Prostituée sacrée (Gen. 38:21,22)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prostituée sacrée (Gen. 38:21,22)

Message  Smyrne le Jeu 6 Mar 2014 - 18:09



(Genèse 38:21,22) 21 Il se mit à interroger les hommes de son lieu, en disant : “ Où est la prostituée sacrée [qui se tenait] à Énaïm, au bord de la route ? ” Mais ils disaient : “ Il n’y a jamais eu de prostituée sacrée en ce lieu. ” 22 Finalement il revint vers Juda et dit : “ Je ne l’ai pas trouvée et même les hommes du lieu ont dit : ‘ Il n’y a jamais eu de prostituée sacrée en ce lieu. ’ ”


Bonjour,

En faisant la lecture de la semaine, le récit de Tamar a retenu mon attention, en particulier les versets où elle est qualifiée de "prostituée sacrée".
J'ai fait des recherches malheureusement infructueuses (l'expression ne figure que 4 fois dans la Bible dont 3 en genèse 38 en rapport avec Tamar ... ). Alors je me tourne vers vous. Quelle différence y a-t-il entre une "prostituée" (tout court) et une "prostituée sacrée"? Certainement c'est une notion qui existait à l'époque biblique et qui n'a plus son sens de nos jours ...   

Si une personne a une idée, je la remercie d'avance.

Je partage aussi avec vous cet article que j'ai trouvé intéressant et relatif à Juda et Tamar :
*** w73 15/9 p. 576 Questions de lecteurs *** a écrit:
● Juda n’a-t-il pas mal agi en ayant des relations sexuelles avec une femme qu’il croyait être une prostituée ?
Spoiler:


En réalité, Juda n’a pas eu de relations sexuelles avec une prostituée. Sans le savoir, il prit la place de son fils Schéla en contractant un mariage de beau-frère et en engendrant une postérité légale. Considérons les faits :
Après la mort de son second fils Onan en exécution du châtiment divin, Juda renvoya sa belle-fille Tamar chez son père jusqu’à ce que Schéla, troisième fils de Juda, fût assez âgé pour l’épouser. Cependant, même après que Schéla fut devenu adulte, Juda ne le donna pas en mariage à Tamar. C’est pourquoi, quand Juda eut perdu sa femme, Tamar se déguisa en prostituée et s’assit sur le chemin que Juda allait emprunter. Ne reconnaissant pas sa belle-fille et croyant qu’il s’agissait d’une prostituée, Juda eut des relations sexuelles avec elle. — Gen. 38:11-18.
Puisque Tamar devait attendre d’être mariée à son beau-frère, Schéla, troisième fils de Juda, quand celui-ci apprit qu’elle était enceinte, il la condamna à mort pour s’être prostituée. Quand il fut révélé que c’était lui-même qui, sans le savoir, l’avait rendue enceinte, Juda s’exclama : “Elle est moins coupable que moi, [pourquoi ?] puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils.” À cette époque-là, Juda n’était pas marié ; il était veuf. Il n’a donc pas péché contre sa femme. Il prit Tamar, qui s’était déguisée, pour une prostituée non mariée, ne se trouvant donc pas dans les liens sacrés du mariage. Quand on ne put retrouver la femme qu’il croyait être une prostituée, il comprit qu’il risquait d’être méprisé étant donné qu’il affirmait avoir eu des relations avec une prostituée sacrée, alors qu’aucune prostituée de ce genre n’était connue aux alentours. — Gen. 38:20-26.
Quant à Tamar, elle n’avait pas commis un adultère. Ses deux fils jumeaux n’ont pas été considérés comme des enfants méprisables, fruits du péché, de la fornication. En effet, quand Boaz de Bethléhem prit pour femme Ruth la Moabite dans le cadre d’un mariage de beau-frère, les aînés de Bethléhem lui dirent : “Puisse ta maison être semblable à la maison de Pharès [Pérets], que Thamar enfanta à Juda, par la postérité que Jéhovah te donnera de cette jeune femme !” (Ruth 4:11, 12, AC). Pérets figure dans la lignée des ancêtres respectables de Jésus-Christ (Mat. 1:1-3 ; Luc 3:23-33). Tamar, la mère de Pérets, imita Ruth en ne cherchant pas à avoir des relations sexuelles avec un jeune homme. — Ruth 3:10.
Juda, lui, pensait avoir eu des relations avec une prostituée. Ce n’était pas un acte juste, car à l’origine, le dessein de Dieu était que l’homme ait des relations avec sa femme et non pas que la terre soit remplie de prostituées. Cependant, Juda n’a pas péché en transgressant un commandement précis de la loi de Dieu, puisque la Loi de Moïse ne fut donnée que beaucoup plus tard. — Gen. 2:24 ; voir Lévitique 19:29.
Le récit concernant Juda et Tamar consigné dans la Bible n’a pas pour but de divertir. Il est plutôt à inclure dans les faits historiques montrant comment la lignée humaine conduisant au Messie ou Christ promis, Jésus, fut préservée.
avatar
Smyrne
Surveillant/e TJ
Surveillant/e TJ

Messages : 143
Date d'inscription : 06/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum