu. Peninna ne la console pas pour autant ; elle se prévaut au contraire de son statut de mère pour l’humilier. (w07 15/3 p. 15)
1:8. Quel bel exemple Elqana a laissé pour ce qui est de fortifier autrui par ses paroles (Job 16:5) ! À sa femme déprimée, il a d’abord demandé, sans la culpabiliser : “ Pourquoi ton coeur a-t-il mal ? ” Cette question a encouragé Hanna à exprimer ses sentiments. Elqana lui a alors renouvelé son affection en disant : “ Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? ” (w05 15/3 p. 22) En posant gentiment ces questions, sans l’accuser, Elcanah donna à Hannah la possibilité d’exprimer ses sentiments. […] Ceux qui désirent aider une personne déprimée doivent agir comme Elcanah, qui s’est montré précis et a fait comprendre à sa femme qu’elle était en droit d’avoir une meilleure opinion d’elle-même. (w90 15/3 p. 27)
1:11, 12, 21-23 ; 2:19. Femme de prière humble, reconnaissante pour la bonté dont Jéhovah avait fait preuve à son égard, éprouvant constamment de l’affection maternelle, Hanna est un exemple pour toutes les femmes qui craignent Dieu. (w05 15/3 p. 22)
2 :1 Lorsque Hanna dit : « Oui ma corne s’élève en Jéhovah », elle pense peut-être au boeuf, cette puissante bête de somme qui se sert de ses cornes avec force. C’est comme si elle disait : « Jéhovah, tu me rends forte » (ia chap. 6 p. 57)
2:10 — Pourquoi Hanna a-t-elle prié Jéhovah de “ donner de la vigueur à son roi ” alors qu’aucun roi humain ne régnait encore sur Israël ? La Loi mosaïque annonçait que les Israélites auraient un roi humain (Deutéronome 17:14-18). Dans la prophétie qu’il avait énoncée sur son lit de mort, Jacob avait dit : “ Le sceptre [symbole d’autorité royale] ne s’écartera pas de Juda. ” (Genèse 49:10). En outre, au sujet de Sara — ancêtre des Israélites — Jéhovah avait déclaré : “ Des rois de peuples viendront d’elle. ” (Genèse 17:16). Par conséquent, Hanna priait au sujet d’un roi à venir. (w05 15/3 p. 22)
Les deux prières de Hanna, rapportées en 1 Samuel 1:11 et 2:1-10, sont dignes d’intérêt sous bien des rapports : Hanna adresse la première à « Jéhovah des armées ». Elle est la première personne dans la Bible à employer ce titre. Il y figure au total 285 fois, et évoque l’idée que Dieu commande une grande armée d’anges.
Hanna prononce la deuxième, non à la naissance de son fils, mais quand Elqana et elle l’amènent à Shilo. Elle ne se réjouit donc pas de voir sa rivale, Peninna, réduite au silence, mais plutôt d’être bénie par Jéhovah. (ia chap. 6 p. 57)
On considère que les paroles de Hanna concernant l’ « oint » de Dieu sont prophétiques. Le mot traduit par « oint » est rendu également par « messie ». Hanna est la première personne dans la Bible à l’employer au sujet d’un futur roi choisi par Dieu (1 Sam. 2:10). Quelque 1 000 ans plus tard, Marie, la mère de Jésus, a exprimé des sentiments semblables à ceux de Hanna dans une louange à Jéhovah (Luc 1:46-55 ; voir chapitre 17). (w05 15/3 p. 22)
2:12 Éli a deux fils, Hophni et Phinéas, au sujet desquels le récit déclare : « Les fils d’Éli étaient des vauriens ; ils ne reconnaissaient pas Jéhovah » (1 Sam. 2:12). Les deux idées de ce verset sont liées. Hophni et Phinéas sont des « vauriens », littéralement des « fils de néant », parce qu’ils n’ont aucun respect pour Jéhovah. Ils n’accordent aucune importance à ses principes et exigences justes. Cette erreur est à l’origine de tous leurs autres péchés. (ia chap. 7 p. 61 §11)
2:18 Le jeune Samuel aime de plus en plus le tabernacle. Il écrira plus tard qu’il « servait devant Jéhovah, comme un garçon ceint d’un éphod de lin » (1 Sam. 2:18). Cet éphod, un vêtement simple sans manches, indique que Samuel aide les prêtres au tabernacle. Même s’il n’est pas prêtre, il accomplit certaines tâches, comme ouvrir chaque matin les portes donnant sur la cour et s’occuper du vieil Éli. (ia chap. 7 p. 61 §10)
2 :21 Le verset 21 donne un détail encore plus réjouissant : « Le garçon Samuel grandissait auprès de Jéhovah. » Tandis qu’il grandit, ses liens avec son Père céleste se resserrent. Des relations étroites avec Jéhovah sont la meilleure protection contre n’importe quelle forme de corruption.
Samuel pourrait facilement penser : « Si le grand prêtre et ses fils cèdent au péché, moi aussi je peux faire ce que je veux. » Mais la corruption des autres, y compris de ceux qui ont une certaine autorité, n’est jamais une excuse pour pécher. De nos jours, beaucoup de jeunes chrétiens imitent Samuel : ils « grandiss[ent] auprès de Jéhovah », même s’ils n’ont pas que de bons exemples dans leur entourage. (ia chap. 7 p. 63 §16-17)
2:22-25 Ainsi, bien que tous les péchés soient en réalité des péchés contre Dieu, Jéhovah considère que certains péchés portent atteinte plus directement à sa personne même, comme l’idolâtrie (Ex 20:2-5 ; 2R 22:17), le manque de foi (Rm 14:22, 23 ; Hé 10:37, 38 ; 12:1), le mépris des choses sacrées (Nb 18:22, 23), et toutes les formes de faux culte (Ho 8:11-14). C’est sans aucun doute pour cette raison que le grand prêtre Éli dit à ses fils qui méprisaient le tabernacle et le service de Dieu : “ Si un homme pèche contre un homme, Dieu arbitrera pour lui [voir aussi 1R 8:31, 32] ; mais si c’est contre Jéhovah que pèche un homme, qui priera pour lui ? ” — 1S 2:22-25 ; voir aussi v. 12-17. (it-2 p. 519)
2:26 ; 3:5-8, 15, 19. En restant attachés à l’oeuvre que Dieu nous a confiée, en tirant profit de la formation spirituelle qu’il nous donne, et en étant polis et respectueux, nous devenons ‘ plus attachants ’, tant pour Dieu que pour les hommes. (w05 15/3 p. 22)
2:30 Jéhovah confie également à ses serviteurs un trésor glorieux : le ministère chrétien (2 Cor. 4:1, 7). Et ce ministère mène à la gloire. Jéhovah promet à ceux qui prêchent pour le louer et pour faire du bien à leurs semblables : « Ceux qui m’honorent, je les honorerai » (1 Sam. 2:30). De tels serviteurs ont le bonheur de s’être fait un nom auprès de Jéhovah, et sont sans doute l’objet d’éloges de la part de leurs compagnons (Prov. 11:16 ; 22:1). (w13 15/2 p. 25-26 §4)
3:3 — Samuel dormait-il dans le Très-Saint ? Non. Samuel était un Lévite de la famille non sacerdotale des Qehathites (1 Chroniques 6:33-38). De ce fait, il n’était pas autorisé à ‘ entrer pour voir les choses saintes ’. (Nombres 4:17-20.) La seule partie du sanctuaire à laquelle Samuel avait accès, c’était la cour du tabernacle. C’est là qu’il devait dormir. Apparemment, Éli dormait lui aussi quelque part dans la cour. L’expression “ où se trouvait l’arche de Dieu ” fait donc manifestement référence à l’ensemble du tabernacle. (w05 15/3 p. 22)
Leçon pour nous : En restant attachés à l’œuvre que Dieu nous a confiée, en tirant profit de la formation spirituelle qu’il nous donne, et en étant polis et respectueux, nous devenons ‘ plus attachants ’, tant pour Dieu que pour les hommes.
4:3, 4, 10. Même un objet aussi saint que l’arche de l’alliance ne s’est pas révélé être un porte-bonheur, un gage de protection. Nous devons ‘ nous garder des idoles ’. — 1 Jean 5:21. (w05 15/3 p. 22)
Les représentations des chérubins sur l’arche de l’alliance étaient un signe de la présence royale de Jéhovah, dont on disait qu’il ‘ siégeait sur [ou “ entre ”] les chérubins ’. (1 Sam. 4:4) Ces représentations de chérubins ne venait pas des hommes. C’est Jéhovah lui-même qui avait ordonné qu’on les mette dans le temple, afin de rappeler sa présence à la prêtrise. De plus, ces représentations ne pouvaient servir d’objet de vénération pour le peuple, puisque les Israélites en général ne les voyaient pas et n’étaient donc pas tentés d’en faire des idoles (Nomb. 4:4-6, 17-20). Loin d’encourager l’idolâtrie, ces chérubins rappelaient sans cesse aux prêtres de la nation les relations qui les unissaient au Très Haut, au Roi régnant d’Israël, à Celui qui réclamait un attachement exclusif
Nous, chrétiens des temps modernes, devons donc tenir ferme notre foi, “n’oubliant jamais la présence du jour de Jéhovah”. Agissons comme si nous voyions Celui qui est invisible, à savoir Jéhovah


Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 341
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum