Lévitique 21-25

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lévitique 21-25

Message  Erez le Mar 22 Juil 2014 - 5:51

Le nom de Jéhovah doit être révéré comme saint. Les Témoins de Jéhovah ne se hasarderaient pas à jeter le discrédit sur le nom divin, de même que les Israélites devaient se garder d’agir ainsi (Lévitique 22:32; 24:10-16, 23). Nous qui avons été mis à part ou sanctifiés pour le saint service de Jéhovah, nous sommes dans l’obligation de louer son nom et de prier pour sa sanctification. — Psaume 7:17; Matthieu 6:9.
Jéhovah veut que nous luttions contre le péché. Le pardon des péchés suppose non seulement un sacrifice propitiatoire, mais encore la confession, le repentir et, autant que faire se peut, la réparation du tort. Si nous savons qu’un membre de la congrégation a commis un péché grave et se refuse à le confesser, nous devrions en avertir les anciens (voir Lévitique 4:2; 5:1, 5, 6). Bien entendu, il existe des péchés pour lesquels il n’y a pas de pardon (Lévitique 20:2, 10; Hébreux 6:4-6; 10:26-29). Néanmoins, si nous combattons le péché, tout en nous efforçant de faire les choses comme notre Père céleste désire nous les voir faire et en tirant parti du sacrifice rédempteur de Jésus Christ, nous pourrons jouir de l’approbation de Jéhovah, notre Dieu saint. — I Jean 2:1, 2.
Ainsi donc, le Lévitique a un rapport avec le culte que nous rendons à Dieu en tant que témoins chrétiens de Jéhovah. Il nous rappelle que notre Dieu tient à ce que ses serviteurs se montrent saints. Aussi voudrons-nous sanctifier le nom divin et lutter sans cesse contre le péché. En outre, ce livre de la Bible nous incitera à donner au Très-Haut ce que nous avons de meilleur et à garder en toutes circonstances notre pureté et notre sainteté dans le service sacré que nous accomplissons à sa louange.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
http://www.jw.org/fr
https://www.jw.org/fr/cours-bibliques-gratuits/
avatar
Erez
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 2473
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Gaule

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lévitique 21-25

Message  Gédéon22 le Ven 29 Aoû 2014 - 17:47

1er sept. Lecture de la Bible : Nombres 17-21

w13 15/8 p. 13 §15 Ne soyons jamais « en fureur contre Jéhovah » Nos relations avec Jéhovah peuvent s’affaiblir si nous avons un mauvais état d’esprit envers nos frères et sœurs (1 Jn 4:20). Lorsque les Israélites ont remis en question les responsabilités confiées à Aaron, Jéhovah a considéré qu’ils murmuraient contre Lui (Nb. 17:10). Pareillement, si nous critiquons les hommes que Jéhovah utilise pour diriger la partie terrestre de son organisation, cela revient à murmurer contre lui (Hé. 13:7, 17).

it-1 p. 159 Arche de l’alliance L’Arche servait d’archives où on mettait en sûreté les saints rappels ou témoignage ; son contenu principal était les deux tablettes du témoignage ou Dix Commandements (Ex 25:16). On y avait ajouté une “ jarre d’or contenant la manne, et le bâton d’Aaron qui avait bourgeonné ”, mais ils furent ôtés de l’Arche avant la construction du temple de Salomon (Hé 9:4 ; Ex 16:32-34 ; Nb 17:10 ; 1R 8:9 ; 2Ch 5:10). Juste avant de mourir, Moïse donna une copie du “ livre de la loi ” aux prêtres lévitiques et leur ordonna de la garder non à l’intérieur, mais ‘ à côté de l’arche de l’alliance de Jéhovah, leur Dieu ’, où, dit-il, elle devait “ servir de témoin contre toi ”. Dt 31:24-26.

w12 15/1 p. 17-18 §6-7 Tout animal destiné à être sacrifié pour Jéhovah devait satisfaire à une exigence de base : il devait être “ sans défaut ”, autrement dit n’être ni aveugle, ni blessé, ni atteint de malformation, ni malade (Lv. 22:20-22). Lorsque les Israélites offraient des fruits ou des céréales, il fallait que ce soit les “ prémices ” ou le “ meilleur ” de leurs récoltes (Nb. 18:12, 29). Jéhovah n’agréait pas les offrandes de mauvaise qualité. Que préfigurait la condition importante concernant les sacrifices d’animaux ? Que le sacrifice de Jésus serait sans tache et sans défaut, et que Jéhovah allait sacrifier ce qu’il avait de meilleur, l’être qui lui était le plus cher, pour racheter les humains. 1 P 1:18, 19. Si l’auteur du sacrifice appréciait sincèrement toute la bonté de Jéhovah, il ne pouvait qu’être heureux d’offrir ce qu’il possédait de meilleur. Quoi qu’il en soit, c’était à lui de choisir ce qu’il allait offrir. Il savait toutefois que Dieu ne prendrait pas plaisir à une offrande comportant une tare. S’il lui présentait une telle offrande, il laisserait entendre que les sacrifices n’étaient pour lui qu’une formalité, voire un fardeau. (Ml 1:6-8, 13.) Voilà qui devrait amener chacun de nous à se poser ces questions : ‘ Avec quel état d’esprit est-ce que je sers Jéhovah ? Lorsque j’analyse la qualité de mon service et mes mobiles, des changements me semblent-ils nécessaires ? ’

w11 15/9 p. 7-15 “ Jéhovah est ma part ” “ C’est moi qui suis ta part et ton héritage au milieu des fils d’Israël. ” Nb 18:20. Après la conquête d’une bonne partie de la Terre promise, Josué s’est mis en devoir de répartir le pays par le sort. Il a bénéficié pour cela de l’aide du grand prêtre Éléazar et des chefs de tribus (Nb. 34:13-29). Contrairement aux autres Israélites, les Lévites ne devaient recevoir aucun héritage territorial, aucune part, en Terre promise (Jos. 14:1-5). “ C’est moi qui suis ta part et ton héritage au milieu des fils d’Israël. ” (Nb. 18:20). Les Lévites n’étaient donc pas abandonnés. Que ressentiriez-vous si Jéhovah vous disait : “ C’est moi qui suis ta part. ” Peut-être vous demanderiez-vous aussitôt : ‘ Suis-je digne d’un tel honneur venant du Tout-Puissant ? ’ Ou encore : ‘ Comment Jéhovah pourrait-il être la part d’un chrétien imparfait ? ’ Ces questions ont leur importance et vous concernent, vous et vos proches. Voyons donc ce que signifie la déclaration divine contenue en Nb 18:20. Nous comprendrons alors mieux comment Jéhovah peut de nos jours être la part des chrétiens et, plus précisément, comment il peut être votre part, que vous nourrissiez l’espérance de vivre au ciel ou sur la terre transformée en paradis.
Avant que la Loi ne soit donnée aux Israélites, c’étaient les chefs de famille qui leur servaient de prêtres. Lorsqu’il a institué la Loi, Jéhovah a décrété que les prêtres qui exerceraient leurs fonctions à plein temps et ceux qui les aideraient seraient de la tribu de Lévi. Quelles étapes ont conduit à ce changement ? Lorsqu’il a fait mourir les premiers-nés d’Égypte, Jéhovah a sanctifié — ou mis à part pour son service — les premiers-nés d’Israël, qui sont devenus sa propriété. Puis il a ordonné que les Lévites le servent “ à la place de tous les premiers-nés parmi les fils d’Israël ”. Un recensement ayant montré que le nombre des fils premiers-nés d’Israël excédait le nombre des Lévites, un prix de rachat a dû être payé pour compenser la différence (Nb. 3:11-13, 41, 46, 47). Les Lévites ont alors pu accomplir leur service pour le Dieu d’Israël. Jéhovah avait dit aux Lévites qu’il serait leur part. En quel sens ? Il leur confierait des fonctions particulières à son service au lieu de leur donner un territoire en héritage. “ La prêtrise de Jéhovah ” serait leur héritage (Jos. 18:7). Le contexte de Nb 18:20 montre qu’ils ne s’en trouveraient pas lésés matériellement. (Nb 18:19, 21, 24.) Ils devaient recevoir “ pour héritage [...] tout dixième en Israël, en échange de leur service ”, autrement dit 10 % des produits de la terre et 10 % des animaux domestiques qui viendraient grossir le troupeau. À leur tour, les Lévites devaient offrir un dixième de ce qu’ils recevaient, ‘ de ce qu’il y avait de meilleur ’, pour subvenir aux besoins des prêtres (Nb 18:25-29). On donnait aussi aux prêtres “ toutes les saintes contributions ” que les fils d’Israël apportaient à Dieu. Les membres de la prêtrise avaient donc de bonnes raisons de croire que Jéhovah prendrait soin d’eux. Il semble que la Loi mosaïque prévoyait une dîme supplémentaire, qu’on mettait de côté pour assurer l’alimentation et le confort des familles israélites à l’occasion des fêtes annuelles (Dt. 14:22-27). Toutefois, à la fin de la troisième et de la sixième année de chaque cycle sabbatique de sept ans, cette dîme était mise à la disposition des pauvres et des Lévites. Pourquoi les Lévites en bénéficiaient-ils ? Parce qu’ils n’avaient “ ni part ni héritage ” en Israël. Dt. 14:28, 29. Puisque les Lévites n’avaient hérité d’aucun territoire, où habitaient-ils ? Dieu leur a attribué 48 villes ainsi que leurs terrains de pâture. Dans ce nombre étaient comprises les six villes de refuge (Nb. 35:6-8). Les Lévites avaient donc un endroit où demeurer lorsqu’ils ne servaient pas au sanctuaire. Jéhovah était généreux à l’égard de ceux qui se consacraient à son service. Les Lévites pouvaient montrer qu’il était leur part en ne doutant ni de sa volonté ni de sa capacité de subvenir à leurs besoins. La Loi ne sanctionnait pas celui qui ne donnait pas la dîme. Mais lorsque le peuple négligeait de la payer, les prêtres et les Lévites en pâtissaient. C’est ce qui s’est produit à l’époque de Nehémia : les Lévites, obligés d’aller travailler dans leurs champs, ont délaissé leurs fonctions au temple. (Ne 13:10.) De toute évidence, la subsistance de la tribu de Lévi dépendait de la bonne spiritualité de la nation. Il fallait en outre que les prêtres et les Lévites cultivent la foi en Jéhovah et dans les dispositions qu’il avait prises à leur intention.
Mais le privilège de servir Dieu était-il exclusivement réservé aux Lévites ? Absolument pas. Dans sa jeunesse, David, futur roi d’Israël, a appelé Dieu “ ma part au pays des vivants ”. (Ps 142:1, 5.) Lorsqu’il a composé le Ps 142, il ne se trouvait pas dans un palais, ni même dans une maison ; il se cachait de ses ennemis dans une grotte. David s’est réfugié au moins deux fois dans une grotte, une fois près d’Adoullam, et une autre fois dans le désert d’En-Guédi. Il est fort possible que le Ps 142 ait vu le jour à l’un de ces endroits. Si c’est le cas, David fuyait alors le roi Saül, qui cherchait à le tuer. Il a trouvé refuge dans une grotte difficile d’accès (1 S 22:1, 4). Dans un lieu aussi isolé, sans doute avait-il le sentiment de n’avoir aucun ami à ses côtés pour le soutenir et le protéger (Ps. 142:4). Il a alors appelé Dieu à l’aide. Avant de composer le Ps 142, peut-être David a-t-il appris ce qui était arrivé au grand prêtre Ahimélek, qui lui avait apporté son aide sans savoir qu’il fuyait Saül. Rongé par la jalousie, le roi avait fait assassiner Ahimélek et sa maisonnée (1 S 22:11, 18, 19). David se sentait responsable de leur mort. C’était comme s’il avait lui-même tué le prêtre qui lui avait tendu une main secourable. Qu’auriez-vous éprouvé à sa place ? David avait encore une autre raison de se sentir désemparé : Saül était toujours à sa poursuite et ne lui laissait aucun répit. Samuel, qui avait oint David pour en faire le futur roi d’Israël, est mort peu après Ahimélek (1 S 25:1). Le décès du prophète ne pouvait qu’accroître le désarroi de David. Mais le jeune homme savait vers qui se tourner pour obtenir de l’aide : vers Jéhovah. Il ne s’était

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Gédéon22
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 3397
Date d'inscription : 10/12/2013
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lévitique 21-25

Message  Erez le Mar 2 Sep 2014 - 16:49

Manifestons de la reconnaissance pour les dispositions divines
PEU de temps après avoir été délivrés miraculeusement d’Égypte, les Israélites ont fait preuve d’un grave manque de foi envers Celui-là même à qui ils devaient leur délivrance, Jéhovah.
Comme les Israélites, les chrétiens doivent rester conscients qu’ils dépendent de Dieu pour obtenir ce qui est nécessaire à leur vie, que ce soit sur le plan physique ou sur le plan spirituel (Matthieu 5:3 )
Les humains imparfaits peuvent perdre leur reconnaissance pour des choses qui se banalisent, même si ces choses sont une marque de l’intérêt bienveillant que Jéhovah leur porte.
Comment pouvons-nous tenir compte de cet avertissement ? En n’en venant jamais à considérer les enseignements bibliques ou la “ nourriture ” que nous recevons par l’intermédiaire de l’esclave fidèle et avisé comme ordinaires, insipides. À partir du moment où nous prenons les dons de Jéhovah comme allant de soi ou que nous les trouvons rébarbatifs, nos relations avec lui se refroidissent.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
http://www.jw.org/fr
https://www.jw.org/fr/cours-bibliques-gratuits/
avatar
Erez
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 2473
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Gaule

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lévitique 21-25

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum