PBI Josué 16-20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PBI Josué 16-20

Message  Ps27:4 le Sam 3 Jan 2015 - 20:24

Josué    16-20
*** w86 15/12 p. 24-25 §16 “C’est Jéhovah, notre Dieu, que nous servirons” ***
.
 
 Que représentent pour notre époque les “villes de refuge” que Jéhovah avait prévues en Israël?
 Josué 20:1-9Au cours de l’attribution du territoire, Josué désigna six villes appartenant aux Lévites pour être des “villes de refuge”, trois de chaque côté du Jourdain. C’était une disposition de Jéhovah pour protéger le meurtrier involontaire qui s’enfuirait dans l’une de ces villes. Un tel meurtrier devait prouver qu’il avait une conscience nette devant Dieu en restant dans une de ces villes jusqu’à la mort du grand prêtre. Pareillement, à cause des liens qu’ils ont pu entretenir auparavant avec le présent monde coupable d’avoir versé le sang, les membres de la “grande foule” doivent aujourd’hui chercher à avoir une bonne conscience devant Dieu. Pour l’acquérir ils confessent leurs péchés, se repentent, se retournent, se vouent à Jéhovah et se font baptiser dans l’eau. Il leur faut ensuite rester dans cet état. Il est exigé des membres de la “grande foule” qu’ils demeurent dans la “ville” jusqu’à ce que, figurément parlant, Jésus meure pour ce qui est de son rôle de Grand Prêtre, à la fin de son Règne de mille ans. —; Révélation 20:4, 5; I Corinthiens 15:22, 25, 26.
*** w79 1/3 p. 18 §4 Des hommes sages, avisés et expérimentés pour guider le peuple de Dieu ***
. Quel était le rôle des anciens d’Israël en Terre promise, et quel est celui des anciens dans la congrégation?
4 Une fois installés en Terre promise, les Israélites pouvaient, quel que soit la ville ou le village qu’ils habitaient, trouver aide et direction auprès du groupe des anciens de la localité (Josué 20:4; Juges 8:14, 16; I Sam. 16:4). Le rôle de ces derniers était de prodiguer de sages conseils, d’aider ceux qui avaient des problèmes, de protéger contre l’apostasie et de favoriser la paix, le bon ordre et la santé spirituelle de leur localité. Il leur arrivait aussi d’être appelés à remplir des fonctions judiciaires pour régler des contestations ou prendre des mesures en vue de protéger la communauté (Deut. 16:18-20; 19:12; 31:9; Ruth 4:1-11). Ils devaient encore être une source de réconfort et de courage dans les moments difficiles (És. 32:1, 2). Ceci dit, ils n’étaient pas les chefs de corvée de la population, pas plus qu’ils n’étaient tenus ni autorisés à imposer aux autres leur façon de vivre.
 Les mêmes lourdes responsabilités reposent aujourd’hui sur les épaules des anciens de la congrégation chrétienne (voir Actes 20:28-35; I Corinthiens 3:4, 5, 21-23; II Corinthiens 1:24). Mais en plus de tout cela, cette congrégation a pour mission de faire connaître à tous la bonne nouvelle du Royaume de Dieu.
 
*** gm chap. 7 p. 95-96 La Bible se contredit-elle? ***
Une lecture attentive
 Pourquoi n’est-il pas étonnant de trouver quelques divergences apparentes dans la Bible, mais que ne devrait-on pas en conclure?
 Il suffit parfois d’une lecture attentive et d’un peu de réflexion pour faire disparaître d’apparentes contradictions. Pour preuve, penchons-nous sur le récit de la conquête de Jérusalem par les Israélites. Jérusalem était comptée dans l’héritage de la tribu de Benjamin, qui ne parvint cependant pas à conquérir la ville (Josué 18:28; Juges 1:21). Nous lisons par ailleurs que Juda fut également incapable de conquérir Jérusalem, comme si cette ville faisait également partie de son héritage. Finalement, la tribu de Juda prit Jérusalem et la livra au feu (Josué 15:63; Juges 1:8). Pourtant, des siècles plus tard, le récit relate que David s’empara aussi de Jérusalem. — 2 Samuel 5:5-9.
20 À première vue, tous ces éléments peuvent sembler confus. En réalité, ils ne se contredisent nullement. La frontière entre l’héritage de la tribu de Benjamin et celui de Juda longeait la vallée de Hinnom et passait au beau milieu de la Jérusalem antique. Conformément à Josué 18:28, la zone qui fut plus tard appelée Ville de David se trouvait dans le territoire assigné à Benjamin. Cependant, il est probable que la ville jébusite de Jérusalem s’étendait au delà de la vallée de Hinnom; aussi devait-elle empiéter sur le territoire de Juda qui dut par conséquent faire la guerre à ses habitants
. Pour nous assurer de quelle vérité fondamentale la Bible nous fournit-elle suffisamment de renseignements?
conclusion
S’il est vrai que la Bible comporte quelques divergences apparentes qui sont difficiles à expliquer, il ne faut pas pour autant les considérer comme des contradictions flagrantes. Souvent, on ne dispose simplement pas de tous les faits. Du reste, la Bible contient suffisamment de connaissance pour satisfaire nos besoins spirituels. Si elle devait décrire dans les moindres détails tous les événements qu’elle mentionne, elle formerait une vaste collection de livres, peu maniable et bien différente de l’ouvrage pratique et facile à transporter que nous connaissons aujourd’hui.
À l’évidence, la Bible est un livre prodigieusement condensé. Elle nous donne suffisamment de renseignements pour que nous soyons à même de reconnaître qu’elle est bien plus qu’un simple écrit humain. Ses variantes, quelles qu’elles soient, prouvent que ses rédacteurs ont écrit sans se concerter. D’autre part, son harmonie remarquable….établit sans doute possible son origine divine. Incontestablement, la Bible est la Parole de Dieu, non celle des hommes.
 it-1 p. 164-165 Archéologie ***
À Karnak (l’ancienne Thèbes), au bord du Nil, une inscription gravée sur le mur sud d’un immense temple égyptien confirme que Shishaq (Sheshonq Ier) mena une campagne militaire en Palestine, comme le rapportent 1 Rois 14:25, 26 et 2 Chroniques 12:1-9. Le relief géant qui décrit ses victoires montre 156 prisonniers palestiniens enchaînés, chacun d’eux représentant une ville ou un village dont le nom est indiqué en hiéroglyphes. Parmi ces noms, on a identifié Rabbith (Jos 19:20), Taanak, Beth-Shéân et Meguiddo (où on a découvert un fragment d’une stèle ou d’une colonne portant une inscription de Shishaq) (Jos 17:11), Shounem (Jos 19:18), Rehob (Jos 19:28),
Hapharaïm (Jos 19:19), Guibéôn (Jos 18:25), Beth-Horôn (Jos 21:22), Ayyalôn (Jos 21:24), Soko (Jos 15:35) et Arad (Jos 12:14). Dans cette liste des conquêtes du roi figure même le “ champ d’Abram ”, ce qui constitue la plus ancienne référence à Abraham dans les textes égyptiens. Dans cette région on a également découvert un monument de Mérneptah, fils de Ramsès II, qui comporte un hymne dans lequel apparaît le nom “ Israël ” pour la seule fois dans les textes égyptiens anciens.
***
La Stèle de Mésha énumère aussi de nombreux lieux mentionnés dans la Bible : Ataroth et Nebo (Nb 32:34, 38) ; l’Arnôn, Aroër, Médeba et Dibôn (Jos 13:9) ; Bamoth-Baal, Beth-Baal-Méôn, Yahats et Qiriathaïm (Jos 13:17-19) ; Bétser (Jos 20:8) ; Horonaïm (Is 15:5) ; Beth-Diblathaïm et Qeriyoth (Jr 48:22, 24). Elle confirme donc l’historicité de tous ces lieux.
*** g83 8/10 p. 5 La Bible dit-elle vrai? ***
. Prenons un autre exemple qui confirme l’historicité de la Bible. Lorsque les Israélites occupèrent la Terre promise il y a plus de 3 400 ans, la tribu de Dan prit possession d’un territoire situé au nord de la Galilée. Le récit biblique dit à ce sujet:
“Les fils de Dan montèrent et firent la guerre contre [la ville cananéenne de] Léschem [Laïsch] et s’en emparèrent, (...) et ils commencèrent à appeler Léschem Dan, du nom de Dan, leur ancêtre.” — Josué 19:47; Juges 18:29.
Cette ville a-t-elle réellement existé? A-t-elle un jour porté le nom de Dan? En 1976, l’archéologue Avraham Biran a découvert à Tell el-Qadi une plaque portant une inscription en grec et en araméen. Le texte grec fait référence à un certain Zoilos qui fit un vœu “au dieu qui est à Dan”. Les archéologues savent ainsi qu’ils travaillent sur le site de l’ancienne ville israélite de Dan, connue auparavant sous le nom de Laïsch ou Léschem. Ainsi, une fois de plus, la Bible a dit vrai. L’espace nous manque pour fournir une liste exhaustive des nombreux exemples tirés des découvertes archéologiques qui viennent confirmer ce fait.
 
conclusion
Tous ces faits confirment la supériorité de la Bible, qui est une source de connaissance digne de foi, une mine de renseignements authentiques et un guide sûr. C’est la Bible, ce recueil de documents écrits, qui donne l’image la plus nette du passé de l’homme, et elle est parvenue jusqu’à aujourd’hui, non grâce aux fouilles archéologiques, mais parce qu’elle a été préservée par son Auteur, Jéhovah Dieu. La Bible “ est vivante et puissante ”. (Hé 4:12.) Elle est “ la parole du Dieu vivant et qui subsiste ”.
“ Toute chair est comme de l’herbe, et toute sa gloire est comme une fleur d’herbe ; l’herbe se dessèche et la fleur tombe, mais la parole de Jéhovah subsiste pour toujours. ” — 1P 1:23-25.
 “vrai” ou “faux”
. Le fait de rester dans la ville de refuge rappelait au meurtrier involontaire la gravité de son acte ainsi que la miséricorde de Jéhovah qui lui offrait ainsi l’asile. (Josué 20:6). ; voir w73 p. 496]
 
Qu’est-ce qui a pu inciter certains Israélites à remettre à plus tard la conquête de la Terre promise ? Quelle leçon pouvons-nous en tirer ? (Jos. 18:2, 3) [it-1 p. 934 § 1]
 
 it-1 p. 581 Dagôn ***
promise (Jos 15:41 ; 19:27). On croit que les Philistins empruntèrent le culte de Dagôn aux Cananéens.
Il n’y a pas unanimité quant à l’origine du nom Dagôn. Certains érudits l’associent au mot hébreu dagh (poisson), alors que d’autres le rattachent plus volontiers au mot hébreu daghan (grain [céréale]). En 1 Samuel 5:4, on lit à propos de Dagôn gisant par terre : “ Seule était restée dessus la partie en forme de poisson [littéralement : “ seulement Dagôn ”] ”, la tête et les paumes de ses mains ayant été coupées. Le mot hébreu signifiant littéralement “ Dagôn ” dans ce texte a été rendu diversement par “ corps ” (PB), “ tronc ” (Sg), “ tronc de Dagon ” (Pl) et “ le Dagon ” (Da) par certains traducteurs, alors que d’autres l’ont traduit par “ tronc en forme de poisson ” (AC) ou “ partie en forme de poisson ”. (MN.)
 

*** w72 1/5 p. 263 Où était situé le jardin d’Éden ? ***
Toutefois, l’Euphrate est bien connu, et Idiqlat (Hiddékel) est le nom utilisé pour désigner le Tigre, également bien connu, dans les anciennes inscriptions akkadiennes (assyro-babyloniennes). Ces fleuves permettent réellement de situer l’emplacement du jardin d’Éden. Le mot hébreu traduit par “têtes” dans Genèse 2:10 (Da n. m.) a rapport avec la question. Il nous aide à placer ce jardin dans la région montagneuse proche de la source du Tigre et de l’Euphrate. Dans ses commentaires sur Genèse 2:10, The Anchor Bible déclare : “En héb[reu] l’embouchure du fleuve est appelée ‘extrémité’ (Josué xv 5, xviii 19) ; le pluriel de ro’s ‘tête’ doit donc se rapporter ici au cours supérieur (...). Cet emploi du mot est bien confirmé en ce qui concerne resu, le mot akkadien apparenté.”


L’Euphrate et le Tigre prennent actuellement leur source dans la région montagneuse au nord des plaines mésopotamiennes. Malgré la diversité des opinions sur cette question, nombre d’érudits situent l’emplacement du jardin d’Éden dans cette contrée, à quelques kilomètres au sud du lac de Van, en Turquie orientale.

Ps27:4
Témoin de Jéhovah
Témoin de Jéhovah

Messages : 95
Date d'inscription : 28/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: PBI Josué 16-20

Message  Michèle le Sam 3 Jan 2015 - 20:45


Josué 19 :51 « Ce furent là les héritages qu’Éléazar le prêtre, Josué le fils de Noun et les chefs des pères des tribus des fils d’Israël distri¬buèrent en possession, par le sort, à Shilo, de¬vant Jéhovah, à l’entrée de la tente de réunion. Ils cessèrent donc de répartir le pays. »
Jéhovah ordonna qu’on répartisse la Terre promise entre les 12 tribus en jetant les sorts Les tirages au sort furent effectués devant Jéhovah, près de la tente de réunion qui se trouvait à Shilo, sous la direction de Josué et du grand prêtre Éléazar
Les villes lévitiques furent également choisies par le sort. On recourait au tirage au sort pour découvrir un coupable
Mais, il n’est plus question d’utilisation de sorts après la Pentecôte 33 de n. ère. Par exemple, pour choisir les surveillants et leurs assistants ou régler des questions importantes c’était la direction de l’esprit saint

Michèle
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 318
Date d'inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum